Burkina: vive tension et manifestants dispersés à Ouagadougou, au moins trois blessés

Publié le à Ouagadougou (AFP)

Un enfant et deux journalistes ont été blessés samedi dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, lors d'incidents qui ont éclaté dans plusieurs quartiers après la dispersion de centaines de manifestants dénonçant l'"incapacité" du pouvoir à contrer la violence jihadiste qui ravage ce pays.

Dans la matinée, les policiers anti-émeutes ont tiré du gaz lacrymogène pour empêcher les manifestants de se rassembler place de la Nation, dans le centre de la capitale burkinabè quadrillé par un important dispositif de sécurité et où tous les commerces étaient fermés, a constaté un journaliste de l'AFP.

Après cette dispersion musclée, des jeunes ont dressé des barricades de fortune et brûlé des pneus dans plusieurs quartiers de la capitale.

Des manifestants ont également vandalisé une partie de la direction de l'état civil, après avoir tenté d'incendier le bâtiment de la mairie de Ouagadougou, dont le maire avait interdit les manifestations.

Au cours de ces violences, un enfant de moins de 10 ans a été blessé par des tirs de gaz lacrymogène et remis par les manifestants à une unité anti-émeute de la gendarmerie, a constaté l'AFP.

Deux journalistes burkinabè ont également été blessés lors de tirs de gaz lacrymogène, ont annoncé leurs médias, la radio privée Omega et le site en ligne Filinfos sans qu'on sache la gravité de leurs blessures.

- "Barbarie" -

"On était sortis pour une marche pacifique, mais la réaction des forces de l'ordre a mis le feu aux poudres, nous obligeant à ériger des barricades", a déclaré un des manifestants, ajoutant: "on ne veut pas brûler le pays qui est déjà en guerre, mais face à la barbarie, on va se défendre".

Des manifestants ont également brûlé des pneus devant le siège du parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), et s'en sont pris à des journalistes, dont une de l'AFP.

"Je suis allée au siège du MPP avec une consœur suite à des rumeurs disant que le siège avait été brûlé par des manifestants, la foule nous a foncé dessus, jeté des cailloux, ils ont voulu bloquer notre voiture en criant +la France, on veut pas de vous+", a raconté Olympia de Maismont, collaboratrice photo et video de l'AFP au Burkina Faso, qui était avec une journaliste de l'agence américaine Associated press (AP).

"On a réussi à s’échapper mais c’était à la seconde près", a-t-elle ajouté.

L'un des manifestants, Fabrice Sawadogo, 28 ans, a affirmé qu'"après sept ans d'incapacité face aux attaques terroristes qui nous endeuillent chaque jour, il est temps de demander le départ du régime". "Nous n'avons pas à négocier avec un gouvernement incompétent qui doit admettre qu'il a échoué", a-t-il affirmé.

Des manifestations ont également eu lieu dans d'autres villes du Burkina, en particulier à Bobo Dioulasso (ouest), la seconde du pays, où des manifestants ont également été dispersés par les forces de l'ordre à l'aide de gaz lacrymogène. Ce fut également le cas à Kaya, à une centaine de km au nord-est de Ouagadougou.

La Coalition du 27 novembre, regroupant trois organisations de la société civile, avait appelé "l’ensemble des Burkinabè à sortir massivement" samedi "dans une ambiance pacifique, pour dénoncer l'insécurité grandissante et exiger le départ du chef de l’Etat", Roch Marc Christian Kaboré.

Plusieurs manifestants ont été interpellés, dont une des responsables du "Mouvement Sauvons le Burkina Faso", selon cette organisation membre de la Coalition du 27 novembre, sans donner le nombre d'arrestations.

- Internet mobile coupé -

D'autres mouvements de la société civile ont appelé à se démarquer de ces manifestations pour "ne pas être complices de ceux qui veulent jeter le chaos dans le pays".

Alors que la colère grandit au Burkina Faso, le gouvernement a "décidé de prolonger la suspension de l'internet mobile pour une durée de 96H à compter de mercredi" après une précédente interruption de quatre jours pour "raison de sécurité".

Le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et à l'État islamique.

Les attaques qui visent civils et militaires sont de plus en plus fréquentes et en grande majorité concentrées dans le nord et l'est du pays.

L'attaque le 14 novembre d'un détachement de gendarmerie à Inata (nord) qui avait auparavant appelé à l'aide - l'une des plus meutrières contre les forces de sécurité en six ans - a profondément choqué les Burkinabè: au moins 57 personnes, dont 53 gendarmes, ont été tuées par des jihadistes armés.

"Nous devons mettre fin aux dysfonctionnements inacceptables qui sapent le moral de nos troupes combattantes et entravent leur efficacité dans la lutte contre les groupes armés terroristes", a déclaré jeudi soir le président Kaboré, des paroles souvent répétées qui ne convainquent plus dans le pays.

Parfois mêlées à des affrontements intercommunautaires, les violences jihadistes ont fait depuis six ans environ 2.000 morts et contraint 1,4 million de personnes à fuir leur foyer.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info