Café et séances d'aérobic en salle, la vie d'avant ou presque

Publié le à Paris (AFP)

Café ou choucroute dégustés en salle, piscines et centres sportifs rouverts: les Français ont retrouvé des pans entiers de leur vie d'avant, mercredi, dans un contexte d'évolution "très favorable" de l'épidémie de Covid-19.

Auparavant, "je ne me levais pas avant 10H00 mais là, à 6H30 j'étais debout, la natation c'est ma drogue", explique Bertrand Compin, 73 ans, qui sort, palmes sous le bras, d'une piscine de Strasbourg.

Comme Maxence ravi de retrouver son centre d'escalade à Paris ou Stéphanie ses machines de musculation, bon nombre de Français se sont rués dans les salles de sport et gymnases à leur réouverture mercredi, malgré une capacité d'accueil réduite à 50%.

Restriction identique pour le service en salle dans les cafés et restaurants qui peuvent désormais accueillir du public à l'intérieur, trois semaines après la réouverture des terrasses, accessibles à 100% de leur capacité.

Pas question toutefois de s'accouder au comptoir et les clients doivent s'enregistrer dans un cahier de rappel (aussi sous forme de QR code).

Joseph et Viviane, un couple de retraités luxembourgeois, sont des habitués de la très traditionnelle Maison Kammerzell à Strasbourg. Ils ont pris leur "plat préféré: la choucroute aux trois poissons" et malgré un soleil radieux, dédaignent la terrasse car ils préfèrent "être au calme".

A l'autre bout de la France, dans la salle du Concorde, l'un des café-restaurants les plus anciens de Toulouse, Claude Campa, 72 ans, un habitué de longue date, se réjouit de ce "retour à la normalité". "Je suis très attaché aux cafés, aux rencontres que l'on peut avoir par hasard", dit-il.

Toujours dans la ville rose, Sandrine Bellamy, 47 ans, est "un peu angoissée" et se demande si elle va bénéficier de la fin du télétravail à 100% et du retour des pots entre collègues. Dans son restaurant "L'Etourdi (e)", installé près d'un quartier administratif, elle compte sur "la clientèle de bureau pour les repas de midi".

Parcs d'attraction et zoos, centres de thalasso et casinos participent aussi à la vague des réouvertures, tout comme les salons professionnels. Les pélerinages sont en phase de reprise à Lourdes et les cérémonies dans les lieux de culte voient leur jauge augmenter à une place sur deux.

- "Evolution très favorable" -

Mercredi, la capacité d'accueil des cinémas, musées, théâtres est montée à deux tiers contre un seul tiers le 19 mai, même chose pour les salles des fêtes ou chapiteaux.

Au cinéma UGC Opéra, Dominique Duforest, 66 ans s'apprête, avec "Le Discours", à voir son 12e film en trois semaines, tandis qu'une autre retraitée de 72 ans qui "en temps normal, voit 180 films par an", entend se rattraper.

Rencontrées au Louvre, Marie Moreau, 39 ans et sa fille Emma, 11 ans, mettent le cap sur la Joconde et les peintres italiens "avant le retour des touristes". "On veut profiter qu'il y ait moins de monde", explique Mme Moreau.

Jauge des deux-tiers et maximum de 5.000 spectateurs s'appliqueront aussi aux festivals, autorisés en configuration assise et en plein air, tout comme les compétitions sportives: matchs de football et tournoi de Roland-Garros.

Il faudra attendre le 30 juin pour la fin du couvre-feu et des jauges dans les établissements accueillant du public. Les festivals conserveront une limite de 4 m2 par festivalier et le pass sanitaire (tests ou certificat de vaccination) au-delà des 1.000 spectateurs.

Les discothèques, qui pourraient rouvrir vers le 2 juillet selon l'un des syndicats du secteur, verront leur situation réexaminée le 21 juin, jour de la Fête de la musique qui devra se passer des concerts d'amateurs au coin de la rue ou au café.

Tous ces allègements sont permis du fait d'une "évolution très favorable" de l'épidémie, y compris dans le Sud-ouest où "on a repris une dynamique à la baisse" après des signaux d'alerte la semaine passée, s'est réjoui le ministre de la Santé.

Olivier Véran a souligné la réduction accélérée des contaminations, en baisse de près de 40% "d'une semaine à l'autre", avec environ "6.000 cas diagnostiqués" au quotidien. A comparer au rythme effréné des nouvelles contaminations qui avaient dépassé les 35.000 le 1er avril.

"C'est une bonne nouvelle, nous le devons notamment à la vaccination", a souligné le ministre.

Selon des chiffres officiels, quasiment 21% de la population était considérée comme complètement vaccinée au 7 juin et l'objectif de 30 millions de primo-vaccinés (57% de la population adulte) devrait être atteint avant la date butoir du 15 juin, selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info