Election présidentielle en Turquie - EN DIRECT

Publié le à Istanbul (AFP)

12:51 GMT - Direction Ankara - Après avoir voté à Istanbul, Erdogan devrait rejoindre Ankara pour y préparer le discours qu'il prononcera ce soir depuis le balcon du quartier général de l'AKP.

12:46 GMT - Arrestation - A Sanliurfa, dans le sud-est de la Turquie, la police a arrêté un homme qui aurait tenté de voter plusieurs fois pour Recep Tayyip Erdogan, selon l'agence de presse Dogan.

12:32 GMT - Objectif 2023 - "Notre peuple élit pour la première fois sans intermédiaire son président. C'est un événement très, très important pour l'histoire politique de la Turquie", dit Recep Tayyip Erdogan après avoir glissé, en famille, son bulletin de vote dans l'urne à Istanbul.

"Le président élu et le gouvernement élu oeuvreront main dans la main pour mener le pays à ses objectifs fixés pour 2023 (le centenaire de la création de la République, ndlr) et 2071 (le millénaire symbolique de l'arrivée des Turcs en Anatolie depuis l'Asie centrale, ndlr)", ajoute-t-il, rappelant sa volonté de garder le plus longtemps possible les rênes du pays.

- "Une élection très, très importante" -

11:54 GMT - Espoirs - "Si Dieu le veut, nous appellerons notre Premier ministre +président+ à partir de ce soir". Sur son compte Twitter, le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu n'a pas fait mystère de ses préférences après avoir glissé son bulletin dans l'urne dans son fief conservateur de Konya, au centre de la Turquie. Un souhait intéressé, puisque Davutoglu fait partie de la courte liste des successeurs potentiels d'Erdogan au poste de Premier ministre. En cas de victoire du chef de l'AKP bien sûr.

11:48 GMT - A voté - Recep Tayyip Erdogan a déposé son bulletin dans l'urne dans un bureau d'Istanbul. Il était accompagné de son épouse Emine et de leurs quatre enfants, deux garçons et deux filles.

11:45 GMT - Supporteurs - Des images de la télévision turque montrent des centaines de supporteurs de Recep Tayyip Erdogan massés à l'extérieur du bureau de vote d'Istanbul où le favori à la présidentielle doit déposer son bulletin.

11:30 GMT - Au revoir ou adieu ? - Le chef de l'Etat sortant Abdullah Gül a voté tout sourire dans un bureau proche du palais présidentiel de Cankaya, à Ankara. "Je vote, avec ma femme, en tant que dernier président élu par le Parlement turc", a-t-il déclaré à la presse, "mon souhait et mon conseil, c'est que la Turquie retourne à ses priorités dès aujourd'hui, et qu'elle continue d'avancer encore plus fort dans la voie de la démocratie et du droit, tout en gardant son cap économique".

Après sept ans passés à la tête du pays, l'avenir politique de l'ex-président Gül, un temps considéré comme un rival potentiel d'Erdogan, reste un mystère.

11:15 GMT - "Erdogan écrit l'histoire" - Le hashtag "Erdogan écrit l'histoire" arrive en tête des sujets les plus discutés sur Twitter.

10:55 GMT - Demirtas - A 41 ans, Selahattin Demirtas incarne les nouvelles ambitions du principal parti kurde de Turquie, le Parti démocratique populaire (HDP), qui espère élargir son audience traditionnelle au-delà des quelque 15 millions de Kurdes du pays.

Sur la forme, l'avocat de 41 ans, dynamique et très photogénique, a mené sa campagne à l'européenne, contrairement à ses rivaux plus traditionalistes. Sur le fond également, en mettant l'accent sur l'aspect multiculturel de la Turquie, les droits des femmes ou, plus inédit, des homosexuels.

10:52 GMT - Désaffection ? - Les Turcs ne semblent pas se bousculer pour élire leur premier président au suffrage universel direct. A Istanbul comme à Ankara, les deux plus grandes villes du pays, peu de queues devant les bureaux de vote, en tout cas moins que lors des municipales de mars dernier (89% de participation) ou les législatives de 2011 (87%) et 2007 (84%). Les analystes turcs anticipent une faible participation des opposants à Erdogan, qui jugent le scrutin déjà joué.

- Faible participation -

10:43 GMT - Ihsanoglu - Le choix par les partis d'opposition d'Ekmeleddin Ihsanoglu, 70 ans, pour affronter Recep Tayyip Erdogan a suscité une bonne dose d'incrédulité dans le pays.

Choisir un musulman ouvertement pratiquant pour défendre la laïcité face à la "dérive islamiste" de M. Erdogan avait en effet de quoi surprendre. Choisir un diplomate se disant ouvertement "piètre politicien" face à une véritable "bête" politique extrêmement charismatique également.

10:36 GMT - Contestation - Paradoxalement, le favori Erdogan sort d'une année 2013 particulièrement difficile. En juin, des millions de Turcs ont dénoncé dans les rues sa dérive autoritaire et islamiste. La sévère répression de cette révolte a sérieusement écorné l'image du régime. L'hiver dernier, c'est un scandale de corruption sans précédent qui a éclaboussé le pouvoir.

Mais celui-ci reste très populaire, comme le prouve la victoire de l'AKP aux élections locales de mars, dans un pays qui a, sous son règne, renoué avec la croissance économique et qu'il a débarrassé de la tutelle de l'armée.

10:34 GMT - Sondages - Les dernières enquêtes d'opinion publiées cette semaine anticipent toutes un triomphe de M. Erdogan, le créditant de 51 à 57% des intentions de vote dès le premier tour.

10:27 GMT - Erdogan - Recep Tayyip Erdogan, 60 ans, est la figure de proue de l'islamo-conservateur Parti de la justice et du développement (AKP). L'ancien maire d'Istanbul occupe depuis 2003 le poste de Premier ministre.

Il espère rejoindre Mustafa Kemal Atatürk au Panthéon des plus grands dirigeants turcs en se maintenant au pouvoir pour cinq ans supplémentaires, à la présidence.

10:21 GMT - Fidèle - "Nous votons pour notre Premier ministre depuis douze ans. Mon mari a acheté deux voitures et un appartement pendant son mandat ministériel", dit Fatma Kiyar, une électrice qui vient de voter dans le district Beyoglu d'Istanbul.

10:18 GMT - Quotidiens - La presse turque se montre ce dimanche très divisée concernant l'élection. "Un vote sur le régime !", titre le quotidien laïc, et donc opposé à Erdogan, Cumhurriyet. "Voici la démocratie ! Un grand honneur pour la Turquie", répond le pro-Erdogan Sabah.

- Erdogan favori -

10:12 GMT - Vacances - Le vote se déroule en pleine période de vacances et les observateurs ont des doutes concernant la participation. Atteindra-t-elle le niveau record des élections locales de mars ?

10:12 GMT - Campagne "injuste" - Ekmeleddin Ihsanoglu dénonce la campagne "injuste, disproportionnée" de son rival Recep Tayyip Erdogan, mais assure avoir confiance en la victoire.

"Aujourd'hui, la voix des masses silencieuses va s'exprimer et nous allons remporter facilement le premier tour", lance-t-il devant les journalistes à la sortie de son bureau de vote d'Istanbul. "Sinon, il y aura une grave crise de la démocratie en Turquie et notre pays n'en a pas besoin".

10:11 GMT - 2 sur 3 - Le principal candidat d'opposition Ekmeleddin Ihsanoglu ainsi que le candidat kurde Selahattin Demirtas ont voté dans la matinée. Le vote d'Erdogan est attendu plus tard dans l'après-midi dans le district conservateur d'Uskudar à Istanbul.

09:54 GMT - Ouverture - Les bureaux de vote ont ouvert à 8h00 locales (5h00 GMT). Quelque 53 millions d'électeurs sont appelés à voter jusqu'à 17h00 locales (14h00 GMT).

09:41 GMT - EN DIRECT - Journée historique en Turquie avec la première élection présidentielle au suffrage universel direct.

L'actuel premier ministre Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2003, fait figure de grandissime favori.

Face à lui, deux autres candidats: Ekmeleddin Ihsanoglu, qui représente les deux principaux partis d'opposition, et le député pro-kurde Selahattin Demirtas.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.