Covid-19: Paris-Roubaix une nouvelle fois reporté à l'automne

Publié le à Paris (AFP)

Le Covid-19 a eu raison pour la deuxième fois de Paris-Roubaix: la "reine des classiques" cyclistes, qui était prévue le 11 avril, a été reportée au 3 octobre en raison de la situation sanitaire.

Seul des cinq "monuments" de la saison cycliste à avoir été annulé en 2020, Paris-Roubaix devrait avoir lieu cette année, mais au début de l'automne, une semaine après le championnat du monde prévu en Belgique. L'an passé, l'épreuve avait déjà été reportée à l'automne avant d'être rayée du programme à cause de l'aggravation de la pandémie.

"Il était inconcevable qu'il n'y ait pas Paris-Roubaix pour la deuxième fois en deux ans", a déclaré à l'AFP le directeur du Tour de France Christian Prudhomme, qui organise également Paris-Roubaix.

Les nouvelles dates des courses, puisque pour la première fois la course messieurs créée en 1896 aura une version féminine, ont pu être annoncées par l'Union cycliste internationale (UCI): samedi 2 octobre pour les femmes, dimanche 3 octobre pour les hommes.

L'hypothèse d'un report ou d'une annulation avait pris corps dès le début de la semaine dernière quand le préfet des Hauts-de-France Michel Lalande l'avait publiquement évoquée.

Dans la continuité du tour de vis décidé mercredi par le président de la République Emmanuel Macron, au vu de la situation sanitaire, le préfet a tranché jeudi, à dix jours du rendez-vous qui devait être lancé à Compiègne (Oise), lieu traditionnel du départ.

ASO (Amaury Sport Organisation), qui organise Paris-Roubaix tout comme la plupart des grandes courses cyclistes françaises, a tiré les conséquences de la situation après avoir envisagé de s'adapter et modifier quelque peu le parcours.

- "Attachement viscéral" -

"Nous avons eu une réunion sur le terrain avec les forces de sécurité pour voir si l'on pouvait organiser Paris-Roubaix avec deux, trois secteurs en moins", a expliqué Christian Prudhomme. "Je tiens à remercier le maire de Wallers qui était prêt, même si cela lui déchirait le cœur, m'a-t-il dit, de ne pas passer par la trouée d'Arenberg si cela permettait de sauver Paris-Roubaix".

"Ces aménagements n'ont pas été jugés suffisants", a ajouté le directeur du Tour qui a salué "l'attachement viscéral" de la région à la course: "Il y a une vraie fierté des gens des Hauts-de-France envers leur épreuve, la plus grande course sur une journée. Quand je voyage dans le monde, c'est la seule dont on me parle avec évidemment le Tour de France."

Dans le calendrier cycliste 2021, Paris-Roubaix est le seul des cinq "monuments" de la saison à devoir être reporté. Le premier, Milan-Sanremo, a eu lieu le 20 mars bien que le départ ait été donné au cœur de la capitale lombarde classée zone rouge. Le deuxième, le Tour des Flandres, reste programmé dimanche entre Anvers et Audenarde, comme les autres classiques belges qui ont été organisées jusqu'à présent à huis clos.

Le report a été qualifié auprès de l'AFP de "constat d'échec" par Luc Foutry, président de la communauté de communes de la Pévèle Carembault (Nord), au coeur des secteurs pavés: "On n'est pas en mesure d'organiser une épreuve mondialement connue, alors que nos voisins belges, eux, le peuvent, avec des courses à huis clos…"

"On nous parle du 3 octobre comme date de report. Mais l'an passé, on nous a fait le même coup", a ajouté l'élu local qui s'est dit "sceptique": "Espérons que la campagne de vaccination nous permette d'organiser cette course. D'ici là, nos restaurant et bars seront rouverts pour cette belle fête populaire."

Depuis la première édition à la fin du XIXe siècle, seules les deux guerres mondiales ont eu raison de Paris-Roubaix, entre 1915 et 1918 puis entre 1940 et 1942 avant que le Covid-19 fasse son œuvre.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info