Canada: le rival de Trudeau contre-attaque lors d'un second débat télévisé tendu

Publié le à Gatineau (Canada) (AFP)

A deux semaines d'élections législatives canadiennes toujours indécises, Andrew Scheer, le grand rival de Justin Trudeau, a attaqué de front lundi le Premier ministre sortant qu'il a qualifié d'"imposteur" lors d'un deuxième débat télévisé tendu.

Alors que le chef du parti libéral et candidat à sa réélection le 21 octobre avait mis Andrew Scheer en difficulté sur l'avortement lors d'un premier débat en français la semaine dernière, il a cette fois subi des attaques vigoureuses du chef conservateur, notamment sur son rôle dans un scandale de pressions sur la justice qui a miné la fin de son mandat.

"Monsieur Trudeau, vous avez enfreint deux fois les lois sur l'éthique. Vous vous êtes immiscé dans une procédure pénale en cours... quand avez-vous décidé que les règles ne s'appliquent pas à vous ?", a lancé M. Scheer dès le début des échanges.

M. Trudeau "ne se souvient même pas de combien de fois il s'est déguisé en +blackface+ parce qu'il porte toujours un masque", a déclaré le chef conservateur en référence à la publication récente de photos de jeunesse le montrant grimé de noir ("blackface") lors de soirées privées entre les années 1990 à 2001.

"Vous êtes un imposteur et vous ne méritez pas de gouverner ce pays", a-t-il lancé.

Les deux rivaux, toujours au coude à coude dans les derniers sondages, se sont affrontés sans retenue lors du seul débat de la campagne en anglais dans un pays où les deux tiers des habitants sont anglophones. C'est la première fois que les dirigeants des six grands partis en lice s'affrontaient depuis le début de la campagne.

- Echanges houleux sur l'environnement -

Après une semaine difficile suite à un premier débat en français où il s'est montré hésitant et la révélation par la presse de sa double nationalité canado-américaine, le leader conservateur est revenu à la charge contre M. Trudeau pour tenter de convaincre les nombreux électeurs canadiens encore indécis.

Plus à l'aise dans sa langue maternelle qu'en français, M. Scheer en a également profité pour critiquer le bilan économique du Premier ministre sortant ainsi que la taxe carbone fédérale mise en place par celui-ci.

Les échanges les plus houleux ont eu lieu sur le thème de l'environnement, menant à un affrontement cacophonique entre MM. Trudeau et Scheer, le premier défendant son bilan environnemental et le second reprochant à son rival de mentir sur celui-ci.

Justin Trudeau a également botté en touche sur le sujet controversé des oléoducs, critiqué d'un côté par M. Scheer pour ne pas en avoir assez fait, et de l'autre par les chefs verts et néodémocrates pour avoir nationalisé l'oléoduc Trans Mountain.

"Vous n'avez pas à choisir entre M. Délai (Justin Trudeau) et M. Déni (Andrew Scheer)", est intervenu en plaisantant Jagmeet Singh, chef du Nouveau parti démocrate (gauche), qui a renvoyé dos à dos les deux dirigeants et s'est présenté comme la véritable alternative.

- Jagmeet Singh monte en puissance -

"M. Scheer et M. Trudeau se disputent pour savoir qui est le pire Premier ministre pour le Canada", a-t-il déploré.

Relativement invisible jusqu'au début de la campagne, ce sikh coiffé d'un turban coloré n'a depuis cessé de monter en puissance. Sa formation pointe désormais à la troisième place dans les intentions de vote, devant les Verts d'Elizabeth May.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, a principalement défendu les intérêts de la province francophone, misant sur une vague de sympathie qui a récemment fait remonter cette formation souverainiste dans les sondages provinciaux, chassant sur les terres libérales de Justin Trudeau.

Le chef du Parti populaire du Canada (droite), Maxime Bernier, a été invité tardivement au débat. Ancien rival malheureux d'Andrew Scheer à la tête du parti conservateur, il s'est illustré en coupant fréquemment la parole à ses opposants puis en essuyant des critiques sur ses propos exprimés sur Twitter, notamment à propos de la jeune militante suédoise Greta Thunberg, qu'il a qualifiée de "mentalement instable".

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous avez aujourd’hui beaucoup d’intuition. Vous écoutez votre petite voix intérieure avant de prendre une décision.

Taureau

Votre nature entière vous permet d’aller jusqu’au bout de vos idées. Vous ne lâchez rien dès que vous voulez quelque chose.

Gémeaux

Vous êtes appliqué, plein de bonne volonté, prêt à exécuter ce que l’on attend de vous.

Cancer

Vous avez une demande à effectuer ? C’est une bonne journée pour vous jeter à l’eau.

Lion

Vous êtes à nouveau confronté à un problème que vous avez mis de côté il y a quelques semaines.

Vierge

Vous avez besoin de vous rendre utile, de vous sentir indispensable, d’attirer sur vous les regards.

Balance

Vous travaillez dans une bonne atmosphère, une ambiance agréable. Vous évitez les conflits.

Scorpion

Vous êtes face à un choix professionnel que vous ne pouvez plus reporter. Vous devez trancher.

Sagittaire

C’est en famille que vous passez aujourd’hui vos meilleurs moments. Vous décompressez, vous relâchez vos tensions.

Capricorne

Vous n’hésitez pas à faire le premier pas, à exprimer ce que vous avez sur le cœur. Vous vous dévoilez enfin.

Verseau

Un accord ou un bon arrangement vous permet de gagner du temps, de franchir une étape déterminante.

Poissons

Vous vous imposez des limites, une rigueur indispensable si vous voulez mener vos affaires à bon port.

Notre sélection d'annonces