Dans l'Irak tribal, foot, dispute d'enfants ou coq à l'origine de conflits

Publié le à Bagdad (AFP)

Duels au sabre, échanges de tirs et "prix du sang". En Irak, les conflits tribaux sont fréquents et ont parfois pour origine quelques centimes, un différend footballistique ou même... un canard!

Face aux coutumes ancestrales des puissantes tribus armées fortement ancrées dans le pays, la justice de l'Etat ne fait pas le poids. Car les policiers, qui redoutent de se retrouver embarqués dans des conflits tribaux, interviennent très rarement.

Il y a deux semaines dans la province de Missane, dans le sud chiite rural et tribal, un enfant a été tué et quatre personnes ont été blessées dans une bataille rangée à coups de kalachnikovs et de roquettes.

L'origine du scandale? Un enfant de la tribu des al-Faratsa a refusé de rendre à un camarade de la tribu des al-Bou Ali 1.000 dinars qu'il lui avait empruntés, soit... 57 centimes d'euros!

Le père a frappé l'emprunteur et le conflit a dégénéré.

Le pire dans cette histoire, affirme à l'AFP Sattar Jabbar, patron d'une ONG locale d'aide à l'enfance, c'est que les cinq victimes étaient des passants qui n'avaient rien à voir avec la bagarre. Et qu'"aucune d'elles n'appartenaient à ces deux tribus-là"!

- Sabres, balles et grenades -

Dans la même province, quelques jours plus tard, un autre conflit éclatait entre deux branches d'une même tribu parce que l'une avait insulté un religieux vénéré par l'autre.

Bilan des duels au sabre: trois morts, deux blessés graves, sept arrestations et des dizaines de policiers mobilisés pour faire barrage.

Un peu plus à l'est, près de la frontière iranienne, un match de foot entre les tribus al-Freijat et al-Rissetem s'est terminé sur un score... d'un mort et cinq blessés.

Pour en finir avec un conflit qui n'a cessé de s'envenimer même après le coup de sifflet final, un conseil tribal a été convoqué.

Et le prix du sang pour le mort a été fixé à plus de 20 millions de dinars soit 11.000 euros, a indiqué un policier à l'AFP.

Plus au nord, à Kout, un jeune homme est mort sous les balles pour... un canard valant moins de trois euros.

"Deux femmes se disputaient sa propriété et leurs tribus, les Hassaniya et les Zoubeid, ont tiré balles et grenades", a rapporté à l'AFP un responsable local qui a requis l'anonymat tant le sujet est sensible.

Car, sur le papier, la loi est intraitable. Ces affrontements armés sont du "terrorisme" et font risquer jusqu'à la mort.

L'institution religieuse chiite, très respectée en Irak et particulièrement dans le sud, a elle aussi mis son poids dans la balance contre les conflits tribaux.

Pour le grand ayatollah Ali Sistani, référence religieuse de la plupart des chiites d'Irak et d'ailleurs, ces batailles rangées "plongent le pays dans une spirale d'instabilité et de sous-développement".

- Un coq en rut -

Pour le député Abboud al-Issaoui, de la Commission parlementaire de la coexistence, ces conflits sont surtout "le résultat de l'écroulement de l'Etat en 2003", après l'invasion de l'Irak par les troupes américaines qui ont renversé le régime de Saddam Hussein.

Et "de la prolifération des armes et de leur commerce" dans un pays où selon le Small arms survey, on comptait en 2017 7,6 millions d'armes légères pour 39 millions d'habitants, dont 40% ont moins de 14 ans. Et sûrement beaucoup plus, non déclarées.

Mais les tribus, dont de nombreuses ont aidé les forces irakiennes dans la guerre contre les jihadistes ces dernières années, n'ont pas que des armes légères.

Régulièrement, des vidéos sur les réseaux sociaux montrent des dizaines de tirs de roquettes, de mitrailleuses lourdes et même des blindés parfois mobilisés pour des conflits tribaux.

Si certains sont spectaculaires mais rapidement réglés, d'autres peuvent perdurer.

Une affaire de localisation des égoûts qui a fait trois morts et quatre blessés dure depuis quatre mois et "un différend autour d'un prêt de 16.000 euros a fait sept morts et 14 blessés depuis huit ans", affirme à l'AFP le cheikh Yaarab al-Mohammedaoui.

"L'Etat doit contrôler les armes en circulation et la société doit faire taire les armes pour adopter la culture du dialogue", prône ce dignitaire tribal de Bassora, province à la pointe sud du pays où les conflits tribaux sont les plus sanglants.

Alors, peut-être, le drame de Diwaniya ne se reproduira plus. Dans cette province rurale connue pour ses oeufs et volailles, un conflit tribal a fait deux morts.

La raison? Un coq en rut entré sans autorisation sur les terres d'un voisin... à la recherche de ses poules!

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info