De l'autre côté du "mur", les Palestiniens se hâtent de cueillir leurs olives

Publié le à Dura (Territoires palestiniens) (AFP)

Chaque matin, sous les rayons encore mordants du soleil d'automne en Cisjordanie occupée, un groupe de Palestiniens attend que les soldats israéliens soulèvent la barrière d'un checkpoint pour aller récolter en vitesse leurs olives.

C'est que les oliviers se trouvent de l'autre côté du mur de séparation dont Israël a entamé la construction en 2002 lors de la seconde Intifada (soulèvement palestinien), expliquant vouloir se protéger des attaques en provenance de Cisjordanie.

"Le premier jour (de la récolte), les soldats ont beaucoup tardé, on est rentré à 10H00. On attendait depuis 07H00-07H30", explique Hani Hreibat, dont les yeux ont la couleur des feuilles d'oliviers qui s'agitent autour de lui.

En général, lui, sa famille et des parents éloignés patientent une demi-heure à une heure devant la barrière, près du village d'al-Sikeh, non loin de Hébron, avant de pouvoir entrer récolter leurs olives sur la quarantaine d'arbres qui leur appartient, côté israélien.

Le temps d'attente "dépend des officiers responsables du checkpoint", remarque le Palestinien de 36 ans.

Il exhibe un papier cartonné de sa poche, précieux sésame lui permettant de franchir le barrage, du dimanche au jeudi. De son doigt aux ongles noircis par la terre et les olives, il pointe la date: le permis n'est valable que pour un mois et demi.

"Ceux qui avaient déjà un permis se le font renouveler sans problème, mais ces deux dernières années, des gens de la famille ont essayé d'en demander un pour nous aider, ils ne l'ont pas eu", constate cet homme qui travaille le reste du temps dans le bâtiment en Israël.

- Cueillettes d'antan -

L'olivier fait partie du paysage palestinien, tapissant les vallées et s'étageant en terrasses à travers toute la Cisjordanie, un territoire occupé par Israël depuis plus de cinquante ans.

L'arrivée de l'automne et des premières pluies signale pour les agriculteurs le temps de la récolte et, pour Hani, le retour d'un rituel pour visiter ses terres: permis, checkpoint, fouille et inspection des soldats.

Le mur de séparation érigé après le soulèvement palestinien est constitué par endroits de blocs de béton formant un mur de plusieurs mètres de haut, ailleurs de grillages hautement sécurisés.

Son tracé se trouve à 85% en Cisjordanie occupée, selon l'ONU. Il traverse ainsi les terres de Hani et sa famille, dont il grignote plus de la moitié.

Avant la construction de l'imposant mur gris, sa maison "était à quatre minutes" des oliviers, poursuit le Palestinien.

Lui travaille sur les quelque trois dunams, l'équivalent de 3.000 m2, de terre qu'il lui reste, coincés entre l'ouvrage en béton et une route, en territoire israélien.

Selon les autorités palestiniennes, le seul village d'al-Sikeh a perdu 400 dunams lors de la construction de ce que les Palestiniens surnomment le "mur de l'apartheid".

On est loin du décor bucolique des cueillettes d'antan dont se souvient Hadieh Abou Aideh, 58 ans. "Avant, on allait travailler, on pouvait rester sur nos champs, avec nos moutons. On flânait, les enfants jouaient..."

- Peu d'entretien -

A présent, pas question de traîner: Hani et les siens doivent être de retour à 16H00 à la barrière pour rentrer.

Comme ils ne peuvent apporter leurs véhicules, ils louent un tracteur 30 shekels (7,65 euros) par jour et par personne.

Hani n'a le droit de pénétrer qu'à deux périodes de l'année sur son champ, l'une au printemps pour préparer les arbres, l'autre à l'automne pour la récolte. Mais cette année, comme le printemps a été pluvieux, il n'a pu effectuer le travail de préparation.

Ayant leurs oliviers côté israélien, Hani et les siens échappent toutefois aux tensions en Cisjordanie avec les colons.

Les autorités palestiniennes disent avoir recensé 120 "attaques" au cours desquelles ces derniers sont accusés d'avoir coupé des branches, agressé des cueilleurs ou incendié des oliviers de Palestiniens.

La famille de Hani travaille ensemble, dans les arbres ou à leur pied, pour terminer au plus vite.

Un peu plus haut, Hajja Fatma, sa mère, qui ne marche pas bien à cause de douleurs au genou, trie les olives à l'ombre d'un arbre, sa chemise en broderie traditionnelle parsemée de petites feuilles.

Du béton s'élève aujourd'hui là où la famille autrefois faisait paître des animaux, pousser du blé et de l'orge. Impossible aujourd'hui de cultiver autre chose que des olives, qui ont l'avantage de demander peu d'entretien à l'année.

Pointant les blocs de béton, la vieille femme se lamente: "C'est nos terres, là!", s'exclame-t-elle.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous vous mettez entre parenthèses pendant quelques jours. Vous avez besoin d’un moment de réflexion.

Taureau

Vous vous sentez très vite dépassé par les évènements. Vous devez prendre une décision dans l’urgence.

Gémeaux

Si d’habitude vous mettez en route plusieurs projets en même temps, vous vous montrez aujourd’hui beaucoup plus mesuré.

Cancer

Vous semblez aujourd’hui totalement éteint, enfermé dans votre bulle. Vous vous protégez.

Lion

Vous avez de bonnes intuitions en ce moment. Vous écoutez votre petite voix intérieure.

Vierge

Vous cherchez à augmenter vos revenus. Vous réfléchissez à la possibilité d’une activité complémentaire.

Balance

Il y a de la rencontre dans l’air pour les célibataires. En couple, vous prévoyez une sortie avec votre conjoint.

Scorpion

Le travail individuel vous convient parfaitement. Vous n’êtes plus du tout à l’aise au sein d’une équipe.

Sagittaire

Ne vous occupez pas des autres. Concentrez-vous sur vos activités ou vos responsabilités.

Capricorne

Vous vivez des moments chaleureux avec votre famille. Cela contribue largement à votre bonne humeur.

Verseau

Votre vie amoureuse est au centre de vos préoccupations. Une rencontre bouleverse complètement votre vie.

Poissons

Votre expansion professionnelle ne fait plus aucun doute. Votre ascension est parfaitement méritée.

Notre sélection d'annonces