Ethiopie: 64 morts dans une frappe aérienne de l'armée éthiopienne au Tigré

Publié le à Addis Abeba (AFP)

Au moins 64 personnes ont été tuées et 180 autres blessées mardi sur un marché de la localité de Togoga, dans la région en guerre du Tigré, dans une frappe aérienne menée par l'armée éthiopienne qui affirme avoir visé des combattants rebelles.

Mercredi, des survivants sortis au compte-gouttes de cette localité située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale régionale Mekele avaient raconté le carnage causé la veille à la mi-journée par un bombardement aérien alors que le marché hebdomadaire était bondé.

Jeudi, un responsable régional de l'administration intérimaire de cette région du nord de l'Ethiopie a dressé le lourd bilan.

"Jusqu'à présent, il y a 64 morts et 180 blessés à Togoga", a déclaré à l'AFP Mulu Atsbaha, conseiller en charge de la santé maternelle et infantile au sein de l'administration de transition du Tigré.

Ce bilan, élaboré à partir de chiffres recueillis auprès "des dirigeants locaux et de la population de Togoga", reste provisoire. M. Mulu a indiqué que la collecte d'informations auprès des familles des victimes allait se poursuivre.

Ce bombardement sanglant a été condamné mercredi par l'ONU, qui a demandé une "enquête rapide sur cette attaque et les actes ultérieurs privant les victimes de soins médicaux", ainsi que l'Union européenne et les Etats-Unis.

Il est intervenu au lendemain d'élections nationales en Ethiopie, qui ne se sont pas tenues dans la région du Tigré, où l'armée fédérale mène depuis novembre une opération destinée qui a renversé les autorités locales dissidentes, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Depuis, Addis Abeba a installé une administration de transition au Tigré.

Cette opération militaire s'est transformée en un conflit de longue durée, marqué par de nombreux récits d'exactions sur les civils (massacres, viols, déplacements de population...).

- "Propagande" -

Au centre des accusations, l'armée éthiopienne a indiqué jeudi avoir mené une "opération" le 22 juin à Togoga contre des forces réunies "pour célébrer ce qu'ils appellent la fête des martyrs", commémoration d'un bombardement sur la ville tigréenne d'Hawzen le 22 juin 1988 durant la guerre civile, a déclaré à l'AFP un porte-parole, le colonel Getnet Adane.

"Il n'est pas possible que ces (combattants) lorsqu'ils dansent armés pour célébrer leur soi-disant jour des martyrs, puissent en même temps s'appeler des civils lorsqu'ils sont ciblés dans une opération militaire. C'est inacceptable", a-t-il affirmé.

"Il est clair que les derniers combattants du TPLF et de ses milices s'habillent en civil", a-t-il insisté.

"Lier cette opération à un jour de marché (...), c'est de la pure propagande", a-t-il affirmé.

L'armée éthiopienne est également accusée d'avoir empêché les secours d'accéder à Togoga et les blessés de se rendre à l'hôpital de Mekele.

Plusieurs ambulanciers ont raconté avoir voulu rejoindre Togoga depuis mardi et en avoir été empêchés par des soldats.

De rares ambulances ont été autorisées à passer. Un total de 73 blessés, dont plusieurs enfants en bas âge, avaient atteint Mekele jeudi après-midi, a-t-on appris de source médicale.

Un médecin a déclaré jeudi matin à l'AFP que le personnel de l'hôpital de Mekele avait procédé à des amputations et traitaient également des brûlures et des blessures par éclats d'explosif, caractéristiques d'un bombardement.

"Il y a encore beaucoup de gens sous les décombres", soulignait mercredi soir à son arrivée à Mekele Tsigabu Gebretinsae, dont le fils de 22 ans a été tué et la fille de 12 ans, blessée à une main, a dû être amputée.

- Avion abattu -

Dénonçant une "attaque gratuite" des forces éthiopiennes, le porte-parole du Commandement central du Tigré, Getachew Reda, a affirmé mercredi soir sur Twitter que les forces pro-TPLF avoir abattu un avion "transportant des explosifs et des munitions".

Les combats durent depuis plus de sept mois au Tigré entre les forces pro-TPLF et l'armée fédérale éthiopienne, épaulée par des troupes des autorités régionales voisines de l'Amhara et l'armée de l'Erythrée, pays frontalier du Tigré.

Ils ont fait des millions de déplacés et selon l'ONU, au moins 350.000 personnes sont en situation de famine dans la région, ce que conteste le gouvernement éthiopien.

Ces derniers jours, habitants, responsables locaux et diplomates ont relaté à l'AFP un regain d'activité militaire, notamment autour des villes stratégiques d'Adigrat et Wukro.

Jeudi matin, des habitants faisaient état de bombardements au nord de Mekele.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info