Coronavirus: l'UE reprend la main sur la vaccination, le Royaume-Uni desserre l'étau

Publié le à Londres (AFP)

L'UE cherchait lundi à reprendre la main sur des campagnes de vaccination anti-Covid au ralenti pour en augmenter la cadence, contrastant avec l'avance prise par le Royaume-Uni qui a commencé à desserrer l'étau avec le retour à l'école des petits Anglais.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dit s'attendre lundi à ce que "100 millions de doses par mois" de vaccin soient livrées au deuxième trimestre à l'UE "et au total 300 millions d'ici fin juin", évoquant à la fois une augmentation de la cadence des livraisons et l'autorisation proche de nouveaux produits.

La cheffe de l’exécutif européen a aussi prévenu que d'autres pays de l'UE pourraient bloquer les exportations de vaccins contre le Covid-19, comme l'a fait l'Italie la semaine dernière pour une livraison du produit d'AstraZeneca vers l'Australie.

L'Italie, qui a passé lundi la barre des 100.000 morts dus au Covid, avait évoqué une pénurie en Europe et un manque de besoin urgent en Australie pour justifier sa décision.

Rome a par ailleurs autorisé lundi l'administration du vaccin d'AstraZeneca aux plus de 65 ans.

Une responsable de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a cependant "déconseillé" lundi aux pays membres de l'UE d'autoriser en urgence le vaccin russe Spoutnik V, invoquant des données insuffisantes pour l'heure sur les personnes vaccinées, alors que la Hongrie a commencé à l'administrer le mois dernier.

En Autriche, un lot du vaccin d'AstraZeneca a été mis au rebut après le décès d'une infirmière, même si "aucun lien de cause à effet" n'a été établi par les autorités sanitaires à ce stade.

- Retour à l'école -

Outre-manche, les petits Anglais sont retournés à l'école lundi, en commençant par les enfants âgés de 5 à 11 ans, première étape pour sortir progressivement d'un troisième confinement instauré dans le pays en janvier.

Grâce à sa large campagne de vaccination - 22 millions de premières doses injectées -, Londres a assoupli les règles très strictes touchant à la vie sociale. La réouverture des magasins non-essentiels et des terrasses de pubs et restaurants est prévue le 12 avril, avant la levée de toutes les restrictions espérée le 21 juin.

L'Allemagne, a aussi levé certaines restrictions lundi: librairies, fleuristes et auto-écoles, déjà rouverts dans certains Länder, étaient ainsi de nouveau autorisés à accueillir des visiteurs dans tout le pays.

Mais d'autres Etats ont serré la vis. En Finlande, de nouvelles restrictions sont entrées en vigueur lundi, dont la fermeture des bars et des restaurants. Idem en Hongrie, confrontée à une recrudescence de l'épidémie, où les écoles et la plupart des magasins et des entreprises doivent fermer leurs portes.

En France, une partie du nord du pays a connu son premier week-end de confinement, une mesure d'une durée de quatre semaines destinée à lutter contre la propagation du variant britannique particulièrement virulent dans cette région.

La lassitude voire la colère contre les mesures de restriction impose l'extrême prudence aux gouvernements, écartelés entre la nécessité de contenir l'épidémie et l'indispensable assentiment de la population.

- Vie quasi normale -

Dans ce contexte, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, doit annoncer lundi si son gouvernement prolonge ou non les mesures en place, dont un couvre-feu après 18H00 qui a été à l'origine de scènes d'émeutes dans le pays.

Contraste saisissant, Israël a retrouvé ce week-end une vie quasi normale à la faveur de nouvelles mesures de déconfinement. "C'est un jour formidable, nous ouvrons les restaurants avec le passeport vert, nous retournons à la vie", a déclaré dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu, attablé en terrasse dans un café de Jérusalem avec le maire israélien de la Ville sainte, Moshé Leon.

Le pays s'appuie lui aussi sur son ambitieuse campagne de vaccination pour desserrer les restrictions, octroyant ce "passeport vert" aux personnes ayant reçu deux doses du vaccin - ou guéries du Covid-19.

L'Etat hébreu, le pays le plus en avance au monde, a déjà injecté des doses à plus de 57% de sa population (près de 44% ont reçu les deux doses), selon un comptage réalisé par l'AFP lundi.

Le pays a aussi lancé officiellement lundi la campagne de vaccination des Palestiniens travaillant en Israël ou dans des colonies en Cisjordanie occupée.

Aux Etats-Unis, qui ont administré plus de 90 millions de doses à près de 18% de leur population, les personnes vaccinées peuvent désormais se réunir par petits groupes en intérieur sans porter de masque et sans respecter la distanciation sociale.

Plus de 304,8 millions de doses de vaccins anti-Covid ont été administrées dans le monde, mais ce chiffre cache de profondes disparités. Les pays les plus pauvres se reposent ainsi sur le dispositif Covax de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour obtenir des doses.

Autre conséquence de la pandémie, la majorité des Japonais sont opposés à la présence de public venu de l'étranger aux Jeux olympiques de Tokyo, prévus du 23 juillet au 8 août, selon un sondage publié lundi.

Singapore Airlines va de son côté inaugurer la semaine prochaine un "passeport numérique" qui permettra aux passagers de prouver leur statut sanitaire, comme leurs tests Covid-19 ou leur statut vaccinal, alors qu'une destination sur trois dans le monde est actuellement complètement fermée aux touristes internationaux, selon l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) des Nations unies.

Le Covid-19 a fait au moins 2,59 millions de morts dans le monde depuis le début de la pandémie, selon un bilan établi lundi par l'AFP.

burx-ode/sg

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info