Chypre: quatre morts dans le pire incendie depuis des décennies sur l'île

Publié le à Vavatsinia (Chypre) (AFP)

Quatre travailleurs égyptiens ont péri dans un énorme incendie qui a ravagé des pans entiers du massif forestier du Troodos, dans le sud de Chypre, ont annoncé dimanche les autorités, le président évoquant l'une des pires catastrophes de l'histoire récente de l'île méditerranéenne.

Le feu qui s'est déclaré samedi au nord de la ville portuaire de Limassol a embrasé le flanc méridional du massif, principal poumon vert de ce petit pays de l'Union européenne qui subit des canicules et des épisodes de sécheresse de plus en plus marquées.

Les pompiers ont réussi dans la matinée de dimanche à maîtriser partiellement les flammes, mais ils craignaient une reprise en raison de vents plus violents en fin de journée.

Quatre corps carbonisés ont été découverts à proximité du village d'Odos, dans le district de Larnaca (sud), a déclaré aux journalistes le ministre de l'Intérieur, Nicos Nouris.

Il s'agit de quatre travailleurs égyptiens portés disparus depuis samedi, ont confirmé les autorités chypriotes à l'ambassade d'Egypte à Nicosie.

Leur véhicule, complètement carbonisé, a été retrouvé dans un ravin. Bloqués par le feu, ils ont quitté leur voiture pour fuir à pied, mais ont été rattrapés par les flammes 600 mètres plus loin sur les hauteurs, a expliqué à l'AFP un policier sur place.

Un homme de 67 ans, soupçonné d'avoir provoqué l'incendie, a été arrêté. Un témoin l'aurait vu quitter les lieux dans sa voiture au moment du déclenchement de l'incendie, a indiqué la police, ajoutant qu'il pourrait aussi faire face à des accusations d'homicide involontaire.

Situé dans le sud-est du bassin méditerranéen, Chypre connaît de fréquents feux de forêt durant la longue période de sècheresse estivale, qui court traditionnellement de juin à octobre, sous des températures caniculaires.

- "Le plus vaste" -

Le président Nikos Anastasiades s'est rendu dimanche au centre de gestion de crise dans le village de Vavatsinia, situé à quelques kilomètres à l'est de l'incendie.

"Plus de 55 kilomètres carrés" ont été ravagés, a-t-il déclaré, mettant en garde contre la possibilité d'une reprise.

"La situation est sous contrôle partiel, ce qui nous inquiète c'est une augmentation de la force des vents", a-t-il ajouté.

L'incendie est "le plus vaste" enregistré depuis 1974", date de la partition de l'île, a écrit M. Anastasiades dans un tweet, évoquant "une tragédie". Cette année-là, l'armée turque avait envahi le tiers nord de l'île en réaction à un coup d'Etat de nationalistes chypriotes-grecs qui souhaitaient la rattacher à la Grèce.

"Des vies, des propriétés, des terres et des forêts ont été perdues. Le gouvernement va aider immédiatement les victimes et leurs proches", a promis le président.

Dimanche, des pompiers étaient stationnés le long de la route menant à Vavatsinia et plusieurs hélicoptères tournaient dans le ciel à proximité de l'incendie. Quelques nuages de fumée blanche s'élevaient encore au-dessus des foyers tout juste éteints.

Dans le village de Ora, plusieurs maisons ont été carbonisées, a encore constaté une journaliste de l'AFP.

Dans les zones où le feu a été maîtrisé, des troncs d'arbres calcinés chancèlent sur un parterre de cendres et sur les flancs de collines, le gris a remplacé le jaune des herbes sèches à perte de vue.

- Renforts internationaux -

Face à l'ampleur du sinistre, les autorités chypriotes ont lancé un appel à l'aide internationale dès samedi soir, auquel la Grèce et l'Italie ont répondu dans le cadre du mécanisme d'aide d'urgence européen avec l'envoi de Canadairs.

Deux autres avions bombardiers partis d'Israël, dont les côtes sont distantes de plus de 200 kilomètres, devaient atterrir en début d'après-midi avec une équipe de 15 membres et quatre pilotes.

Samedi soir, plus de 20 véhicules des pompiers, six hélicoptères et quatre avions étaient déjà mobilisés, ainsi que des membres des troupes britanniques stationnées sur les bases du Royaume-Uni installées sur l'île.

Plusieurs villages ont été évacués par précaution face à l'avancée des flammes.

L'île méditerranéenne est confrontée à une hausse persistante des températures et à des épisodes de sécheresse de plus en plus marqués depuis la fin du XXe siècle.

Ces derniers jours, les températures ont largement dépassé les 40 degrés dans l'intérieur de l'île. Quant aux précipitations, elles ont été quasi inexistantes depuis la mi-avril.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info