"Comme une bombe": une ville du Kentucky transformée en zone de guerre

Publié le à Mayfield (Etats-Unis) (AFP)

"C'est comme si une bombe avait explosé dans notre quartier": après une nuit éprouvante dans l'obscurité totale, Alex Goodman a découvert samedi la dévastation causée par une tornade surpuissante dans sa ville de Mayfield, dans le Kentucky.

Le jour s'est levé sur des pâtés de maisons rasées, des bâtiments effondrés, des arbres déracinés, des grandes bâtisses aux toits arrachés, des véhicules empilés et réduits à l'état d'épaves.

Les victimes se comptent par dizaines: le gouverneur du Kentucky a même dit redouter un bilan dépassant 100 morts dans l'Etat.

Mme Goodman et sa famille n'en font pas partie. "Heureusement, nous habitons dans une très vieille maison, nous étions au sous-sol" quand la tornade a frappé dans la soirée, relate-t-elle à l'AFP.

- "Patrimoine effacé" -

"L'électricité a vacillé, puis le courant a été coupé. On pouvait réellement sentir la maison vibrer. La simple force du vent et de la pluie était incroyable. C'était le noir intégral, cela foutait les jetons", décrit la femme de 31 ans, mère d'un nouveau-né.

Une fois l'exceptionnel phénomène météorologique éloigné, son mari et son père ont dû couper les arbres abattus par les bourrasques pour accéder à leur voiture.

Sans les décorations lumineuses de Noël pour se guider, sans éclairage public et avec des communications téléphoniques aléatoires, il a fallu s'employer pour prendre des nouvelles des amis, des voisins, de la famille.

"Nous sommes une petite communauté soudée", se rassure Alex Goodman, "on fait tout ce qu'on peut".

Puis la lumière du jour a révélé l'ampleur de la catastrophe. "Nous vivons dans une commune historique et tout notre patrimoine historique a été effacé. Nous avons quatre églises anciennes, notre tribunal, notre banque... tout est détruit", se désole l'Américaine.

- Fouilles nocturnes dans le décombres -

Parmi les bâtiments les plus touchés figure une usine de bougies, où une centaine d'employés travaillaient en horaires nocturnes pour faire face à la demande de la période des fêtes. L'édifice s'est partiellement écroulé.

Ivy Williams s'est précipité sur place en pleine nuit, à la recherche de son épouse Janine, salariée de la fabrique.

"J'ai reçu un appel de ma femme à 22h00, me disant que la tempête était vraiment mauvaise, j'ai dit +OK+ et voilà on a raccroché. Puis à 22H30 ma fille m'a téléphoné pour m'annoncer que le toit était arraché", a-t-il raconté à CNN.

"Je me suis précipité et quand je suis arrivé c'était comme cela, je veux dire, ce n'était plus un bâtiment", a-t-il poursuivi.

"Puis j'ai pris part aux opérations autant que je pouvais, j'ai réussi à agripper deux personnes, une femme et un homme. Et je n'arrêtais pas d'appeler le nom de mon épouse --Janine Williams!-- sans avoir de réponse. Et samedi j'ai vu un homme avec qui elle travaillait, qui m'a dit qu'elle était sur la liste des gens qui ont été extirpés. Mais j'ignore où ils l'ont emmenée".

Ailleurs dans le Kentucky, mais aussi dans les autres Etats de plaines et agricoles de l'Illinois, de l'Arkansas, du Tennessee et du Missouri, les tornades ont également semé le désespoir et le chaos.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info