Crash à Glasgow: au moins un mort, une trentaine de blessés

Publié le à Glasgow (AFP)

Au moins une personne est morte et une trentaine ont été hospitalisées à Glasgow où un hélicoptère de la police s'est écrasé vendredi soir sur un pub, selon un bilan provisoire de cet accident qui assombrit la journée nationale de l'Ecosse.

La police a indiqué que 32 blessés avaient été hospitalisés à Glasgow, alors que les opérations de secours étaient toujours en cours samedi en milieu de journée.

"A l'heure qu'il est, je peux malheureusement confirmer qu'il y a eu un mort. Nous nous attendons à un chiffre plus élevé dans les heures qui viennent", a déclaré Stephen House, le responsable de la police écossaise, au cours d'un point de presse.

Alors que trois personnes se trouvaient à bord de l'hélicoptère qui s'est écrasé, la BBC évoquait pour sa part un bilan d'"au moins trois morts", et la chaîne de télévision Sky News évoquait "au moins six morts".

Le responsable de la police n'a pas été en mesure de dire s'il y avait des survivants encore à l'intérieur de l'établissement et a souligné que les opérations de sauvetage "très difficiles" se poursuivaient.

L'hélicoptère, un Eurocopter EC135 T2, s'est écrasé vendredi à 22H25 (locales et GMT) sur le toit du pub Clutha Vaults, où une centaine de personnes assistaient à un concert à la veille de la fête de Saint Andrew, le saint patron écossais.

L'appareil transportait deux officiers de police et un pilote civil. Aucune précision n'était disponible sur leur sort, 14 heures après le drame.

Les pompiers, qui mènent les opérations, continuaient de fouiller les lieux "pour s'assurer que tout le monde a été retrouvé", a indiqué Stephen House.

Il a expliqué que les recherches prenaient du temps "en raison des dégâts causés" par l'hélicoptère, dont la carcasse dépassait du toit du pub, situé dans le centre-ville.

Il a précisé qu'"une enquête exhaustive et minutieuse" avait commencé. Une équipe de l'AAIB, le bureau d'investigation sur les accidents aériens, a été dépêchée sur place.

Le constructeur Eurocopter, contacté par l'AFP, a annoncé que ses "experts étaient mobilisés" et allaient "participer à l'enquête", jugeant qu'il était "trop tôt" pour avancer des pistes concernant les raisons de l'accident.

Le Premier ministre écossais, Alex Salmond, qui se tenait aux côtés du policier, a parlé d'un "jour sombre pour Glasgow et pour l'Ecosse", et a ordonné que les drapeaux soient mis en berne ce week-end sur les bâtiments officiels.

"Mais c'est aussi un jour où nous pouvons être fiers de la façon dont nous avons réagi à cette tragédie hors du commun", a ajouté le dirigeant nationaliste qui, quatre jours plus tôt présentait tout sourire son livre blanc pour l'indépendance de la province britannique.

Le Premier ministre britannique David Cameron a quant à lui présenté ses condoléances à ceux "qui ont perdu un être aimé" dans l'accident, et "rendu hommage au courage des habitants de Glasgow qui se sont précipités pour apporter leur aide".

Selon des témoins interviewés par les médias britanniques, l'hélicoptère a chuté "comme une pierre" sur le toit du pub où il s'est encastré.

Les premières images montraient un rotor fiché dans la toiture au milieu des débris, alors que le quartier était bouclé par de très importantes forces de police, afin de favoriser l'accès à une noria d'ambulances.

Des bâches ont été disposées à l'endroit de l'impact.

Jim Murphy, un parlementaire travailliste qui passait dans le quartier en voiture au moment de l'accident, avait indiqué vendredi soir à la BBC avoir vu "des blessés, des gens avec des coupures au visage, d'autres inconscients".

"Les gens ont formé une chaîne humaine pour sortir (les gens) du pub", a ajouté le député.

Grace MacLean, qui se trouvait au moment de l'accident à l'intérieur du pub où elle écoutait le groupe de ska Esperanza, a raconté à la BBC avoir senti soudain "comme un souffle".

"Et puis il y a eu de la fumée. Les gens du groupe (...) ont continué à jouer et puis (le toit) a continué à s'affaisser et quelqu'un s'est mis à crier avant que le pub ne se remplisse de poussière. On n'y voyait plus rien et l'air était irrespirable", a-t-elle décrit.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.