En Ile-de-France, Mélenchon très légèrement en tête, Macron s'impose à Paris

Publié le à Paris (AFP)

Avec environ 2.500 voix d'écart, Jean-Luc Mélenchon (30,24%) crée la surprise et arrive très légèrement en tête en Ile-de-France, au coude-à-coude avec Emmanuel Macron (30,19%), qui s'impose à Paris (35,33%), en s'adjugeant 13 arrondissements sur 20.

A l'exception des départements des Yvelines, des Hauts-de-Seine et de Paris remportés par Emmanuel Macron, le leader insoumis est arrivé en première position dans les cinq autres départements de la région parisienne.

Avec un bond de plus de huit points par rapport à 2017, M. Mélenchon arrive en tête en Ile-de-France dans un duel très serré - 2.554 voix - avec le président sortant, qui s'y était largement imposé il y a cinq ans.

Marine Le Pen arrive en troisième position avec 12,96% des voix, un niveau légèrement supérieur à son score de 2017.

A Paris, Emmanuel Macron est arrivé en tête (35,33%) et remporte 13 arrondissements dont les beaux quartiers historiquement à droite.

Dans ces anciens bastions de la droite, Eric Zemmour (8,16%) est arrivé deuxième dans les VIIe, VIIIe et XVIe arrondissements, où il atteint même 17,48%.

Jamais dans la capitale un candidat d'extrême droite n'avait atteint ce score.

Comme en 2017, Mélenchon (30,09%) a gagné les XIXe et XXe arrondissement, mais également cinq nouveaux arrondissements.

La maire de Paris, Anne Hidalgo arrive en septième position dans la capitale avec 2,17%, un score un peu plus élevé qu'au niveau national.

En Ile-de-France, la présidente de la région et candidate LR, Valérie Pécresse atteint les 6,20%. Dans son département des Yvelines, elle dépasse à peine 8%, tandis que dans ses fiefs de Vélizy-Villacoublay et de Versailles, elle atteint à peine 11% et 14%.

Dans les quartiers populaires du département, comme Trappes ou Mantes-la-Jolie, Mélenchon l'emporte largement.

La Seine-Saint-Denis, département populaire de la banlieue nord-est de Paris, est remportée largement par M. Mélenchon, avec 49,09%, avec des scores impressionnants à Bobigny (60,14%) ou à Saint-Denis (61,13%).

Le taux d'abstention y est le plus haut de la région parisienne, avec 30,21%.

Dans les bastions de droite comme Versailles (33,05%), Maisons-Lafitte (42,19%) dans les Yvelines, Boulogne-Billancourt (45,62%) et Marne-la-Coquette (45,98%) dans les Hauts-de-Seine, Emmanuel Macron arrive en tête, loin devant Valérie Pécresse.

En Seine-et-Marne, le département le plus rural de l'Ile-de-France, Mélenchon est arrivé également en première position avec 25,86%, juste devant Emmanuel Macron (25%) et Marine Le Pen (23,57%).

Dans le Val-de-Marne, l'ancienne "banlieue rouge", perdue par les communistes lors des dernières élections départementales, a profité sans surprise au candidat insoumis (32,67%), devant Emmanuel Macron (29,10%). M. Mélenchon s'impose largement dans des villes communistes comme Vitry ou Ivry-sur-Seine.

Dans le Val d'Oise, le candidat de la France Insoumise se place également en tête, avec 33,17% des voix. En Essonne, il devance de peu Emmanuel Macron (28,09% contre 27,66%).

Enfin, contrairement à 2012 et 2017, le candidat souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, n'arrive pas en première position à Yerres (Essonne) dont il est député-maire. Il n'obtient que 10,81% et arrive à la quatrième place.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info