Covid: malgré l'amélioration, pas de réouverture des commerces pour le moment

Publié le à Paris (AFP)

Malgré un léger mieux sur le front épidémique, le ministre de la Santé Olivier Véran a écarté pour le moment la perspective d'une réouverture des commerces avant le 1er décembre, comme le réclament leurs représentants.

Interrogé sur RMC/BFMTV, le ministre a confirmé que le pays avait "commencé" à observer une "décroissance de l'épidémie".

"Cela ne veut pas dire que nous avons vaincu le virus ou que l'épidémie serait terminée, ça veut dire que nous sommes toujours en phase de circulation active importante du virus mais que nous sommes en train de reprendre le contrôle sur la dynamique de l'épidémie", a-t-il expliqué.

Alors que le nombre de nouvelles contaminations est allé en diminuant ces derniers jours, lundi Santé publique France a fait état de 16.784 nouvelles hospitalisations sur une semaine, une tendance à la baisse depuis le 9 novembre.

Dans le même temps, 2.643 malades du Covid-19 ont été admis dans les services de réanimation sur sept jours, alors que cet indicateur dépassait encore les 3.000 en début de semaine dernière.

"Vos efforts sont en train de payer, il ne faut surtout pas les arrêter, il ne faut surtout pas changer de cap", a martelé le ministre de la Santé.

Dans certains hôpitaux, la situation reste très tendue. "Nous travaillons à nouveau en +sur-régime+ depuis un mois et demi", raconte un réanimateur dans un hôpital de région parisienne, qui s'inquiète aussi des déprogrammations d'opérations chirurgicales.

- Le sport entendu -

Signe que les déplacements sont moins nombreux avec ce deuxième confinement, la fréquence des transports en commun d'Ile-de-France va être réduite à partir de mercredi aux heures creuses sur de nombreuses lignes - jusqu'à 50% dans le métro. La SNCF a supprimé jusqu'à 30% de ses trains régionaux.

Confronté à la crise sanitaire, le gouvernement doit aussi composer avec la crise économique et une explosion de la pauvreté.

Les appels se multiplient pour autoriser la réouverture des commerces jugés non essentiels dès le 27 novembre, date du "Black Friday", coup d'envoi habituel des courses de fin d'année.

Lundi, des fédérations de commerçants, soutenus par des élus jusque dans la majorité, ont encore plaidé pour cette date, mettant en garde contre le risque de disparition de centaines de commerçants.

Une demande accueillie avec réserve par le ministre de la Santé: "je n'ai pas d'éléments qui permettent de penser que nous pourrions les rouvrir le 27". Le gouvernement tranchera cette questions "la semaine prochaine", a assuré de son côté le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur France 2.

Les restaurants et les bars devront encore attendre. Le gouvernement leur donnera "des perspectives au début du mois de décembre", a indiqué M. Attal.

- Campagne de vaccination -

Concernant les fêtes de fin d'année, le gouvernement se garde de tout pronostic. Mais la SNCF espère en savoir plus "fin novembre ou tout début décembre" pour préparer ses TGV pour les vacances de Noël, a fait savoir son PDG Jean-Pierre Farandou. Les fleuristes pourront vendre des sapins à partir de vendredi en extérieur.

Le sport professionnel et amateur, autre secteur frappé de plein fouet par les mesures prises pour lutter contre le Covid-19 était entendu mardi matin par Emmanuel Macron, Jean Castex et plusieurs ministres, qui ont reçu plusieurs de leurs représentants

A 18H00 le Premier ministre Jean Castex sera entendu par la mission d'information de l'Assemblée nationale sur la gestion de l'épidémie du coronavirus. Une heure plus tard le directeur général de la santé Jérôme Salomon tiendra un point de situation sur l'épidémie au ministère.

Le gouvernement se penche par ailleurs sur la question de la vaccination, après l'annonce par les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech puis par la société de biotechnologie Moderna d'une efficacité de leurs vaccins supérieure à 90%.

"On prépare une campagne de vaccination pour être prêts au moment où un vaccin sera validé par les autorités de santé européennes et nationales", a expliqué Gabriel Attal, en acquiesçant à la possibilité d'une campagne dès le début de l'année.

Nous travaillons "en terme de logistique (...) pour pouvoir commencer la vaccination au début de l'année 2021" "si le vaccin est efficace et sûr", a complété Olivier Véran.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info