Covid: un Conseil de défense pour limiter les risques à Noël

Publié le à Paris (AFP)

Peut-on éviter que le Covid gâche les fêtes? Le gouvernement réunissait vendredi un nouveau Conseil de défense sanitaire qui pourrait annoncer de nouvelles mesures de lutte contre l'épidémie.

La première d'entre elles a été déflorée par le principal syndicat de pharmaciens, avant même la fin du Conseil de défense qui a débuté à 16H00.

Selon la FSPF, le gouvernement s'apprête à annoncer un remboursement des autotests de dépistage du Covid-19, à hauteur de deux par personne entre le 20 décembre et le 2 janvier.

"Seules les personnes vaccinées pourraient bénéficier de la prise en charge des autotests par l'Assurance maladie", précise la FSPF dans un message diffusé à ses adhérents.

D'autres mesures attendues vendredi pourraient porter sur l'accélération de la vaccination, alors que l'arrivée du variant Omicron fait craindre une aggravation de l'épidémie, déjà très forte à cause de Delta.

La vaccination de l'ensemble des 5-11 ans se profile: le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) lui a donné son feu vert vendredi, en excluant toutefois la mise en place de toute obligation pour les enfants, y compris via un pass sanitaire.

- Enfants: réponse lundi -

Mais l'ouverture de la vaccination à tous les enfants de cet âge (après ceux qui sont à risque de forme grave de Covid mercredi) ne sera pas annoncée vendredi soir par le gouvernement. Il manque en effet l'avis de la Haute autorité de santé (HAS), qui le rendra public lundi à 14H00.

Enfin, le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale doit prendre position en milieu de semaine prochaine. Il attend encore des données sur les effets secondaires aux Etats-Unis, qui ont déjà ouvert la vaccination à tous les 5-11 ans.

Le président Emmanuel Macron s'est prononcé mercredi pour cette généralisation, tout en promettant de laisser les parents choisir librement.

La vaccination des enfants, qui se ferait en France avec une version moins dosée du vaccin Pfizer/BioNTech, est un sujet sensible. Plus des deux tiers des parents y sont opposés, selon un sondage Elabe pour L'Express, BFMTV et SFR publié jeudi.

Elle fait l'objet de vifs débats scientifiques car les formes graves de Covid sont extrêmement rares dans cette tranche d'âge, alors que les vaccins peuvent avoir des effets secondaires cardiaques, certes très peu fréquents.

L'intérêt est essentiellement collectif. Une telle mesure viserait à éviter que les enfants deviennent les principaux vecteurs de l'épidémie.

Cette dernière continue de flamber en France, où la cinquième vague, causée par le variant Delta, bat son plein.

- Hôpital saturé? -

Jeudi, 60.866 nouveaux cas ont été diagnostiqués alors que la veille le nombre de nouveaux cas (65.713) avait atteint un niveau sans précédent depuis début avril. Leur moyenne des sept derniers jours, plus parlante pour éviter les fluctuations quotidienne, a poursuivi sa hausse à 50.703.

Le gouvernement redoute une saturation des hôpitaux à l'approche des fêtes de fin d'année, en raison notamment de personnels en congés pendant cette période.

De premiers transferts de patients ont d'ailleurs déjà eu lieu. Deux ont ainsi été évacués de Marseille vers la Bretagne, et trois autres patients de la région Paca le seront vers l’Ile-de-France samedi, selon l'Agence régionale de santé (ARS) Paca.

A part la vaccination, l'exécutif a déjà annoncé jeudi que la France allait durcir ses conditions d'accès pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni afin de limiter la propagation du variant Omicron.

En revanche, la France "n'envisage pas de mettre en place de tests" anti-Covid pour les voyageurs venant d'autres pays de l'UE, a assuré jeudi soir M. Macron.

Enfin, le gouvernement devrait aussi renouveler ses conseils de prudence aux Français et recommander respect des gestes barrières et limitation du nombre de convives à table.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info