Championnats d'Europe de voile: "J'ai un peu énervé les filles", s'amuse Charline Picon

Publié le à Paris (AFP)

Sur la route de Tokyo, Charline Picon fait escale cette semaine à Vilamoura, au Portugal, pour le Championnat d'Europe 2021 de planche à voile (RS:X): la championne olympique 2016 domine son sport, de quoi "énerver les filles" venues pour la contrarier.

Q: Comment abordez-vous ce nouvel Euro, quatre mois après avoir décroché l'or européen ?

R: "Au (dernier) Championnat d'Europe, j’ai certainement un peu énervé les filles, je sais que cet hiver ça a bossé dur et là, ça va être un autre moment d’évaluation, sachant que l'objectif ultime, c’est les Jeux. Je ne cours pas après un titre européen, maintenant aller en décrocher un cinquième, je ne dis pas non ! Je sais que sur le papier j’ai tout pour. Il va falloir aller la chercher cette médaille. Les filles ont le couteau entre les dents, elles ne veulent pas me laisser prendre ce leadership comme je l’ai fait en novembre, ça va être la bataille. La flotte est petite mais avec un niveau super élevé, c’est quasiment la flotte JO".

Q: Comment se passe votre préparation olympique ?

R: "J'ai pris un rythme que j'aime bien depuis l’après déconfinement, en gros une semaine de stage, une semaine à la maison (à La Rochelle), ça me permet de tout concilier. Quand je suis en stage, c’est axé navigation, quand je suis à la Rochelle, je vois ma fille, mon conjoint, j'ai pu travailler sur mon projet kiné et faire de la préparation physique. Et j'ai deux partenaires garçons, qui ont moins de 20 ans, ça me pousse toujours à l’entraînement. J’ai mis ça en place à partir de l’été dernier quand le monde de la RS:X commençait à s’effriter et que tout le monde partait en foil et qu’on s’est retrouvé un peu seul. Normalement, ils sont un petit peu plus rapides que moi, le but c’est de les tenir au maximum. C’est une énergie que tu sens".

Q: Arrivez-vous à vous projeter sur les JO, qui s'annoncent particuliers ?

R: "Ce sont des Jeux complètement différents, cette grande fête du sport que j’ai vécue deux fois ne va pas être la même au Japon. Déjà rien que par le respect de la bulle olympique, on fait hôtel-marina, on n’a même pas le droit de faire un footing, pour l’instant c’est ces règles-là. Et si tu as une médaille, on ne sait même pas tu peux la célébrer ! Ca fait quatre, cinq ans qu’on prépare ces Jeux, on a évidemment plus qu’envie de les faire. J’espère que ce sera une bonne image pour dire qu'on garde espoir et que c’est un nouveau départ. Après, le fait qu'il ne devrait pas y avoir de public, par rapport à ce que j’ai vécu à Rio je me dis que ça va être bizarre, mais si j’ai une médaille, ça m’ira très bien !"

Propos recueillis par Sabine COLPART

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info