Deux morts et trois blessés dans le crash d'un petit avion en Seine-et-Marne

Publié le à Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux (France) (AFP)

Deux Belges ont été tués et trois autres ont été blessés mercredi dans l'accident d'un petit avion qui rentrait en Belgique et s'est écrasé pour une raison encore inconnue dans un champ en Seine-et-Marne.

L'appareil, un monomoteur à hélice de type TBM 700 (bien TBM 700), s'est écrasé peu avant 12H30 à proximité d'une petite zone pavillonnaire sur la commune de Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux (Seine-et-Marne), a constaté une journaliste de l'AFP.

Dans le quartier, bouclé et sécurisé mercredi en milieu d'après-midi, l'avion n'était pas visible, et un important dispositif de secours et d'enquêteurs s'affairait près du champ entouré d'arbres, en contrebas, où l'appareil s'est écrasé.

"L'avion transportait cinq personnes de nationalité belge", a déclaré la préfecture de Seine-et-Marne. "Le bilan est de deux personnes décédées, le pilote et un adulte, et de trois mineurs blessés", précise-t-elle dans un communiqué.

Les passagers rentraient de Cannes et se rendaient à Courtrai, en Belgique. Les deux personnes tuées siégeaient à l'avant de l'appareil, immatriculé aux Etats-Unis, selon la préfecture.

Selon André Ribes, procureur adjoint de Meaux qui s'est rendu sur place, "deux des blessés ont été héliportés vers des hôpitaux parisiens, le troisième a été acheminé à l'hôpital par voie routière". "Nous n'avons encore pas l'identification complète des victimes mais parmi les décédés figure un homme né en 1951 et chez les blessés un jeune garçon né en 1998", a-t-il précisé.

Deux des blessés sont "dans un état critique" et le troisième est "sérieusement blessé" mais "son pronostic vital n'est a priori pas engagé", selon une source proche de l'enquête.

- Avion 'fou' -

Guillaume, un employé de 44 ans qui n'a pas souhaité donner son nom de famille, a été l'un des premiers à avertir les secours. "On allait partir déjeuner et j'ai entendu le bruit d'un avion qui met son moteur à fond. J'ai ensuite vu l'appareil perdre de l'altitude et partir en vrille", a-t-il raconté aux médias sur place.

Avec un collègue, Guillaume s'est ensuite rendu sur les lieux de l'accident pour prodiguer les premiers secours et "couper les ceintures de sécurité et les branches d'arbres qui pouvaient gêner en attendant les secours".

"C'était un bel appareil de tourisme avec au moins huit ou neuf places. Voir un avion s'écraser c'est pas facile", a-t-il ajouté, les larmes aux yeux.

"Il volait à dix mètres au-dessus des maisons. L'avion était comme fou, il tournait sur lui", a également raconté Sylviane, en visite chez son fils qui vit dans un pavillon situé à proximité de l'accident.

Selon elle, l'appareil a évité "une première maison, puis une seconde" avant de tomber. "J'ai eu très peur. Ce qui est étrange c'est qu'il n'y a pas eu de fumée, il est tombé à plat", a-t-elle ajouté.

Les causes exactes de l'accident n'étaient pas encore connues mercredi. Une unité de la Gendarmerie des transports aériens (GTA) s'est également rendue sur les lieux.

La GTA et le groupement de gendarmerie de Coulommiers ont été saisis de l'enquête.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.