Covid-19 : tableau sombre pour la France, qui attend l'accalmie

Publié le à Paris (AFP)

Des services de réa qui ont dépassé le pic de la 2e vague de l'épidémie de Covid-19, un virus qui ne freine pas encore sa course, une vaccination trop lente pour modifier la donne : tel est le tableau qui se dresse devant l'exécutif, à la veille d'un énième conseil de défense annoncé comme décisif.

Avec 4.974 malades en réanimation lundi, le plus haut de la 2e vague de l'automne a été franchi. Mais la suite ne s'annonce pas meilleure, car mi-novembre, la circulation du virus et le nombre de contaminations refluaient déjà nettement, ce qui n'est pas le cas à l'heure actuelle.

En comptant les malades du Covid et les autres, près de 9 lits de réanimation sur 10 (6.833 sur 7.665 à la date du 26 mars) sont actuellement occupés, selon le ministère de la Santé, qui précise que "la montée en charge des capacités se poursuit dans toutes les régions".

Pour autant, les cris d'alarme des directeurs de crise de l'AP-HP et de médecins hospitaliers en Ile-de-France sur le spectre d'un tri des patients, "une ligne rouge" réaffirmée mardi par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, divise.

Lundi soir, l'antenne Ile-de-France de la Fédération hospitalière de France (FHF) a critiqué une "véhémence" de "nature à inquiéter les malades et leurs familles". Au pic de la première vague, au printemps 2020, 7.000 malades Covid-19 étaient soignés en réa.

- Lundi, 362 morts -

"On n'abandonnera pas les personnes qui viendront à l'hôpital, mais l'offre de soins sera dégradée pour les Covid et pour les non Covid", a insisté, sur France Inter, le Pr Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Tenon à Paris. Le tri des malades ? "C'est déjà le cas" selon lui, puisque "le patient qui devait se trouver en réanimation se trouve en unité de soins intensif (...) et ceux qui devraient être en unité de soins intensifs se retrouvent dans une autre salle armée spécialement pour", a-t-il développé.

Lundi, 362 nouveaux décès ont été enregistrés dans les hôpitaux, portant le bilan total à 94.983 morts, preuve que les effets de la vaccination (7,9 millions de premières doses injectées, 2,7 millions de secondes doses) sont encore très limités.

Dans ce contexte, l'opposition et une partie des médecins appellent Emmanuel Macron à ne plus attendre pour prendre de nouvelles mesures, dix jours après l'entrée en vigueur, dans 16 puis 3 autres départements, d'un tour de vis qualifié de "faux confinement". Et dont les effets ne se voient pas encore de manière claire.

En Ile-de-France, l'une des régions concernées par l'interdiction de se déplacer à plus de 10 km sans dérogation et la fermeture de nouveaux commerces, le taux d'incidence s'élevait à 640 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours, aux derniers chiffres arrêtés vendredi, en très légère baisse par rapport à la veille (643), mais toujours beaucoup plus haut que le seuil d'alerte maximale fixé par les autorités sanitaires (250). Ce seuil était dépassé vendredi dans 60 départements, contre seulement 23 le 10 mars.

- "Roi thaumaturge" -

"Il faut en finir avec le roi thaumaturge", ces rois "dont on pensait qu'ils faisaient des miracles", a critiqué le premier secrétaire du PS, Olivier Faure.

Emmanuel Macron "ne doute pas : il pense que ses choix sont les meilleurs, qu'il est le champion de l'épidémiologie mondiale", a renchéri sur Public Sénat le patron des sénateurs PS Patrick Kanner, qui l'a exhorté à s'exprimer et à "(assumer) les décisions qu'il a prises, dès que possible".

En cause, le choix du chef de l'Etat de ne pas suivre, fin janvier, les recommandations du conseil scientifique, qui préconisait un confinement strict de quatre semaines face à la propagation du variant anglais, plus contagieux et plus virulent.

Emmanuel Macron avait écarté jeudi soir tout mea culpa, assumant son choix de ne pas reconfiner, en jugeant que "l'explosion qui était prévue par tous les modèles" n'a pas eu lieu.

"Aujourd'hui la situation est effectivement dégradée. Maintenant est-ce qu'elle justifie d'aller encore plus loin ?", a interrogé, sur France 2, la députée LREM Yaël Braun-Pivet, en réaffirmant que "fermer les écoles, ce sera vraiment la dernière des dernières mesures à prendre".

Mais dans les régions les plus touchées par l'épidémie, les fermetures de classe, désormais provoquées par un seul cas de Covid, risquent de se multiplier.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info