Collision dans l'Aube: l'enquête se poursuit sur l'accident qui a fait 6 morts

Publié le à Lavau (France) (AFP)

L'enquête sur les causes de la collision frontale mardi entre un minibus et un poids lourd, dans l'Aube, où cinq enfants et un adulte ont péri, se poursuivait mercredi alors que leurs corps devaient être rendus aux familles dans la journée.

L'autopsie du conducteur du minibus, âgé de 29 ans, devait être pratiquée à la mi-journée à l'Institut médico-légal de Reims, a annoncé à l'AFP le procureur de Troyes, Alex Perrin.

A la fois conducteur et animateur, il a été tué sur le coup ainsi que cinq enfants âgés de 12 à 14 ans et demi, de retour d'une excursion au Lac d'Orient organisée par le service jeunesse de Nangis, une commune de Seine-et-Marne de 8.000 habitants.

Leur véhicule, dans lequel se trouvaient également une animatrice et deux enfants, blessés dans l'accident, a percuté de plein fouet un poids lourd roulant en sens inverse sur une départementale de l'Aube, à hauteur de Courteranges, une petite commune à une dizaine de kilomètres au sud-est de Troyes.

Au funérarium du Moutot, un bâtiment cubique gardé par des gendarmes et entouré de grilles recouvertes de bâches Lavau, à Lavau, dans la banlieue de Troyes, le corps d'une des victimes, probablement le conducteur du minibus, a quitté les lieux dans la matinée, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les corps doivent être transportés directement à Provins (Seine-et-Marne), Colombes (Hauts-de-Seine) ou dans le Loiret, selon la volonté des familles, a indiqué à l'AFP le directeur général des services de la ville de Nangis, Antoine Blocier. "Ca va être au cas par cas, il n'y aura pas de cérémonie ou de cercueils alignés".

Selon le témoignage d'une automobiliste, légèrement blessée dans l'accident, le minibus se serait déporté sur la voie de gauche pour une raison qui reste à déterminer, selon une source proche de l'enquête.

Une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires va être ouverte "en fin de semaine", a annoncé à l'AFP le procureur de la République de Troyes, Alex Perrin.

- Les rescapés bientôt entendus -

Le test d?alcoolémie pratiqué mardi après l'accident sur le conducteur du poids lourd, salarié d'une société de transports vosgienne, s'est révélé négatif, a précisé le magistrat. "Très choqué et légèrement blessé", il a été brièvement hospitalisé à Troyes avant de rentrer chez lui dès mardi soir, selon la direction de l'hôpital.

Son audition devrait avoir lieu "dans les 48 heures", a annoncé M. Perrin, en précisant que le chauffeur routier avait déjà été entendu une première fois sur les lieux de l'accident. "On n'est pas sur une audition totalement complète, qui reste à faire".

L'expertise du minibus, qui sera effectuée dans le cadre de l'information judiciaire, devrait "prendre quelques jours". "Je n'attends rien avant la fin de la semaine prochaine", a précisé le magistrat.

Les deux enfants et l'animatrice qui ont survécu à l'accident ont également été hospitalisés à Troyes : ils devraient être entendus par les gendarmes chargés de l'enquête "dans les jours qui viennent", selon M. Perrin.

"Sur le plan physique, ils souffrent de quelques fractures, coupures et contusions suite à la violence du choc, mais leur pronostic vital n'est pas du tout engagé", a déclaré de son côté à la presse Philippe Blua, le directeur de l'hôpital de Troyes.

Aucun des blessés ne devait sortir de l'hôpital mercredi, a indiqué la direction de l'hôpital à l'AFP en précisant qu'une nouvelle conférence de presse aurait lieu jeudi à 11H00.

Une cellule médico-psychologique, mise en place à Nangis et ouverte à tous les habitants, doit être maintenue "jusqu'à vendredi", selon la mairie qui a indiqué à l'AFP vouloir obtenir l'accord des familles des victimes pour organiser une marche blanche.

Dans cette petite ville de 8.000 habitants située dans l'est de la Seine-et-Marne, l'accident a provoqué un choc. "C'est terrible, je me mets à la place des parents", a témoigné mercredi matin Betty Rol, 39 ans, "incapable de penser à autre chose" depuis la collision.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.