Des défenseurs de la presse, des Bélarusses ou Greta? Au tour du Nobel de la paix

Publié le à Oslo (AFP)

Clou de la saison Nobel, le prix de la paix est attribué ce vendredi au terme d'une édition très ouverte qui pourrait faire la part belle aux défenseurs de la liberté de la presse, à des opposantes bélarusses, voire à la Suédoise Greta Thunberg.

A 11H00 (09H00 GMT) précises, les vénérables portes en bois de la grand-salle de l'Institut Nobel vont s'ouvrir à Oslo et Berit Reiss-Andersen annoncera qui le comité Nobel qu'elle préside a choisi de couronner parmi les 329 candidatures proposées cette année.

Deviner le ou les nom(s) --trois au maximum-- qu'elle va prononcer n'est pas chose aisée puisque l'identité des individus et organisations en lice est tenue secrète pendant 50 ans.

Cela n'empêche pas experts des relations internationales et parieurs de se hasarder à des pronostics.

Parmi les noms qui reviennent souvent: Reporters sans frontières (RSF), le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) ou un autre acteur oeuvrant pour que les médias puissent faire librement leur métier à l'abri de la répression et de la censure.

En 120 ans d'histoire, le Nobel de la paix n'a jamais récompensé une presse indépendante qui force les décideurs à rendre des comptes et contribue à débusquer les "infox" qui circulent en particulier sur les réseaux sociaux.

"La précision des reportages qui nous aident à rester informés et à nous faire une idée des affaires courantes en temps réel est essentielle pour un bon débat public et des institutions démocratiques", fait valoir le directeur de l'Institut de recherche sur la paix d'Oslo (Prio), Henrik Urdal.

Si les prix scientifiques et de littérature décernés à Stockholm n'ont couronné que des hommes jusqu'à présent cette année, le Nobel de la paix pourrait aussi sacrer une, voire trois femmes, à savoir la cheffe de l'opposition bélarusse, Svetlana Tikhanovskaïa, et ses deux alliées, Maria Kolesnikova et Veronika Tsepkalo.

Le trio a tenu tête au président autoritaire Alexandre Loukachenko qui a rempilé pour un sixième mandat au terme d'élections largement considérées comme frauduleuses en août 2020.

Le comité pourrait également honorer un autre opposant historique, Ales Beliatski.

- Ennemi numéro un -

Autre piste pour succéder au Programme alimentaire mondial (PAM) nobélisé l'an dernier: des militants ou organisations à l'œuvre contre le réchauffement climatique, perçu comme l'ennemi numéro un par de nombreux experts.

"La crise du changement climatique empire à vue d'œil: des inondations et des incendies partout, des températures record à bien des endroits, la banquise qui fond dans l'Arctique. Et puis c'est aussi l'année de la COP26", souligne Dan Smith, directeur de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri).

"Donc, j'espère et je m'attendrais un peu à ce que le prix aille à un groupe de militants du climat, qui pourrait inclure Greta Thunberg", a-t-il dit à l'AFP.

En cette période de pandémie, la candidature de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) reste choyée par les parieurs mais les experts semblent désormais l'exclure du fait des controverses et des ratés du programme Covax de distribution des vaccins aux pays pauvres.

Parmi les autres noms qui circulent: la Campagne contre les robots tueurs, le groupe anticorruption Transparency International, l'opposant russe Alexeï Navalny, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les fact-checkers de l'IFCN ou encore la chancelière allemande en fin de règne, Angela Merkel.

Quel qu'il soit, il n'est pas encore sûr que la situation sanitaire permette au lauréat d'aller à Oslo recevoir son prix. Consistant en un diplôme, une médaille d'or et un chèque de 10 millions de couronnes (980.00 euros), celui-ci est remis traditionnellement le 10 décembre, date anniversaire de la mort d'Alfred Nobel (1833-1896).

Après celui de la paix, seul Nobel à être décerné dans la capitale norvégienne, la saison Nobel retournera à Stockholm pour un bouquet final avec le prix d'économie lundi.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info