Droits des homosexuels: l'UE et la Hongrie s'écharpent

Publié le à Munich (Allemagne) (AFP)

La tension est montée mercredi entre plusieurs dirigeants européens et la Hongrie au sujet d'une loi jugée homophobe de Budapest, alors que l'Allemagne se parait des couleurs de l'arc-en-ciel avant un match de son équipe nationale contre la formation magyare.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a qualifié de "honte" le texte hongrois entrant en vigueur en juillet et qui interdit la diffusion de contenus sur l'homosexualité, comparée à la pornographie, aux mineurs.

La cheffe de l'exécutif européen a fustigé un texte, qui va à l'encontre "des valeurs fondamentales de l'UE". Bruxelles enverra une lettre à Budapest pour exprimer ses "préoccupations" sur le plan légal, a-t-elle précisé.

Le gouvernement hongrois a répondu du tac au tac en utilisant le même terme de "honte" pour dénoncer les critiques de Mme von der Leyen.

La chancelière allemande Angela Merkel a elle aussi dénoncé une "mauvaise" loi, "incompatible avec mon (son) idée de la politique" devant la chambre des députés.

- UEFA dans la tourmente -

L'UEFA, organisatrice de l'Euro, est au centre de cette controverse politico-sportive. En cause: son refus réitéré mercredi de laisser le stade de Munich, qui accueillera en soirée un match Allemagne-Hongrie de l'Euro s'illuminer aux couleurs de la communauté LGBT.

Du chef de la diplomatie allemande à la présidence française, de nombreuses capitales européennes ont déploré cette décision de l'instance européenne justifiée par sa volonté de neutralité politique.

Son président, le Slovène Aleksander Ceferin, a tenté de se défendre face aux critiques en dénonçant des initiatives "populistes" de gens qui "essaient trop souvent d'abuser des associations sportives à leurs propres fins".

Sans l'attaquer frontalement il visait le maire social-démocrate de Munich, Dieter Reiter. C'est lui qui a souhaité illuminer le stade munichois de l'Allianz Arena, avant de dénoncer un refus "honteux" de l'UEFA.

Pour tenter de calmer la tempête, l'UEFA, organisatrice de la compétition qui se déroule dans onze villes de différents pays, a réaffirmé son "engagement ferme" contre l'homophobie et paré sur Twitter son propre logo d'un arc-en-ciel.

Le refus de l'UEFA a déclenché un vaste mouvement de solidarité en Allemagne et la ville de Munich a prévu de pavoiser ses sites les plus emblématiques aux couleurs de la communauté LGBT mercredi soir.

L'Hôtel de ville de la métropole bavaroise arborait sur deux étages de sa façade six grands drapeaux arc-en-ciel tandis qu'une imposante éolienne visible du stade où sera donné le coup d'envoi, doit s'illuminer en soirée.

Plusieurs stades de Bundesliga vont aussi s’illuminer en signe de solidarité, dont l'emblématique stade olympique de Berlin.

- Entreprises solidaires -

Des quotidiens allemands, comme Bild ou Süddeutsche Zeitung, suivaient mercredi le mouvement avec des unes colorées.

La décision de l'UEFA a été en revanche saluée par le gouvernement hongrois de Viktor Orban.

"Dieu merci, les dirigeants du football européen ont fait preuve de bon sens (...) en ne participant pas à ce qui aurait été une provocation politique envers la Hongrie", s'est félicité le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto.

Et plusieurs clubs de football hongrois vont éclairer mercredi leur stade aux couleurs du drapeau national, rouge-blanc-vert, pendant le match de l'Euro Allemagne-Hongrie.

Dans les rues de Munich, Csongor, un supporteur venu de la région de Budapest, a dénoncé auprès de l'AFP "une campagne de dénigrement" contre son pays, "contre l’équipe nationale hongroise et peut-être aussi contre le gouvernement hongrois".

- Afficher les couleurs -

"L'UEFA s'est un peu pris les pieds dans le tapis parce qu'en fait sa décision de refus est aussi une décision politique", a déploré Clément Beaune, secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes tandis que le chef de la diplomatie allemande a vu "un mauvais signal" envoyé par l'instance européenne.

Avant le match, les organisateurs de la marche des fiertés de Munich, associés à Amnesty International, prévoient de distribuer 11.000 drapeaux arc-en-ciel aux spectateurs (seules 14.000 places seront occupées, en raison des restrictions dues au Covid-19).

L'ambiance pourrait se tendre avec des fans hongrois. La "Brigade des Carpates", groupe d'ultras reconnaissables à leurs tee-shirts noirs, prévoit de débarquer "par milliers" à Munich, selon sa page Facebook.

Un temps annoncé par des médias allemands, M. Orban lui-même ne devrait pas assister au match à Munich.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info