Covid-19: les restrictions s'enchaînent en Europe, les manifestations de rejet aussi

Publié le à Leipzig (Allemagne) (AFP)

Les restrictions se multiplient en Europe et provoquent des manifestations de rejet comme samedi à Leipzig et à Madrid face à la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 qui continue de battre des records de contaminations aux Etats-Unis.

Des violences ont éclaté à Leipzig, dans l'est de l'Allemagne, entre les forces de l'ordre et des manifestants "anti-masques" alors que la police avait ordonné la dissolution d'un important rassemblement contre les restrictions prises face à la pandémie de coronavirus.

La police, qui par crainte de débordements s'était déployée en masse dans le centre-ville où se sont rassemblées quelque 20.000 personnes, a indiqué à l'AFP avoir procédé à "des arrestations" sans plus de précisions. Des heurts étaient toujours signalés dans la soirée.

A Madrid, des centaines de complotistes et activistes anti-vaccins ont manifesté samedi le long de la promenade du Prado contre la "dictature" du virus Covid-19 et les restrictions imposées par les autorités espagnoles pour tenter d'endiguer l'épidémie.

"Ils ont besoin de réduire la population" et "ils ont commencé par tuer les vieillards dans les maisons de retraite", a déclaré à l'AFP une manifestante, Chelo Sánchez.

"La peur a pour conséquence une baisse de nos défenses (immunitaires)", a assuré de son côté une autre manifestante, Maribel García, qui dit ne porter de masque que si son interlocuteur "a peur".

Les confinements décrétés à travers l'Europe pour juguler cette nouvelle vague, s'ils sont moins stricts qu'au printemps, sont aussi moins bien acceptés.

"Nous sommes fatigués par le Covid, par les restrictions de plus en plus strictes", déplore Anna Piotrowska, architecte polonaise de 35 ans.

De nouvelles restrictions sont entrées en vigueur samedi en Pologne, qui a enregistré un demi-million de cas : cinémas, théâtres, institutions culturelles sont fermés.

Dans les centres commerciaux, seuls les magasins jugés essentiels sont ouverts. Les élèves du primaire vont passer lundi comme les autres élèves à l'enseignement à distance.

La Grèce s'était réveillée samedi comme engourdie dans un deuxième confinement, comme avant elle la France, l'Angleterre, l'Irlande et des régions d'Italie. La principale rue commerçante d'Athènes, très fréquentée la veille, était déserte, les employés municipaux désinfectant les places vides.

Pour chaque sortie, les Grecs doivent obtenir un feu vert des autorités, par SMS. Des barrages routiers vérifient les permis spéciaux nécessaires pour se déplacer. L'amende pour ceux qui ne portent pas le masque a doublé, à 300 euros. Le confinement devrait durer trois semaines.

Bourdonnant d'activité, les salons de coiffure restent ouverts ce week-end pour répondre à l'énorme demande de coupes de cheveux et de colorations.

"Je veux me faire coiffer pour que ce que je vois dans le miroir tous les matins pendant le confinement ne m'attriste pas", confie à l'AFP Petrina, quadragénaire.

Avant cette mise à l'arrêt, plus de 70.000 voitures ont quitté la capitale vendredi dans les embouteillages, selon la police.

Selon un comptage effectué par l'AFP à partir de sources officielles, la pandémie a fait plus de 300.000 morts sur le continent européen, pour plus de douze millions d'infections.

C'est la deuxième zone du monde la plus endeuillée, derrière l'Amérique latine et les Caraïbes (plus de 410.000 décès).

La France a dépassé a elle seule samedi la barre des 40.000 décès liés au Covid-19, selon des données publiées par l'agence sanitaire Santé publique France (SpF).

Vendredi, c'était l'Italie qui avait confiné 16 millions d'habitants des quatre régions les plus gravement touchées par l'épidémie. L'ensemble de la péninsule est sous couvre-feu entre 22H00 et 5H00.

En Iran, pays le plus touché au Moyen-Orient, le gouvernement s'est résolu à imposer de nouvelles restrictions: centres commerciaux, cinémas et salles de sport fermeront à 18H00 dans certaines villes.

Sur le plan scientifique, des inquiétudes sont nées après la découverte chez douze personnes au Danemark d'une version mutante du SARS-CoV-2 transmissible à l'homme, issue d'élevages de vison. Par précaution le Royaume-Uni a annoncé samedi fermer ses frontières aux voyageurs de ce pays.

La mutation d'un virus est banale et souvent anodine, selon la communauté scientifique. Mais dans le cas de cette souche, appelée "Cluster 5", elle implique, d'après les premières études, une moindre efficacité des anticorps humains, ce qui menace la mise au point d'un vaccin contre le Covid-19.

Six pays, le Danemark, les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède, l'Italie et les Etats-Unis, ont rapporté à l'OMS des cas de Covid-19 dans des élevages de visons. Tous les visons élevés au Danemark, soit 15 à 17 millions d'animaux, vont être abattus.

Le Covid-19 a fait au moins 1.243.513 morts dans le monde et officiellement infecté plus de 49,3 millions de personnes depuis le début de la pandémie, selon un comptage réalisé samedi par l'AFP à partir de sources officielles.

L'épidémie explose aux Etats-Unis, de loin le pays le plus endeuillé au monde avec 236.099 décès dus au nouveau coronavirus.

Un total de 127.021 nouveaux cas positifs au Covid-19 en 24 heures y ont été recensés vendredi, troisième record quotidien d'affilée, selon l'université Johns Hopkins.

Elu samedi à la Maison Blanche, le candidat démocrate Joe Biden avait promis vendredi soir de mettre en oeuvre dès le "premier jour" de sa présidence son plan d'action contre le virus.

"Cela ne pourra pas sauver les vies qui ont été perdues mais cela sauvera des vies ces prochains mois", a-t-il affirmé.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info