Creuse: un bébé toujours porté disparu, les plans d'eau sondés

Publié le à Chénérailles (France) (AFP)

Les recherches se poursuivaient vendredi autour de la base de loisirs de Chénérailles, dans la Creuse, pour tenter de retrouver un bébé de quatre mois dont les parents affirment qu'il a été enlevé mercredi soir, sans dissiper les interrogations autour de cette affaire.

Plus de 24 heures après la disparition signalée par ses parents mercredi soir, les recherches pour retrouver Loan restaient vaines à la mi-journée. Après avoir ratissé une partie de la forêt communale, à proximité de l'aire de loisirs, où les parents, domiciliés à Lavaveix-les-Mines, à une dizaine de kilomètres de là, ont affirmé que leur bébé avait été enlevé, les gendarmes se concentraient désormais sur les plans d'eau.

Trois plongeurs de la brigade d'Arcachon, arrivés vendredi matin de Gironde avec un sonar, ont commencé à se relayer peu avant 11H00 pour sonder un des deux plans d'eau, a constaté une journaliste de l'AFP. Au moment de la disparition, le véhicule du couple était stationné entre les deux étangs de l'aire de loisirs, une zone boisée qui compte également un kiosque et un terrain de tennis.

Jeudi, les gendarmes, appuyés par un chien de race Saint-Hubert, capable de détecter des pistes olfactives vieilles de 24 à 48 heures, avaient dirigé leurs recherches sur le premier étang, "jusqu'à environ 01H00 du matin", sans résultats, a précisé la gendarmerie.

Au total, une trentaine de militaires et gendarmes, venus de différentes compagnies du département, sont déployés sur la zone. Un périmètre de sécurité a été mis en place, entraînant plusieurs déviations de circulation, alors que la quinzaine de journalistes présents sur place était tenue à distance.

- "Pas de garde à vue" -

Longuement interrogés chez eux jeudi, les parents ont indiqué aux enquêteurs de la section de recherches de Limoges que l'enfant présenterait des "problèmes de santé". Il se trouvait, selon leurs déclarations, dans un couffin de type "cosy", près de leur véhicule, garé non loin d'eux sur une aire de loisirs où ils jouaient à la pétanque. C'est "après un moment d'inattention, (qu')ils ont aperçu un individu s'enfuyant avec le cosy et le bébé".

Sollicité vendredi, le Procureur de la République à Guéret, Sébastien Farges, n'a pas souhaité s'exprimer, se bornant à rappeler "qu'aucune garde à vue" n'avait été prononcée dans cette affaire. Jeudi, lors d'une conférence de presse, il avait appelé à la prudence, se refusant à qualifier les faits, enlèvement ou disparition.

Le magistrat avait également indiqué qu'il n'existait pas de "suspicion" à l'encontre des parents et s'était refusé à tout commentaire sur un quelconque passé judiciaire du père ou de la mère, disant considérer les parents avant tout comme des "victimes". "Les parents n'ont pas pu identifier la personne, qu'ils n'ont vue que de dos", avait-il ajouté, en précisant qu'ils souffraient, tous les deux, de "problèmes physiques" les empêchant de se lancer à sa poursuite.

Dans le même temps, le dispositif alerte-enlèvement, qui permet de diffuser rapidement auprès de la population sur l'ensemble du territoire des informations relatives à un enlèvement afin de provoquer des témoignages susceptibles de favoriser la libération de la victime, n'a pas été déclenché.

Peu de choses ont filtré sur le couple, domicilié à Lavaveix-les-Mines, à environ 25 km au sud-est de Guéret. Agé de 31 ans, l'homme travaille comme maçon et le couple est suivi par les services sociaux. "Ils se sont installés récemment sur la commune. Ils venaient d'Aubusson. On les croisait très peu, personne ne les connaît à Lavaveix", a expliqué un voisin souhaitant rester anonyme.

Leur petite maison blanche, défraîchie, située en face d'une voie ferrée à l'écart du village, était fermée, avec les volets clos, a constaté une journaliste de l'AFP. Citant un proche, le quotidien La Montagne indique que le père de famille a été touché récemment par un drame familial concernant son frère.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.