Covid: inquiétudes aux Pays-Bas, le monde isole l'Afrique australe

Publié le à Schiphol (Pays-Bas) (AFP)

Les Pays-Bas ont annoncé samedi la découverte d'une soixantaine de cas de Covid-19 parmi des voyageurs venus d'Afrique du Sud tandis que le monde continuait sa mise à l'isolement de l'Afrique australe face à la menace d'Omicron, un nouveau variant du coronavirus jugé "préoccupant" par l'OMS.

Selon l'autorité sanitaire néerlandaise (GGD), qui recherche la présence éventuelle d'Omicron, 61 passagers de deux vols arrivés vendredi à Amsterdam en provenance de Johannesburg ont été testés positifs au Covid-19 et placés en quarantaine. Les 531 autres passagers, testés négatifs, pourront s'isoler à domicile s'ils habitent aux Pays-Bas et sinon poursuivre leur voyage.

L'Organisation mondiale de la santé a classé vendredi comme "préoccupant" le nouveau variant B.1.1.529 du virus du Covid-19, détecté à l'origine en Afrique australe et baptisé Omicron. Il représente un risque "élevé à très élevé" pour l'Europe, selon l'agence de santé de l'Union européenne.

Depuis fin 2019, la pandémie a fait au moins 5,18 millions de morts dans le monde, selon un décompte de l'AFP.

Omicron a été détecté en Belgique - un patient arrivé le 11 novembre et testé le 22, venu d'Egypte et ayant transité par la Turquie, selon les autorités. Un cas a également été signalé à Hong Kong, un en Israël sur une personne revenue du Malawi et un autre au Botswana.

Selon le groupe d'experts de l'OMS, les données préliminaires sur ce variant, dont l'identification a été annoncée jeudi en Afrique du Sud, suggèrent qu'il présente "un risque accru de réinfection" par rapport aux autres variants dont le Delta, dominant et déjà très contagieux. Jamais un variant n'avait provoqué autant d'inquiétude dans le monde depuis l'émergence de Delta.

- Frontières fermées -

Sur tous les continents, de nombreux pays se ferment à l'Afrique australe. Les restrictions de voyage, outre l'Afrique du Sud, concernent le Botswana, le Zimbabwe, la Namibie, le Lesotho, l'Eswatini, le Mozambique et dans certains cas le Malawi.

"Les informations sur ce nouveau variant devraient rendre plus évident que jamais que cette pandémie ne prendra pas fin sans vaccinations au niveau mondial", a déclaré le président américain Joe Biden, appelant aussi à donner plus de vaccins aux pays pauvres.

Les Etats-Unis ont interdit l'entrée aux voyageurs venant d'Afrique australe, hormis les ressortissants américains et les résidents permanents dans le pays. Le Canada, le Brésil et plusieurs pays arabes dont l'Arabie saoudite ont également adopté des interdictions. Le Japon va durcir ses restrictions d'entrée, avec 10 jours d'isolement pour les personnes en provenance de cette zone.

La Thaïlande a annoncé samedi une interdiction d'entrée à partir de décembre et une quarantaine obligatoire immédiate pour les voyageurs de la zone déjà autorisés à entrer.

L'Ile Maurice a annoncé vendredi soir "la suspension de tous les vols commerciaux de passagers d'Afrique du Sud à Maurice à compter de lundi". Des vols de rapatriement seront organisés.

En Europe l'UE a recommandé de suspendre tous les voyages en provenance d'Afrique du Sud et de six autres pays de la région. Plusieurs pays dont le Royaume-Uni, la France, l'Italie ou la Suisse ont interdit les vols en provenance de ces pays. Cela s'appliquera à partir de dimanche en Russie, et mardi en Espagne.

Le ministre sud-africain de la Santé Joe Phaahla a regretté des mesures "injustifiées", évoquant "des réactions instinctives de panique". Juste avant l'été austral, le secteur du tourisme sud-africain commençait à peine à espérer une saison normale.

- Flambée -

L'arrivée du variant intervient alors que l'Europe affronte déjà une flambée des cas depuis plusieurs semaines et renforce ses restrictions sanitaires. Les Pays-Bas ont ainsi annoncé vendredi la fermeture de 16H00 à 04H00 GMT des bars, restaurants et magasins non essentiels.

Les craintes liées au nouveau variant ont conduit au report en dernière minute d'une conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), la première depuis quatre ans, qui était prévue du 30 novembre au 3 décembre.

Elles ont aussi fait chuter les cours du pétrole, qui ont connu vendredi leur pire journée en 17 mois, et les indices boursiers: Francfort a perdu 4,15% à la clôture, Paris a connu sa pire séance depuis mars 2020 (-4,75%) et Londres depuis juin 2020 (-3,64%). New York a enregistré sa plus forte chute de l'année (-2,53%).

L'efficacité des vaccins contre ce variant est encore à l'étude. Moderna a annoncé vouloir "rapidement développer un candidat vaccin" pour une dose spécifique à Omicron.

"Il faudra "plusieurs semaines" pour comprendre le niveau de transmissibilité et de virulence du nouveau variant, a toutefois souligné vendredi le porte-parole de l'OMS.

Pour l'Agence européenne des médicaments (EMA), il est "prématuré" de prévoir une adaptation des vaccins à Omicron.

Près de 54% de la population mondiale a reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, mais seulement 5,6% dans les pays à faible revenu, selon le site Our World in Data. En Afrique du Sud, pays le plus touché du continent, seuls 23,8% des habitants sont complètement vaccinées.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info