Confiance ou pas: Tsipras joue son va-tout au Parlement grec

Publié le à Athènes (AFP)

Le Premier ministre grec Alexis Tspiras joue mercredi soir son va-tout devant le Parlement, appelé à voter la confiance au terme de deux jours de débats acharnés entre partisans et opposants de l'accord sur le nouveau nom de la Macédoine.

Avant de voter prochainement sur l'accord de Prespes (ou Prespa) qui rebaptise le petit pays balkanique en "République de Macédoine du Nord", les députés grecs doivent décider mercredi à minuit (22H00 GMT) s'ils accordent ou non leur confiance au gouvernement Tsipras.

"Je suis certain que les élus vont sauvegarder la stabilité du pays car nous sommes à un moment très important", a déclaré mercredi le chef du gouvernement grec, dont la coalition a éclaté sous l'effet des divisions provoquées par cet accord gréco-macédonien conclu en juin.

Le Premier ministre devrait obtenir la confiance des députés, demandée après la démission de son allié, le ministre de la Défense Panos Kammenos, chef du petit parti souverainiste des Grecs indépendants (ANEL), qui a mis un terme à quatre ans de coalition.

Son parti, Syriza, compte 145 députés sur 300. S'il n'a besoin que d'une majorité simple de 120 députés présents, "l'objectif du gouvernement est d'obtenir plus de 151 votes", soit la majorité absolue, a déclaré Dimitris Tzanakopoulos, porte-parole du gouvernement, cité par l'agence Ana.

Car ce vote "n'est pas seulement un vote de confiance au Premier ministre mais aussi aux initiatives du gouvernement", a-t-il estimé.

Le gouvernement "a encore neuf mois et de très importantes missions à mener", selon le Premier ministre, qui estime que les prochaines législatives n'auraient pas lieu avant octobre, à la fin de son mandat.

Alexis Tsipras est certes fragilisé par le départ de son ancien ministre, qui votera la défiance en raison de son opposition à l'accord gréco-macédonien. Mais il doit pouvoir compter sur le vote de quatre députés ANEL ayant fait sécession et sur celui d'une élue indépendante, selon les médias grecs. La presse évoque également le vote-clé d'un député dissident du parti pro-européen Potami, qui aurait décidé d'accorder sa confiance à Tsipras.

- "Occasion historique" -

À droite, la Nouvelle Démocratie (78 députés), en tête dans les sondages pour les prochaines législatives, votera contre le gouvernement, avec comme objectif de précipiter les élections.

"Le pays a besoin d'un nouveau gouvernement, nous avons perdu trop de temps", a fustigé le chef du principal parti d'opposition, Kyriakos Mitsotakis. Et de promettre, si son parti l'emporte au prochain scrutin, d'annuler l'accord sur le nouveau nom de la Macédoine, qu'il juge "dévastateur".

Après avoir rencontré Alexis Tsipras à Athènes, le commissaire européen Pierre Moscovici a au contraire salué dans cet accord "une réalisation historique d'une importance stratégique".

L'accord ouvre les portes de l'UE et de l'Otan à la jeune République de Macédoine, née de l'éclatement de la Yougoslavie. La Grèce avait jusqu'alors opposé son veto à cette adhésion, jugeant que le nom de Macédoine n'appartenait qu'au patrimoine historique grec et à sa province septentrionale.

Pour Alexis Tspiras, l'accord de Prespes est "une occasion historique" de mettre fin à un litige politico-sémantique qui dure depuis 27 ans.

Le texte doit être validé au Parlement grec, après l'avoir été en Macédoine. La date du débat qui doit avoir lieu avant fin janvier pourrait être annoncée dès minuit.

Mais la bataille sera serrée: pour être adopté, l'accord de Prespes doit recueillir la majorité absolue au Parlement.

"Vous aurez peut-être 151 élus pour le vote de confiance mais vous n'en trouverez pas 151 pour soutenir l'accord" gréco-macédonien, a averti le porte-parole de Potami, Panos Amyras.

Auprès de M. Moscovici, Alexis Tsipras s'est déclaré "optimiste de (bientôt) dépasser les difficultés politiques, tout comme nous avons dépassé les difficultés économiques par le passé". "La prochaine fois que vous viendrez, vous serez forcé de dire +Macédoine du Nord+".

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous adoptez un bon rythme de travail. Malheureusement, tout le monde n’affiche pas la même détermination que vous.

Taureau

Il y a un coup de foudre dans l’air si vous êtes célibataire. Votre vie peut changer du tout au tout.

Gémeaux

Gare aux désillusions. Une passion amoureuse ne se transforme pas d’office en un amour durable.

Cancer

Vous tâchez d’être mieux organisé dans votre travail. Vous commencez par anticiper les demandes.

Lion

L’instabilité dans vos relations commence à vous irriter. Vous voulez pouvoir compter sur le sérieux de vos proches.

Vierge

Vous consacrez un peu de votre temps aux autres. Cela vous fait du bien de vous sentir utile, voire indispensable.

Balance

C’est une bonne journée pour passer à l’action, pour entreprendre ce que vous vous êtes promis de mettre en place.

Scorpion

Ne vous fermez pas aux opportunités professionnelles. Une proposition mérite que vous y réfléchissiez.

Sagittaire

Vous vous emballez un peu trop facilement. Vous prenez une décision que vous regretterez plus tard.

Capricorne

Même si vous semblez maîtriser parfaitement les ficelles de votre profession, prévoyez un blocage.

Verseau

Ne présumez pas trop de vos forces. Restez prudent, même si vous vous sentez en pleine forme.

Poissons

Vous évoluez dans un climat tout à fait serein et propice à une belle histoire d’amour en devenir.

Immobilier pour vous