Dernière montée des marches avant la Palme d'Or, épilogue du Festival de Cannes

Publié le à Cannes (AFP)

Dernière montée des marches avant la Palme d'or : artistes et stars venus célébrer les retrouvailles du cinéma mondial ont fait un dernier tour de piste sur la Croisette avant le dévoilement tant attendu du palmarès du jury, présidé par Spike Lee.

Le suspens est total sur l'identité du cinéaste qui succèdera au Sud-Coréen Bong Joon-ho, couronné en 2019 pour "Parasite".

Parmi les équipes de film qui ont monté les marches devant une foule compacte venue voir les stars - et ont donc des chances de se retrouver au palmarès -, celle de Nitram, manifeste australien pour le contrôle des armes, signé Justin Kurzel avec l'épatant acteur américain Caleb Landry Jones dans la peau d'un tueur de masse.

Ou bien celle de "Julie (en 12 chapitres)", fine observation des mœurs amoureuses de la jeunesse d'aujourd'hui, à la tonalité féministe, par le Norvégien Joachim Trier, dans lequel brille une nouvelle venue, l'actrice Renate Reinsve.

Même si aucun favori ne s'est détaché nettement, au terme d'une compétition de bonne tenue qui a compté pas moins de 24 films en compétition officielle, personne n'a non plus oublié "Annette", opéra-rock de Leos Carax, depuis sa projection en fanfare à l'ouverture.

A moins que le jury ne saisisse l'occasion de primer une femme, pour la deuxième fois seulement, 28 ans après "La Leçon de piano" de Jane Campion - pourquoi pas la benjamine de la compétition Julia Ducournau, auteur du film le plus gore, "Titane", boudé par la critique mais qui n'a laissé personne indifférent. Son actrice Agathe Roussel a déclaré sur Instagram rentrer à Cannes samedi soir.

Le favori de la critique internationale, lui, était "Drive my car", du Japonais Ryusuke Hamaguchi, est le favori de la presse internationale. Ce film-fleuve à l’esthétisme éblouissant, adapté d'une nouvelle de Haruki Murakami, met en scène deux êtres hantés par le passé.

Mais les pronostics sont une science hautement inexacte, et nul ne peut présager qui repartira avec la Palme d'Or. Le matin, c'est dans une villa cannoise que le cinéaste américain Spike Lee, premier artiste noir à présider le jury, et ses jurés, des personnalités aussi diverses que le cinéaste Brésilien Kleber Mendonça Filho ou la chanteuse Mylène Farmer, ont délibéré.

- souffle féministe -

Parmi les cinéastes qui ont déjà obtenu la Palme d'or et tentent de rejoindre le club très fermé des neuf réalisateurs deux fois couronnés, seul Apichatpong Weerasethakul a convaincu une partie de la critique avec son film, pourtant le plus hermétique. Les derniers opus de Nanni Moretti et Jacques Audiard ont paru à beaucoup perdre en souffle ou en singularité.

Plus largement, à l'image d'une industrie travaillée par les évolutions sociétales, les films cannois, dans la compétition et au-delà, ont fait souffler un vent frais : malgré seulement quatre réalisatrices en compétition, le féminisme est omniprésent. Des réalisateurs s'en sont emparé, et les relations lesbiennes par exemple ont désormais toute leur place.

Le climat aussi a occupé une place plus importante que jamais, avec une sélection spéciale de films sur l'environnement, allant au-delà du manifeste, comme avec Aïssa Maïga qui s'est connectée à son histoire familiale dans "Marcher sur l'eau", pour aborder la question de l'accessibilité de cette ressource. Le sujet reste une grosse question pour le festival, qui a encore du chemin à faire pour continuer de réduire son empreinte écologique.

La soirée de samedi sera aussi l'occasion de remettre une Palme d'or d'honneur au cinéaste italien Marco Bellocchio, qui après cinq décennies de carrière engagée, n'épargnant ni l'armée ni la religion, présente un documentaire très personnel, "Marx peut attendre".

Et après l'émotion du palmarès, la Croisette va pouvoir décompresser. Cannes projette en clôture et en avant-première la comédie française la plus attendue de l'été, "OSS 117, Alerte rouge en Afrique noire", signée Nicolas Bedos avec Jean Dujardin toujours, en Hubert Bonisseur de La Bath, rejoint par Pierre Niney et Fatou N'Diaye.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info