Des milliers de Salvadoriens manifestent contre la corruption

Publié le à San Salvador (AFP)

Des milliers de personnes ont manifesté dimanche à San Salvador contre la corruption et ce qu'ils considèrent comme une dérive autoritaire dans le pays, quelques jours après que les Etats-Unis ont sanctionné une proche collaboratrice du président Nayib Bukele.

"En tant que pays, nous en avons assez des abus des fonctionnaires avec les ressources du peuple", a déclaré à l'AFP l'avocat Eduardo Alvarenga, 37 ans, qui tenait une banderole réclamant la fin de la corruption, lors de cette marche organisée à l'appel de plusieurs organisations.

Les Etats-Unis ont imposé jeudi des sanctions économiques pour "corruption" présumée à l'encontre de Carolina Recinos, la cheffe de cabinet de Nayib Bukele.

Le président Bukele a qualifié d'"absurdes" ces accusations.

Après la manifestation, qui s'est déroulée sans incident, il s'en est pris au gouvernement américain.

"Les contribuables américains devraient savoir que leur gouvernement utilise leur argent pour financer des mouvements communistes contre un gouvernement démocratiquement élu (...) au Salvador", a écrit M. Bukele sur Twitter.

Des juges et d'anciens juges ont également pris part à la manifestation, appelant au respect de la séparation des pouvoirs après que le Congrès, dominé par le parti au pouvoir, a révoqué des juges de la Cour suprême en mai, puis des juges âgés de plus de 60 ans.

"Nous défilons ce jour en tant que juges pour défendre la constitution et l'Etat de droit", a déclaré l'ancien juge Jorge Guzmán, qui a démissionné en signe de solidarité avec ses collègues licenciés.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info