Covid: le gouvernement toujours à l'offensive face à Omicron

Publié le à Paris (AFP)

Prime pour les infirmières, autotests au supermarché, télétravail: au lendemain de l'annonce de nouvelles restrictions, le gouvernement a pris de nouvelles initiatives mardi pour faire face à la crise sanitaire et la flambée d'Omicron.

A l'issue d'un Conseil de défense suivi d'un Conseil des ministres exceptionnels, Jean Castex a annoncé lundi soir plusieurs mesures - "punitives" selon Marine Le Pen, insuffisantes selon d'autres dans l'opposition - pour tenter de juguler une épidémie qui revient occuper le devant de la scène à moins de quatre mois de la présidentielle.

Sans aller jusqu'au couvre-feu le 31 décembre ou un report de la rentrée scolaire, le Premier ministre a annoncé un retour des jauges, fixées à 2.000 personnes maximum en intérieur et 5.000 en extérieur, le recours "obligatoire" au télétravail "là où c'est possible", l'interdiction des concerts debout et de la consommation debout dans les bars et cafés.

Dès mardi matin, Jean Castex était sur le terrain pour se rendre, accompagné du ministre de la Santé Olivier Véran, dans le service de réanimation du Centre hospitalier intercommunal de Créteil, au sud-est de Paris.

Le Premier ministre n'est pas arrivé les mains vides, annonçant une prime mensuelle de 100 euros nets pour les infirmières des services de soins critiques et de réanimation dès janvier 2022.

- "Reconnaissance" -

Environ 24.000 personnes sont concernées par cette revalorisation salariale, "une reconnaissance indispensable", a-t-il dit.

"Réponse conjoncturelle à un problème structurel: nos soignants sont sous-payés et le Ségur n'a rien réglé! Il est temps de les augmenter vraiment (+30%) et de redonner sens à leur métier!", a réagi le candidat communiste Fabien Roussel.

Selon les données de Santé publique France, le nombre de malades du Covid-19 a continué à progresser lundi avec 16.921 personnes hospitalisées, dont 3.333 dans les services de soins critiques.

Afin de limiter "l'impact sur la société d'une multiplication des contaminations et des cas contacts, qui peut entraîner une paralysie des services publics et privés", le gouvernement doit "ajuster" d'ici à la fin de la semaine les règles d'isolement pour les personnes testées positives et leurs cas contacts.

En attendant, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a indiqué que les élèves des classes de primaire où un cas positif de Covid a été diagnostiqué devraient présenter au moins deux tests négatifs à plusieurs jours d'intervalle, contre un actuellement, pour revenir à l'école.

Le ministère de l'Education a précisé ultérieurement à l'AFP qu'il ne s'agissait que d'une "hypothèse de travail qui est étudiée en lien avec les autorités de santé" et que la rentrée des classes aurait lieu comme prévu le 3 janvier, selon les règles actuelles.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a, lui, demandé aux préfets, dans un télégramme consulté par l'AFP, de prendre des mesures pour "dissuader les rassemblements" et imposer le port du masque en centre-ville, notamment pour la Saint-Sylvestre.

Concernant le télétravail, le gouvernement souhaite imposer aux entreprises récalcitrantes des amendes administratives, a annoncé la ministre du Travail Elisabeth Borne aux partenaires sociaux au cours d'une visioconférence mardi.

Ces amendes "seront introduites par amendement dans le projet de loi" qui va transformer le pass sanitaire en pass vaccinal et qui sera examiné en commission mercredi à l'Assemblée nationale, a rapporté Michel Beaugas, secrétaire confédéral Force ouvrière.

- Jauges -

Quant à la vente d'autotests pour dépister le Covid-19, elle est désormais autorisée dans les grandes surfaces, et donc hors pharmacies, "à titre exceptionnel et jusqu'au 31 janvier 2022", selon un arrêté publié mardi au Journal officiel.

Il s'agit pour le gouvernement "de diversifier les circuits d'approvisionnements et de ventes" face une demande "sans précédent".

Certaines mesures annoncées lundi ont été moquées ou critiquées. "Pas de café debout, pas de popcorn au cinéma, pas de chips dans le train: la nouvelle politique sanitaire du gouvernement est encore plus folle que l'ancienne", a raillé le candidat d'extrême droite Eric Zemmour.

Le monde culturel s'est également alarmé de l'interdiction des concerts debout. Plusieurs artistes, comme Julien Doré, Eddy de Pretto ou Hoshi, ont ironisé sur les jauges qui s'appliquent aux concerts mais pas aux meetings politiques, soumis, a rappelé lundi Jean Castex, "à des dispositions spécifiques dans notre droit constitutionnel".

Pour couper court à la polémique, le parti présidentiel LREM a annoncé qu'il appliquerait les jauges à ses meetings.

Le 49e festival international de bande-dessinée d'Angoulême, initialement prévu du 27 au 30 janvier 2022, va lui être reporté en raison de la crise sanitaire, a annoncé à l'AFP son délégué général Franck Bondoux.

Le monde du sport s'inquiète aussi. Le retour des jauges va "frapper durement les clubs de rugby professionnel" dont les ressources sont liées "à plus de 60 %" à la présence du public, a averti la Ligue nationale de rugby (LNR).

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info