Covid-19: l'OMS s'inquiète de l'"explosion" des cas en Europe

Publié le à Copenhague (AFP)

L'Europe connaît actuellement une "explosion" du nombre de cas de Covid-19 et ne doit pas relâcher ses efforts contre la pandémie, a affirmé jeudi le directeur de la branche européenne de l'Organisation mondiale de la Santé, tout en appelant à ne fermer les écoles qu'en dernier ressort.

"Nous observons une explosion" des contagions avec "seulement quelques jours pour un million de cas supplémentaires" en Europe et "nous voyons aussi petit à petit la mortalité augmenter", a souligné Hans Kluge lors d'un entretien à l'AFP.

L'Europe est l'épicentre de l'épidémie ces dernières semaines - la région du monde où le nouveau coronavirus se propage le plus vite, et celle qui, depuis jeudi, recense le plus de contaminations, passant devant l'Amérique latine et les Caraïbes, selon un comptage de l'AFP.

"Nous ne pouvons pas nous relâcher" et "cela va être une période un peu difficile, il faut être honnête là-dessus", a prévenu Hans Kluge.

La zone Europe de l'OMS, qui comprend 53 pays dont la Russie, a enregistré plus de 11,8 millions de cas et près de 295.000 morts depuis le début de la pandémie, d'après le tableau de surveillance de l'organisation.

Au cours des sept derniers jours, près de 1,8 million de nouveaux cas ont été enregistrés, ainsi que 19.500 morts.

Selon les estimations de l'OMS, "avec le port généralisé du masque et un contrôle strict des rassemblements, nous pouvons sauver plus de 260.000 vies d'ici février en Europe".

"Le statu quo n'est pas une option", et l'organisation onusienne appelle les Etats à des mesures "ciblées et proportionnées" pour contrer la hausse des cas et de la mortalité, selon M. Kluge.

La force de l'épidémie en Europe pourrait s'expliquer par une population vieillissante et avec un nombre importants de comorbidités, a-t-il expliqué.

Reconfinements jeudi en Angleterre et samedi en Grèce, couvre-feux en Italie et à Chypre: les gouvernements européens n'en finissent plus de durcir les restrictions face à la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, qui plombe l'économie de la zone euro et fait exploser sa dette publique.

Mais pour l'OMS, les écoles doivent rester ouvertes "jusqu'au bout" et n'être fermées qu'en dernier ressort car "nous ne pouvons pas nous permettre une génération perdue du Covid-19", a plaidé le responsable onusien, dont le siège régional est à Copenhague.

"Il n'y a pas de raison de dire que les écoles sont un des vecteurs principaux de la transmission", a-t-il affirmé.

Quant aux espoirs d'un vaccin, "très probablement il sera trop tard pour cet hiver, nous devons repousser le virus avec les moyens que nous avons", a souligné le Dr Kluge, qui est de nationalité belge.

L'OMS travaille actuellement à des pistes de solutions "out of the box". Outre le développement des tests à domicile, l'organisation étudie une stratégie consistant à alterner des mesures strictes pendant trois semaines et à les relâcher pendant deux semaines.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info