Covid-19: accalmie ou nouvelles restrictions, la France dans l'attente

Publié le à Paris (AFP)

Des services de réa qui ont dépassé le pic de la 2e vague de l'épidémie de Covid-19, un virus qui ne freine pas encore sa course, une vaccination trop lente pour modifier la donne: tel est le sombre tableau qui se dresse devant l'exécutif, à la veille d'un énième conseil de défense annoncé comme décisif.

"Les mesures prises il y a dix jours pourraient commencer à montrer des effets dans les tout prochains jours, ou pas, nous le verrons dans les 24, 48 heures vraisemblablement", a assuré le ministre de la Santé, Olivier Véran, mardi à l'Assemblée nationale.

"Si besoin était, nous prendrions d'autres mesures pour toujours protéger les Français", a-t-il ajouté.

L'opposition et une partie des médecins appellent à ne plus attendre pour prendre de nouvelles mesures, dix jours après l'entrée en vigueur, dans 16 puis 3 autres départements, d'un tour de vis qualifié de "faux confinement".

Ils justifient ces appels par la dégradation des chiffres de l'épidémie, qui ont un impact sur l'hôpital.

Avec 4.974 malades en réanimation lundi, le plus haut de la 2e vague de l'automne a été franchi. Et la suite ne s'annonce pas meilleure, car mi-novembre, la circulation du virus et le nombre de contaminations refluaient déjà nettement, ce qui n'est pas le cas à l'heure actuelle.

En comptant les malades du Covid et les autres, près de 9 lits de réanimation sur 10 (6.833 sur 7.665 à la date du 26 mars) sont actuellement occupés, selon le ministère de la Santé, qui précise que "la montée en charge des capacités se poursuit dans toutes les régions".

- Tri? -

Pour autant, les cris d'alarme des directeurs de crise de l'AP-HP et de médecins hospitaliers en Ile-de-France sur le spectre d'un tri des patients divisent.

Lundi soir, l'antenne Ile-de-France de la Fédération hospitalière de France (FHF) a critiqué une "véhémence" de "nature à inquiéter les malades et leurs familles". Au pic de la première vague, au printemps 2020, 7.000 malades Covid-19 étaient soignés en réa.

Le tri est "une ligne rouge", a martelé le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. "Nous ne laisserons pas saturer les hôpitaux, nous ne laisserons pas les médecins devoir trier des malades", a renchéri Olivier Véran.

"C'est déjà le cas", a toutefois jugé sur France Inter le Pr Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Tenon à Paris.

"Le patient qui devait se trouver en réanimation se trouve en unité de soins intensif (...) et ceux qui devraient être en unité de soins intensifs se retrouvent dans une autre salle armée spécialement pour", a-t-il développé.

"La question est: Devrons-nous aller encore plus loin dans +la sélection+", a renchéri sur Twitter le néphrologue Gilbert Deray.

"Parler de tri c'est compliqué, mais c'est vrai qu'une réflexion sur les critères d'admission va être remise sur la table de façon un peu plus importante que cela ne l'est actuellement", a expliqué mardi le Pr Xavier Capdevila, membre de la FHF.

Lundi, 362 nouveaux décès ont été enregistrés dans les hôpitaux, portant le bilan total à 94.983 morts, preuve que les effets de la vaccination (7,9 millions de premières doses injectées, 2,7 millions de secondes doses) sont encore très limités.

En Ile-de-France, l'une des régions concernées par l'interdiction de se déplacer à plus de 10 km sans dérogation et la fermeture de nouveaux commerces, le taux d'incidence s'élevait à 640 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours, aux derniers chiffres arrêtés vendredi.

C'est en très légère baisse par rapport à la veille (643), mais toujours beaucoup plus haut que le seuil d'alerte maximale fixé par les autorités sanitaires (250). Ce seuil était dépassé vendredi dans 60 départements, contre seulement 23 le 10 mars.

- La question des écoles -

Alors que les courbes montent, Emmanuel Macron concentre les critiques à cause de son choix de ne pas suivre, fin janvier, les recommandations du conseil scientifique. Ce dernier préconisait un confinement strict de quatre semaines face à la propagation du variant anglais, plus contagieux et plus virulent.

Dans ce tableau globalement sombre, la question des écoles reste lancinante.

Depuis lundi, un seul cas de Covid justifie la fermeture d'une classe dans les régions les plus touchées par l'épidémie.

Résultat: les fermetures ont quasiment doublé à Paris en une journée, passant de 246 à 473 selon la mairie.

"La situation sanitaire dans les écoles met en danger l'ensemble de notre réponse à l'épidémie", a plaidé un collectif de médecins et de parents d'élèves dans une tribune publiée par Le Monde.

"Fermer les écoles, c'est accepter que des enfants subissent à nouveau des violences intra familiales, c'est creuser les inégalités sociales, c'est aggraver la détresse et la santé mentale d'une population déjà très affectée par cette crise sanitaire", ont à l'inverse estimé plusieurs associations de pédiatres dans un communiqué.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info