Covid-19: enquête sur un ministre brésilien après le chaos en Amazonie

Publié le à Brasilia (AFP)

Un juge de la Cour suprême brésilienne a autorisé lundi l'ouverture d'une enquête pour déterminer la possible responsabilité du ministre de la Santé Eduardo Pazuello dans l'effondrement du système sanitaire à Manaus, en Amazonie, lors de la deuxième vague de la pandémie de coronavirus.

Le juge Ricardo Lewandowski a ordonné que M. Pazuello soit interrogé dans les prochains jours et a fixé un délai de deux mois pour conclure les investigations, a déclaré l'institution.

Le procureur général Augusto Aras a demandé une enquête pour "l'attitude négligente" supposée face à la crise, qui a entraîné la mort d'une centaine de personnes par asphyxie en raison de la pénurie d'oxygène dans des hôpitaux submergés par l'afflux de patients du Covid-19.

Le ministère de la Santé a reconnu avoir été alerté du "manque imminent d'oxygène" par le fournisseur dès le 8 janvier.

A Noël, le ministre était déjà au courant de l'augmentation des infections de Covid-19 à Manaus, mais il a envoyé des représentants du ministère seulement une semaine après, a ajouté le procureur, qui affirme également qu'il y a eu des retards dans le début du transfert des patients vers d'autres États.

M. Pazuello "avait l'obligation légale et la possibilité d'agir pour atténuer" les impacts de la crise, et le retard éventuel "peut caractériser une omission susceptible d'engager la responsabilité civile, administrative et/ou pénale", a déclaré M. Aras.

Pazuello, un général de 58 ans, est le troisième ministre de la santé du président Jair Bolsonaro. Le leader d'extrême droite est vivement critiqué pour sa gestion de la pandémie, qui a déjà fait plus de 217.000 morts au Brésil.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info