Coronavirus: la question d'une vaccination obligatoire fait débat

Publié le à Sydney (AFP)

Future vaccination obligatoire en Australie, pas aux Etats-Unis: le débat est lancé avant même la mise au point d'un vaccin, alors que les restrictions se multiplient dans le monde face à la progression de l'épidémie.

Aux Etats-Unis, où l'aversion d'une partie de la population est vive contre des mesures contraignantes comme le simple port du masque, la question semble réglée: le vaccin anti-Covid-19 ne sera pas obligatoire.

Le docteur Anthony Fauci, directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses, a déclaré mercredi qu'on ne pouvait "pas obliger, ou tenter de forcer les gens à se vacciner". "Nous ne l'avons jamais fait", a déclaré ce haut responsable, membre de la cellule de la Maison Blanche sur le virus, lors d'un échange vidéo organisé par l'université George Washington.

"On peut le rendre obligatoire pour certains groupes, comme les personnels médicaux, mais on ne peut pas le faire pour la population générale", a-t-il exclu.

Le gouvernement de Donald Trump a pré-commandé des centaines de millions de doses auprès de six sociétés développant des vaccins potentiels et prévoit que les doses soient gratuites.

Quelques heures plus tôt à la radio à Melbourne, le Premier ministre australien Scott Morrison avait quant à lui annoncé que se faire vacciner contre le coronavirus devrait "être obligatoire" dans son pays, sauf dispense pour raisons médicales.

- Objectif: 95% d'immunisés -

L'Australie s'est assuré d'obtenir un vaccin "prometteur" grâce à un accord passé avec le groupe pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca.

Les autorités australiennes estiment qu'il faudrait que 95% de la population soit immunisée pour l'éradication du virus.

En Australie, où l'épidémie avait été bien contrôlée avant de repartir en flèche dans l'Etat de Victoria, les autorités ont ordonné un couvre-feu nocturne et la fermeture des commerces non essentiels jusqu'au moins au 13 septembre à Melbourne, la deuxième ville du pays.

Qantas, la compagnie aérienne australienne, a par ailleurs annoncé la perte abyssale de 1,9 milliard de dollars sur l'année à cause de l'"effondrement quasi-total de la demande de vols".

Depuis l'apparition de la maladie en Chine en décembre, la pandémie a fait au moins 781.194 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP mercredi sur la base de sources officielles.

Plus de 22.187.780 cas d'infection ont été diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie.

Pays le plus endeuillé, les Etats-Unis ont enregistré 172.965 décès, soit 1.286 de plus au cours des dernières 24 heures. Le pays compte presque un quart des cas diagnostiqués dans le monde.

- Masques à Mykonos -

En Amérique latine, la Colombie, 4e pays le plus touché après le Brésil, le Mexique et le Pérou, a franchi la barre du demi-million de cas.

En Iran, le seuil symbolique des 20.000 morts du Covid-19 a été franchi.

Face à des chiffres inquiétants et des contaminations en hausse, les restrictions se durcissent à travers la planète.

La Finlande, relativement épargnée par la pandémie, a imposé mercredi des restrictions sur les voyages en provenance de la plupart des pays de l'Union européenne, se targuant d'avoir désormais la politique aux frontières "la plus stricte" de l'UE.

Le même jour, la Norvège a ajouté la Grèce, la Grande-Bretagne, l'Irlande, l'Autriche et certaines régions de Suède et du Danemark à la liste des pays où les voyages "non-essentiels" sont déconseillés.

En Grèce, les autorités sont annoncé le port du masque obligatoire sur l'île de Mykonos.

L'Espagne a recensé mercredi 131 morts du coronavirus en une semaine, le double de la veille, tandis que la région de Madrid redevient la région la plus touchée comme au pic de la pandémie. Le nombre de nouveaux cas a lui aussi bondit avec 6.700 de plus positifs recensés en 24H, portant le total à plus de 370.000, le nombre le plus élevé d'Europe occidentale.

- Les spectateurs du Tour aussi -

En France, le nombre de nouveaux cas a dépassé au cours des dernières 24 heures les 3.700, une progression inédite depuis le mois de mai.

Le directeur du Tour de France cycliste a appelé les spectateurs à porter un masque pendant la course, une question de "bon sens" selon lui.

"Pour les spectateurs, sur la route, il n'y a clairement pas de question à se poser (...) Le bon sens indique qu'il faut porter le masque, même si l'obligation formelle de le faire dépend des préfets des 32 départements traversés", a indiqué Christian Prudhomme, le directeur de l'épreuve.

En Italie, à un mois de la reprise du Championnat de football, plusieurs cas de joueurs atteints de Covid-19 ont été annoncés mercredi, alors que certains clubs débutent leur préparation d'avant-saison.

Les sports d'hiver se préparent aussi à une saison particulière. La Fédération internationale de ski (FIS) a publié mercredi son protocole de tests du Covid-19 pour la saison 2020/2021, rendant obligatoire un test pour les sportifs avant chaque évènement à renouveler tous les trois ou quatre jours.

En Chine, pour la première fois depuis le début de l'épidémie, des supporters vont être autorisés à pénétrer samedi dans un stade de football à l'occasion d'un match de championnat de Super League (1re division).

Burx-vmt/ybl

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info