Explosion dans des immeubles en Sicile: le bilan provisoire porté à sept morts

Publié le à Rome (AFP)

Le bilan provisoire de l'explosion, qui pourrait être due au gaz, qui a soufflé plusieurs immeubles en Sicile a été porté lundi à sept morts et deux disparus, quatre nouveaux corps ayant été retrouvés par les sauveteurs dans les décombres à l'aube, près de 36 heures après le drame.

Les sauveteurs recherchaient toujours lundi dans les gravats deux personnes manquant à l'appel après l'explosion, survenue samedi en début de nuit, qui a détruit quatre bâtiments dans la ville de Ravanusa, dans le Sud de l'île italienne, a indiqué l'unité régionale de la protection civile de Sicile sur Facebook.

Les quatre corps ont été retrouvés à l'aube. "Un nouveau jour de recherches commence douloureusement", selon un commentaire d'une photographie montrant des pompiers debout dans les ruines des immeubles, publiée sur le compte Twitter de leur service régional.

Parmi les victimes, une infirmière de 30 ans, enceinte de neuf mois et qui devait accoucher la semaine prochaine. Le corps de Selene Pascariello a été dégagé avec ceux de son mari, Giuseppe Carmina, et des parents de ce dernier.

Un enseignant à la retraite, remis récemment d'une forme grave du Covid-19, figure également au nombre des victimes.

Deux femmes avaient été retrouvées vivantes dans les décombres tôt dimanche par des chiens renifleurs mais les sauveteurs n'ont perçu aucun signe de vie depuis lors.

- Réseau vétuste -

L'explosion a soufflé quatre bâtiments, dont un immeuble de quatre étages, dans un quartier résidentiel du centre de Ravanusa, ville de quelque 11.000 habitants.

"C'est comme si un avion s'était écrasé sur notre immeuble", a raconté un habitant d'un bâtiment contigu à l'immeuble effondré, cité par l'agence Ansa.

Des images télévisées montrent un amoncellement gigantesque de gravats avec, aux alentours, des immeubles calcinés et endommagés.

Une enquête a été ouverte pour homicide involontaire. Les autorités estiment que l'explosion pourrait être liée à une fuite de gaz.

La compagnie de distribution de gaz naturel Italgas a expliqué dans un communiqué n'avoir reçu aucun rapport sur des fuites de gaz durant la semaine qui a précédé le sinistre.

Aucun chantier n'était en cours sur la section affectée et le réseau de distribution de la ville a subi des inspections complètes en 2021 comme en 2020, selon la compagnie.

"Des voisins m'avaient dit qu'il y avait une odeur de gaz", a déclaré à des médias italiens un habitant, Calogero Bonanno.

"J'ai entendu un énorme fracas, comme si une bombe avait explosé ou un avion s'était écrasé sur la maison", a-t-il encore raconté.

"Puis, les fenêtres ont explosé. Nous sommes immédiatement descendus dans la rue, il y avait du feu partout, des débris tout autour", a poursuivi cet homme qui s'est enfui avec son épouse, leurs trois enfants et ses beaux-parents. "C'est un miracle que nous soyons vivants".

Selon le quotidien La Repubblica, le réseau de gaz de la ville - déployé il y a 36 ans - est l'un des plus anciens d'Italie et s'étend sur un sol instable, exposé à l'érosion et aux glissements de terrain.

La Sicile, une des régions les plus pauvres de la péninsule, souffre d'infrastructures déficientes et vieillissantes. De nombreux bâtiments ont été construits au cours des décennies passées avec du matériel bon marché en raison de contrats véreux captés par la mafia.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info