Espagne: des milliers de manifestants contre la vie chère à l'appel de l'extrême droite

Publié le à Madrid (AFP)

Des milliers de manifestants sont descendus samedi dans les rues d'Espagne, à l'appel de l'extrême droite, pour protester contre la flambée des prix de l'alimentation, de l'électricité et du carburant, exacerbée par la guerre en Ukraine.

Des rassemblements ont eu lieu dans les principales villes du pays à l'appel du parti Vox qui surfe sur le mécontentement social croissant face à l'inflation, au plus haut depuis 35 ans à près de 8% et qui met de nombreux foyers en difficultés.

Devant l'hôtel de ville de Madrid, une foule de plusieurs milliers de personnes s'est massée avec des drapeaux espagnols et scandant des slogans appelant à la démission du Premier ministre socialiste Pedro Sanchez. "Sanchez, tu es une ordure, fais baisser nos factures !", "Longue vie à l'Espagne", ont-ils crié.

"Nous avons le pire gouvernement possible. Ce n'est même pas un gouvernement, c'est une usine de misère (...) qui pille et extorque les travailleurs par des taxes abusives", a déclaré le leader de Vox, Santiago Abascal, sous les acclamations de la foule. "Nous ne quitterons pas la rue tant que ce gouvernement illégitime ne sera pas expulsé".

Ce gouvernement "nous prend tout", a déclaré Anabel, une manifestante de 56 ans qui n'a pas donné son nom de famille.

"Ils augmentent les prix de l'électricité et du gaz et disent que c'est à cause du (président russe Vladimir) Poutine, mais c'est un mensonge. C'était comme ça avant", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Beaucoup suggéraient que le gouvernement puisse baisser les taxes pour aider ceux qui ont du mal à payer leurs factures.

"Un pays qui augmente les prix de cette manière et n'aide pas en réduisant partiellement les taxes, abandonnent ses habitants", déplorait ainsi Francesco, au chômage à 53 ans et qui n'a pas donné de nom de famille.

L'inflation a atteint 7,6% sur un an en février, au plus haut depuis 35 ans.

L'année dernière, les prix de l'énergie ont grimpé de 72 % en Espagne, l'une des plus fortes augmentations au sein de l'Union européenne, et les coûts ont encore augmenté depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Lundi, les chauffeurs routiers espagnols ont lancé une grève illimitée en raison des prix du carburant, qui a donné lieu à de multiples barrages routiers et manifestations, créant des problèmes d'approvisionnement.

La hausse des prix a également incité l'UGT et les CCOO, les deux plus importants syndicats espagnols, à appeler à une grève nationale le 23 mars.

Le gouvernement doit dévoiler des mesures pour atténuer le coût de l'énergie et du carburant le 29 mars. Un de ses membres, le ministre du gouvernement Felix Bolanos, a accusé l'extrême droite de compliquer la situation.

"Ce ne sont pas des patriotes, ce sont des fauteurs de troubles", a-t-il dit à la télévision publique espagnole, alors que M. Sanchez est en tournée européenne pour faire pression en faveur d'une réponse commune de l'UE à la flambée des prix de l'énergie.

Madrid exhorte depuis des mois ses partenaires européens à modifier le mécanisme qui couple les prix de l'électricité au marché du gaz, des appels restés vains jusqu'à présent malgré le soutien de Paris.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info