Covid: moqué par Trump pour sa prudence, Biden occupe le terrain

Publié le à Grand Rapids (Etats-Unis) (AFP)

Pendant des mois, Donald Trump a épinglé la prudence de Joe Biden face au Covid-19. Maintenant que le président américain, testé positif, est confiné à la Maison Blanche, son rival démocrate profite de pouvoir faire campagne seul, à un mois de l'élection.

Trop tôt pour dire quel sera l'impact de ce rebondissement spectaculaire dans une campagne présidentielle déjà secouée par plusieurs événements historiques.

Mais l'ironie du retournement de situation pour les deux rivaux de la présidentielle du 3 novembre n'échappait à personne vendredi.

Mardi encore, lors du premier débat présidentiel, le milliardaire républicain s'était moqué des mesures strictes de précaution de son rival face au virus.

"Il peut parler à 60 mètres" de ses interlocuteurs "et il vient quand même avec le plus grand masque que j'ai jamais vu", avait lancé Donald Trump, 74 ans, sur le plateau mardi.

Décrivant son rival comme un "Joe endormi", il avait martelé pendant les mois de confinement que le démocrate se "cachait dans son sous-sol" à Wilmington, dans le Delaware. Une phrase qui a fait mouche avec les partisans de Donald Trump, qui la répètent à l'envi.

Mais dans la nuit de jeudi à vendredi, le républicain a été testé positif au nouveau coronavirus et contraint de suspendre sa campagne.

Après de longues heures d'un silence pesant vendredi matin, Joe Biden, 77 ans, a finalement annoncé qu'il avait été testé négatif, malgré les 90 minutes passées sur la scène du débat. Puis le septuagénaire est parti pour le Michigan.

Portant un masque noir, le démocrate est arrivé dans l'après-midi à Grand Rapids, dans cet Etat du Midwest que Donald Trump avait remporté en 2016.

Se contentant de saluer les journalistes au loin, il n'a pas fait de commentaire. Il doit prononcer un discours sur l'économie dans les locaux d'un grand syndicat.

- "Portez un masque" -

Avant de partir, il s'est permis un tweet en forme de pied de nez, à peine caché à son rival, sans le nommer.

"J'espère que cela servira de rappel: portez un masque, maintenez la distanciation physique, et lavez-vous les mains", a-t-il poursuivi.

Dans la salle du débat à Cleveland, dans l'Ohio, tout le monde avait été testé négatif. Mais le virus peut mettre plusieurs jours à être détecté chez une personne infectée.

La famille de Donald Trump est arrivée masquée, comme celle de Joe Biden, mais a ensuite enlevé les masques.

Après les mois de confinement passés chez lui, puis des déplacements de campagne en voiture restreints non loin de Wilmington, Joe Biden n'avait repris les grands voyages de campagne en avion que fin août.

En face, le républicain a sillonné le pays pour des meetings qui ont rassemblé des centaines de partisans, souvent en plein air.

Mais à 32 jours du scrutin son équipe de campagne a annoncé vendredi que ses événements de campagne déjà programmés seraient tenus de manière virtuelle ou repoussés.

En même temps, l'équipe Biden annonçait de nouveaux voyages: samedi, son épouse Jill Biden se rendra dans le Minnesota tandis que son ancien rival progressiste Bernie Sanders ira faire campagne pour le candidat démocrate dans le New Hampshire.

Et sa colistière Kamala Harris, 50 ans, devait elle se rendre vendredi à Las Vegas, dans le Nevada. Elle n'était pas au débat mais a été testée, elle aussi, négative.

"Le virus reste encore très actif dans notre pays", a-t-elle tweeté. "S'il vous plaît, continuez à porter un masque et à respecter la distanciation physique."

Elle doit débattre le 7 octobre contre le vice-président américain Mike Pence. Le prochain débat entre Donald Trump et Joe Biden est prévu le 15 octobre, mais on ne sait pas encore s'il sera maintenu.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info