En Egypte, Alaa Abdel Fattah, homme libre le jour, prisonnier la nuit

Publié le à Le Caire (AFP)

Alaa Abdel Fattah, blogueur et activiste égyptien libéré en mars après cinq ans de prison, passe toutes ses nuits en cellule au commissariat de police, un "calvaire" qu'il devra endurer pendant cinq ans encore.

En 2013, il avait été arrêté après avoir manifesté contre une loi rendant quasi-impossibles les manifestations en Egypte.

Aujourd'hui âgé de 37 ans, Alaa Abdel Fattah doit s'astreindre à un sévère contrôle judiciaire: chaque soir, il doit se rendre à 18H00 au commissariat proche de son domicile au Caire pour ne le quitter que le lendemain à 6H00.

"Il n'y a pas un moment dans la journée où cette liberté surveillée ne me travaille pas", dit-il à l'AFP dans son premier entretien pour un média international.

Chaque matin, l'homme dont le visage a fait le tour des réseaux sociaux, devenant un symbole de la répression contre toute critique du régime, passe du temps avec son fils Khaled qu'il emmène à la crèche ou à des leçons de natation.

Ce blogueur et programmeur informatique essaie ensuite de se remettre à ses projets de codage.

-"Pression psychologique"-

Le reste du temps, il rencontre ses amis et ses avocats pour discuter de son sort judiciaire. Puis, vers 16H00 alors que les embouteillages envahissent la ville, il s'arrange pour regagner son quartier et être à l'heure au commissariat.

"J'essaie de rester occupé chaque jour pour avoir la sensation d'accomplir quelque chose", dit-il.

"Je dois aussi penser aux fonctions biologiques de base, car là où je dors il n'y a pas de toilettes propres", ajoute l'activiste.

Ce rythme d'homme libre de jour et de prisonnier la nuit a déjà commencé à l'affecter. "Je coopère avec l'Etat chaque jour à la destruction de ma vie... ce qui génère une immense pression psychologique", dit-il.

La vie chamboulée d'Alaa Abdel Fattah a également des conséquences sur sa famille qui s'inquiète pour sa sécurité dans le commissariat où tout moyen de communication est interdit.

Mona Seif, sa soeur, également engagée en faveur des droits humains, assure qu'elle n'arrive toujours pas à comprendre le sort réservé à son frère.

Elle se dit déterminée à militer pour lui et pour d'autres contre cet éprouvant système de liberté surveillée.

"C'est tellement déconcertant de voir son frère enfermé chaque jour... à 10 minutes de la maison", dit-elle à l'AFP.

Sa mère, Laila Soueif, elle aussi une activiste des droits humains connue, dénonce l'application d'une loi de 1945 fixant les termes de la liberté surveillée.

Lors du mois de ramadan, qui se termine cette semaine, elle a lutté pour pouvoir partager avec son fils, après le coucher du soleil, l'iftar ou repas de rupture du jeûne.

En effet, son rendez-vous quotidien au commissariat tombe avant les derniers rayons du soleil. Mme Soueif a alors organisé l'iftar devant le commissariat.

Un soir, un officier de police a tenté de prendre un dessert qu'elle avait apporté pour son fils. "Le policier pensait qu'il allait ainsi nous faire partir, c'est grotesque", dit-elle.

Les autorités ont fini par laisser le blogueur passer l'iftar avec sa famille après de vives protestations sur les réseaux sociaux dénonçant un traitement injuste, à l'inverse d'autres ex-détenus en liberté surveillée.

"Cette heure et demie supplémentaire a fait la différence car il passe du temps avec nous et son fils", explique Mme Soueif.

Surnommé "l'icône de la révolution" de 2011, qui a provoqué la chute du régime d'Hosni Moubarak, Alaa Abdel Fattah continue de s'exprimer sur les réseaux sociaux, sous le gouvernement autoritaire du président Abdel Fattah al-Sissi.

- Semblant de vie -

Il défend les droits d'autres comme le photojournaliste Mahmoud Abu-Zeid, alias Shawkan, également contraints de passer leurs nuits derrière les barreaux après leur sortie de prison.

Ce défenseur des droits humains n'a pas perdu de sa verve, mais il dit avoir été menacé à deux reprises par des officiers de la sécurité nationale lui demandant de cesser de s'exprimer publiquement sur sa liberté surveillée.

Contacté par l'AFP à plusieurs reprises, le porte-parole du ministère de l'Intérieur n'a pas donné suite.

Les organisations de défenses des droits humains critiquent régulièrement l'application de la loi sur la liberté conditionnelle, estimant qu'elle servait à punir et réduire au silence les dissidents.

"Ils (les autorités) ne nous traitent pas en être humains, ils nous traitent comme des animaux politiques qui leur donnent du fil à retordre", explique le blogueur.

Durant la dernière décennie, Alaa Abdel Fattah a été emprisonné sous le président Moubarak, sous son successeur islamiste Mohamed Morsi et sous M. Sissi.

Pourtant la politique semble loin de ses préoccupations alors qu'il tente aujourd'hui de reconstruire un semblant de vie normale.

"Je n'ai aucun rôle politique à jouer dans la vie publique... ça ne suffit pas pour eux", regrette-t-il avant d'ajouter: "Ils veulent que je sois opprimé au point que cela me rende invisible... je ne vois vraiment pas de fin à ce calvaire".

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.