Fin d'une saga: la dirigeante de Huawei de retour en Chine qui libère deux Canadiens

Publié le à Pékin (AFP)

La directrice financière du géant des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, est rentrée samedi en Chine, quelques heures après le retour à Calgary de deux Canadiens détenus en Chine, marquant le dénouement de trois ans de crise diplomatique.

Mme Meng, l'ancien diplomate Michael Kovrig et l'homme d'affaires Michael Spavor ont été libérés après trois ans de détention dans ce qui a été appelé la "diplomatie des otages".

A son arrivée à l'aéroport de Shenzhen, en provenance de Vancouver, Mme Meng, 49 ans, surnommée la "princesse" de Huawei et fille du patron du groupe, a été accueillie avec les honneurs.

Le tapis rouge était déployé sur le tarmac et des employés de Huawei l'attendaient agitant des drapeaux chinois, selon des images de la télévision chinoise CCTV.

"Je ne suis qu'une citoyenne ordinaire et je n'aurais jamais pu être libérée sans le soutien de mon pays bien-aimé, et l'amour du peuple chinois", a remercié la dirigeante, avant d'entonner un chant patriotique avec la foule.

Dans le hall des arrivées, des centaines de personnes étaient massées avec une banderole de bienvenue, chantant "En avant Huawei" et l'hymne national, les médias chinois présentant son retour comme une victoire et le fruit des "efforts inlassables du gouvernement chinois" pour sa libération.

La n°2 de Huawei a recouvert la liberté après trois ans d'assignation à résidence à Vancouver, échappant à une extradition vers les Etats-Unis qui voulaient la juger pour fraude bancaire, en application des sanctions imposées à l'Iran.

Elle avait été arrêtée à l'aéroport de Vancouver en décembre 2018 à la demande des Etats-Unis.

Les deux Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor avaient été arrêtés quelques jours après en Chine, sur la base d'accusation d'espionnage considérées comme "inventées de toutes pièces" par Ottawa, et détenus depuis lors.

Les "Deux Michael" ont atterri au Canada samedi matin, chaleureusement accueillis à leur arrivée à l'aéroport de Calgary (ouest) par le Premier ministre Justin Trudeau.

- "Une épine de moins" -

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a rapidement salué la décision des autorités chinoises de libérer les deux Canadiens après leur détention "arbitraire".

Le fait que la libération de MM. Kovrig et Spavor coïncide avec celle de Mme Meng "confirme bien qu'il s'agissait d'une diplomatie des otages", a commenté l'ancien ambassadeur canadien en Chine, Guy Saint-Jacques.

Selon lui, si les liens entre le Canada et la Chine "ne reviendront probablement pas à ce qu'ils étaient auparavant", la résolution de cette affaire est "une épine de moins" dans les relations bilatérales.

Pékin, de son côté, considérait également les accusations portées contre Meng Wanzhou comme une "persécution politique". "La soi-disant allégation de +fraude+ contre Meng Wangzhou est totalement inventée", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, cité par la chaîne d'État CCTV.

Le départ de Mme Meng pour la Chine est la concrétisation d'un accord spectaculaire rendu public vendredi par un tribunal de New York entre le ministère de la Justice et le mastodonte chinois des télécoms.

Lors d'une audience publique du tribunal fédéral de Brooklyn, le représentant du ministère de la Justice David Kessler avait proposé de "reporter" jusqu'au 1er décembre 2022 les "poursuites" engagées depuis fin 2018 contre Meng Wanzhou, notamment pour "complot" en vue de commettre une "fraude bancaire".

L'accord, dévoilé par le Wall Street Journal, prévoyait que Washington recommande à Ottawa de faire "libérer" Mme Meng et abandonne de facto toute demande d'extradition.

- "Fausses déclarations" -

La justice américaine accusait la numéro 2 du géant chinois des télécoms d'avoir menti à un cadre de la banque HSBC lors d'une rencontre à Hong Kong en 2013, à propos des liens entre le groupe chinois et une filiale nommée Skycom qui vendait des équipements à l'Iran, exposant l'établissement à des sanctions américaines.

Selon le ministère de la Justice, Mme Meng a reconnu qu'elle avait fait à l'époque "de fausses déclarations" et "dissimulé la vérité" au cadre de HSBC sur les "activités de Huawei en Iran".

Si l'accord en justice n'est pas contesté ou rompu d'ici le 1er décembre 2022, les poursuites seront définitivement abandonnées, selon Washington.

En Chine, le fait que Mme Meng a reconnu les faits a été effacé d'internet. Elle a toujours nié les faits et plaidé "non coupable" vendredi.

Huawei a déclaré samedi dans un communiqué qu'il "continuera à se défendre" contre les allégations de la justice américaine selon lesquelles il aurait contourné les sanctions contre l'Iran.

burs-mlb/at/clr/fio

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info