Cuba: jusqu'à 30 ans de prison pour une vidéo ou des jets de pierres

Publié le à La Havane (AFP)

A Cuba, Zoila était bien seule à Noël: son fils est détenu depuis les manifestations historiques du 11 juillet. Son mari et sa fille, sortis protester dans la rue contre son arrestation, ont eux écopé de 20 ans de prison.

Le couperet tombe, depuis plusieurs semaines, pour des dizaines de Cubains ayant participé à ces rassemblements inédits depuis la révolution de 1959, aux cris de "Liberté" et "Nous avons faim".

L'ONG Cubalex a identifié au moins 158 personnes poursuivies pour sédition, dont Fredy Beirut, 64 ans, et sa fille Katia, 36 ans. Cette semaine, 57 d'entre elles étaient jugées à La Havane, Holguin et Santa Clara.

Le cauchemar de la famille Beirut a commencé quand le fils, Exeynt, 41 ans, a été arrêté à Guantanamo (est) le 11 juillet. Accusé de désordre public, il a été condamné à quatre ans de prison.

En apprenant sa détention, ses proches, installés dans le quartier populaire de La Güinera, en banlieue de La Havane, étaient furieux. Le lendemain, Fredy et Katia sont sortis protester, raconte la mère Zoila Rodriguez, 59 ans, séparée de Fredy mais restée proche de lui.

La manifestation de La Güinera sera la plus violente de celles survenues les 11 et 12, avec un décès.

Le bilan total, selon Cubalex, est de dizaines de blessés et 1.355 personnes arrêtés, dont 719 restent détenues.

- "Consignes contre-révolutionnaires" -

"Ma fille et mon époux ont commencé à être jugés pour un délit de désordre public, requalifié ensuite en délit de sédition", dit Zoila, le regard apeuré.

Fredy a été arrêté dès le 12 juillet, en rentrant chez lui à moto. Sept jours plus tard, des agents de la sécurité de l'Etat ont convoqué Katia, qui s'est présentée en pensant n'avoir rien à craindre.

Le crime de Katia? Avoir filmé avec son téléphone, en diffusant les images en direct via internet, pour "publier tout ce qui se passait et faire en sorte que d'autres personnes se joignent à eux", selon le dossier du parquet auquel l'AFP a eu accès.

Père et fille ont défilé, avec d'autres accusés, "en criant des consignes contre-révolutionnaires" et "peu à peu d'autres personnes les ont rejoints", indique le parquet, avec "des phrases dénigrantes contre la direction du pays" afin de "montrer un climat de troubles et de violence".

Le parquet reconnaît toutefois qu'ils n'ont pas participé à des actes de violence. "Satisfaits après avoir atteint leur objectif de rendre toute cette foule agressive, ils sont rentrés chez eux".

Au terme de trois jours de procès aux côtés de 15 autres accusés, ils ont écopé le 23 décembre de 20 ans de prison.

"Je suis très en colère, toute la famille aussi, et tous ceux qui doivent affronter ça, ce n'est pas concevable que dans un pays où les gens sortent dans la rue pour manifester pacifiquement on les condamne à 20 ans", fulmine Zoila, qui partage son temps entre la garde du fils de neuf ans de Katia et les visites aux parloirs.

- "Ma vie est finie" -

Arrêté également à La Güinera, Dayron Martin Rodriguez, 36 ans, passera les 30 prochaines années en prison.

Sorti le 12 juillet pour acheter à manger pour ses colombes, il est tombé sur la manifestation. "Il a commencé à filmer pour envoyer la vidéo à son père" et en recevant des jets de pierres, il est tombé et a perdu son téléphone, raconte sa mère Esmeralda Rodriguez, 63 ans, installée en Equateur.

Selon le parquet, Dayron et d'autres "se sont armés de pierres et de bouteilles ramassées au sol", "en se lançant contre les agents de l'ordre" afin d'atteindre le commissariat, dans des échauffourées qui ont duré quatre heures.

"Ma vie est finie, j'ai 36 ans et ils m'ont condamné à 30", se lamente Dayron quand il appelle sa mère depuis la prison.

Pour Laritza Diversent, directrice de Cubalex, "les peines ont été infligées pour servir d'exemples" alors que la dure crise économique incite de plus en plus de Cubains à vouloir protester.

Les procédures ont été entachées d'irrégularités, sans avocats de la défense indépendants et avec des procès à huis clos, dénonce-t-elle.

"La majorité de leurs preuves, ce sont les témoignages des propres agents de l'Etat qui ont été violents contre les manifestants", assure-t-elle, précisant que, dans les vidéos présentées comme éléments à charge, les supposées agressions contre des policiers n'apparaissent jamais.

Certaines familles des détenus ont décidé de réagir, comme celle d'Andy Dunier Garcia Lorenzo, 34 ans, arrêté le 11 juillet à Santa Clara (centre).

Ses proches ont lancé une campagne pour collecter des aliments pour les prisonniers et écrit aux ambassades présentes à Cuba, leur demandant d'envoyer des observateurs à son procès cette semaine. Le parquet réclame sept ans de prison pour désordre public et outrage, selon sa soeur Roxana.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info