Course finale vers la Maison Blanche: Trump en sprintant, Biden en marchant

Publié le à Dubuque (Etats-Unis) (AFP)

Cinq meetings, dans autant d'Etats décisifs. A deux jours de l'élection présidentielle américaine, Donald Trump a encore emballé le rythme effréné de sa campagne pour rattraper Joe Biden, concentré lui dimanche sur un seul Etat, la Pennsylvanie.

"Un vote pour moi et le parti républicain, c'est un vote pour le rêve américain", a lancé le président-candidat à une marée de partisans réunis dans le Michigan, pour le premier de ses cinq meetings prévus dimanche.

Après cette première étape, M. Trump s'est rendu à Dubuque dans l'Iowa. Il devait ensuite aller en Caroline du Nord, puis en Géorgie, avant un dernier meeting à 23H00 en Floride. Un programme qui avait tout d'un sprint final avant l'élection de mardi.

En face, Joe Biden, était seulement attendu l'après-midi en Pennsylvanie, entouré de responsables religieux, pour mobiliser les électeurs de cet autre Etat-pivot. En ce dernier dimanche avant l'élection, le démocrate, croyant et pratiquant espère aussi convaincre les catholiques qui avaient voté pour le milliardaire républicain en 2016.

A 74 ans, un mois après son infection au Covid-19 et des centaines de meetings de campagne, Donald Trump ne montre aucun signe de fatigue, bien au contraire.

Réunis sous la neige, emmitouflés dans des tenues à l'effigie du 45e président, les supporteurs de Donald Trump ont crié ses louanges dans le Michigan.

"On t'aime! on t'aime!".

Donald Trump avait remporté cet Etat-clé, ancien coeur de l'industrie automobile américaine, avec moins de 11.000 voix d'avance en 2016.

"Le vent m'arrive directement dans le visage et c'est difficile de respirer", a-t-il plaisanté à la foule, muni d'épais gants noirs et de sa célèbre casquette rouge "Make America Great Again" pour braver le froid. Avant d'esquisser des pas de danse aux sons de "Y.M.C.A".

Lundi, l'ancien présentateur de télé-réalité aura également cinq meetings, dans quatre Etats. Donald Trump, qui puise son énergie dans ces rassemblements, occupe le terrain et se plaît à minimiser la gravité du Covid-19, alors même que le nombre d'infections dans le pays continue de battre des records.

La pandémie a déjà fait plus de 230.000 morts aux Etats-Unis.

Et l'épidémiologiste renommé Anthony Fauci a critiqué dans une interview au Washington Post la stratégie du gouvernement Trump pour gérer la résurgence du coronavirus.

A l'opposé de son adversaire, Joe Biden respecte scrupuleusement les gestes barrières et mesures de précaution, au point d'être accusé par l'équipe Trump, qui relaie des interrogations sur sa forme physique et mentale, de se "cacher dans son sous-sol".

- Pennsylvanie, Arizona, Floride -

Une enquête d'opinion du New York Times et du Siena College publiée dimanche montre le démocrate en avance sur Donald Trump dans quatre Etats décisifs, tous remportés par le républicain en 2016: Pennsylvanie, Arizona, Floride et Wisconsin.

Mais les observateurs répètent régulièrement leurs appels à la prudence, pointant pour exemple le scrutin de 2016, où Donald Trump avait créé l'une des plus grandes surprises de l'histoire politique américaine, en battant Hillary Clinton.

Comme Donald Trump et Joe Biden, plus de 93 millions d'Américains ont déjà voté à la présidentielle, sur les plus de 230 millions d'électeurs américains.

Signe de la tension qui règne dans tout le pays à l'approche du scrutin, des commerces de plusieurs villes américaines, dont New York et la capitale Washington, se barricadaient par crainte de manifestations qui dégénéreraient.

En cas de course serrée et de résultats retardés, certains craignent que des partisans des deux candidats ne sortent dans la rue pour réclamer l'abandon de l'adversaire.

"Il va y avoir de la pagaille dans notre pays", a prédit Donald Trump samedi. Et le président n'a pas rassuré en refusant à plusieurs reprises de dire clairement s'il céderait pacifiquement le pouvoir en cas de défaite le 3 novembre.

L'équipe de campagne de Joe Biden a en tout cas annoncé qu'il s'adresserait "à la nation" le soir de l'élection, ce qu'Hillary Clinton n'avait pas fait lors de sa défaite, il y a 4 ans. M. Biden a bénéficié samedi du soutien de Barack Obama, venu partager avec lui les estrades de campagne.

CNN a aussi révélé samedi que plusieurs responsables de la Maison Blanche collaboraient bien depuis des mois, comme le veut la tradition, avec l'équipe Biden pour préparer une éventuelle passation de pouvoirs.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info