Covid-19 : le monde face à un "tsunami" de contaminations, systèmes de santé sous tension

Publié le à Genève (AFP)

Le "tsunami" des cas de Covid-19 fait peser de lourds risques sur des systèmes de santé déjà sous tension, a averti mercredi l'OMS, sur fond de flambée de la pandémie, avec un nombre record de contaminations dans le monde sur la semaine écoulée.

Le chef de l'Organisation mondiale de la santé a une nouvelle fois tiré la sonnette d'alarme : "je suis très préoccupé par le fait qu'Omicron, plus transmissible, circulant en même temps que Delta, entraîne un tsunami de cas. Cela exerce et continuera d'exercer une immense pression sur un personnel de santé épuisé et des systèmes de santé au bord de l'effondrement".

Cette pression n'est pas seulement due aux nouveaux patients, mais aussi au grand nombre des membres du personnel de santé tombant malades, a ajouté Tedros Adhanom Ghebreyesus. "Les personnes non vaccinées courent beaucoup plus de risques de mourir de l'un ou l'autre de ces variants", a-t-il aussi martelé.

Plus de 935.000 cas de Covid-19 en moyenne ont été détectés chaque jour entre le 22 et le 28 décembre, un nombre encore jamais atteint depuis le début de la pandémie fin 2019, qui représente une hausse de 37% par rapport à la semaine précédente, selon un comptage de l’AFP réalisé à partir de bilans officiels.

La majeure partie des nouvelles contaminations sont constatées en Europe où plusieurs pays ont enregistré de nouveaux records de cas quotidiens.

- "Raz-de-marée" -

Comme en France, avec 208.000 cas recensés mercredi pour les 24 heures écoulées. Des chiffres qui "donnent le vertige", a relevé le ministre de la Santé Olivier Véran. Selon lui, ce n'est plus une "vague", ni même une "lame de fond", mais bien un "raz-de-marée".

Les non-vaccinés ont "peu de chances de passer entre les gouttes, le virus circule trop", a-t-il averti.

En Angleterre, plus de 10.000 personnes étaient hospitalisées avec le Covid-19, une première depuis début mars, tandis que le Royaume-Uni a enregistré plus de 183.000 contaminations supplémentaires. La situation sanitaire y est observée avec beaucoup d'attentions par la communauté internationale, le pays ayant deux ou trois semaines "d'avance" sur les autres pays européens.

Le Danemark, actuellement le pays au monde avec le plus de nouveaux cas de Covid-19 par rapport à sa population, a pareillement pulvérisé son record, avec 23.228 cas supplémentaires en 24 heures.

Même chose en Espagne, pourtant un des champions de la vaccination, avec 100.760 nouveaux cas en recensés en 24h. La précédente vague de records quotidiens datait de mi-janvier et était de près de 40.000 cas en 24h. Madrid vient de réduire l'affluence dans les enceintes sportives à travers le pays. Le Portugal et la Grèce ont de même vu exploser les contaminations.

Situation identique de l'autre côté de l'Atlantique.

Avec plus de 265.000 cas quotidiens en moyenne depuis une semaine, les Etats-Unis font également face à un record d'infections, avec Omicron comme variant dominant. La courbe des hospitalisations et des décès reste toutefois "relativement" basse pour le moment, a relevé Rochelle Walensky, la directrice des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

"Cela pourrait être dû au fait que les hospitalisations tendent à arriver avec un décalage de deux semaines sur les cas, mais aussi à des indications préliminaires (...) d'une maladie moins grave avec Omicron", a-t-elle dit.

En Israël, le nombre des cas supplémentaires augmente aussi (2.967) sans toutefois se traduire jusqu'à présent par une hausse marquée des hospitalisations dans ce pays où plus de la moitié des adultes ont déjà reçu une dose de rappel et où des scientifiques effectuent depuis lundi des essais cliniques sur la pertinence d'une quatrième dose de vaccin.

Jusqu'à présent, l'explosion de la pandémie ne s'est pas traduite par une augmentation globale du nombre des morts, en baisse depuis trois semaines dans le monde

- Nouvelles restrictions -

Pour éviter un engorgement des services de soin, plusieurs pays ont mis en place de nouvelles restrictions strictes.

En France, la préfecture de police de Paris vient d'imposer le masque obligatoire dans les rues de la capitale à partir de vendredi. Cette obligation s'applique aux personnes âgées de plus de 11 ans, "à l'exception des personnes circulant à l'intérieur de véhicules, des cyclistes et des usagers des deux roues" ou des "personnes pratiquant une activité sportive".

En Chine, qui enregistre une poussée épidémique à moins de 40 jours des JO d'hiver de Pékin, les mesures sont plus radicales. Le pays vient de confiner plusieurs dizaines de milliers de personnes supplémentaires.

Après la ville de Xi'an (nord) soumise depuis une semaine à une quarantaine et qui connaît désormais des difficultés d'approvisionnement, plusieurs dizaines de milliers d'habitants d'un arrondissement de la ville de Yan'an, à 300 kilomètres de Xi'an, ont reçu pour consigne mardi de rester chez eux, les entreprises devant fermer.

Le pays a fait état mardi de 209 nouveaux malades en 24 heures, le nombre le plus important en 21 mois.

Mais certaines mesures passent mal. En Belgique, le gouvernement a fait marche arrière après avoir été désavoué par la justice, en rouvrant les salles de spectacle et de cinéma. Sa décision avait suscité la fronde des milieux artistiques.

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 5.413.630 morts dans le monde depuis l'apparition du coronavirus fin 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, mercredi à 11H00 GMT.

Le nombre des morts liées au Covid-19 pourrait selon l’OMS, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée à ce coronavirus, être deux à trois fois plus élevé.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info