France 2030: les principaux secteurs qui bénéficieront du plan de 30 milliards d'euros

Publié le à Paris (AFP)

Le président Emmanuel Macron a dévoilé mardi un plan d'investissement de 30 milliards d'euros sur cinq ans pour développer la compétitivité industrielle et les technologies d'avenir en France. Le point sur les secteurs qui bénéficieront de ces investissements.

Nucléaire et hydrogène vert

Emmanuel Macron veut que 8 milliards d'euros au total soient investis dans l'énergie.

Sur cette somme, un milliard d'euros visera à développer des "technologies de rupture" dans le domaine du nucléaire. Pour le président, "l'objectif numéro un" est de faire émerger des réacteurs nucléaires de petite taille et de mieux gérer les déchets nucléaires.

Les petits réacteurs modulaires, dits SMR ("small modular reactors"), sont "beaucoup plus modulaires et beaucoup plus sûrs", a-t-il fait valoir, à l'heure où l'avenir de EPR, des gros réacteurs de nouvelle génération, est lui en suspens.

La France doit également envisager la construction de "deux gigafactories ou électrolyseurs" pour devenir "leader de l'hydrogène vert" en 2030, ce qui permettra la "décarbonation de l'industrie". Les secteurs de l'acier, du ciment et de la production chimique ont notamment besoin d'hydrogène vert pour remplacer les énergies fossiles.

Véhicules électriques et avion bas carbone

La France va investir 4 milliards d'euros pour développer de nouveaux moyens de transport.

Le président veut notamment "produire en France à l'horizon 2030 près de 2 millions de véhicules électriques et hybrides". Pour atteindre cet objectif, il faudra "une vraie stratégie coopérative, en particulier de nos grands constructeurs", a-t-il estimé.

La France va aussi "investir massivement pour permettre de déployer d'ici à 2030 le premier avion bas carbone", un projet d'abord français mais l'objectif est de l'"européaniser au maximum".

Agriculture

Emmanuel Macron souhaite investir 2 milliards d'euros dans des innovations de "rupture" dans l'agriculture, en particulier dans la robotique, le numérique et la génétique. L'objectif est de "continuer à produire pour nous nourrir", en améliorant la "qualité de l'alimentation" et la "compétitivité", tout "en baissant les émissions de CO2".

Plus précisément, ces investissements doivent permettre de "décarboner la production" agricole, "sortir de certains pesticides", "améliorer la productivité" et développer "des productions plus résilientes et plus solides dans les bio-solutions".

Biomédicaments

La France va également consacrer 3 milliards d'euros au domaine de la santé.

Le pays doit se donner comme objectif d'avoir d'ici à 2030 "au moins 20 biomédicaments contre les cancers, les maladies émergentes et les maladies chroniques dont celles liées à l'âge", a indiqué le président. Il doit également créer les "dispositifs médicaux de demain".

Les biomédicaments regroupent une grande variété de thérapies (produits pour la thérapie cellulaire, la thérapie génique, les hormones). Ils sont produits à partir du vivant, contrairement aux médicaments plus classiques fabriqués chimiquement, ce qui rend leur production plus complexe et plus chère.

Composants électroniques

Emmanuel Macron a annoncé "près de 6 milliards d'euros" d'investissements pour "doubler" la production électronique de la France d'ici 2030 et "sécuriser" son approvisionnement en puces.

La demande mondiale de composants électroniques a explosé depuis le début de la pandémie, entre l'essor du télétravail et des loisirs à la maison.

"Nous voulons être en capacité de doubler notre production électronique d'ici 2030 et de construire une feuille de route vers des puces électroniques de plus petite taille pour rester un des leaders du domaine", a-t-il déclaré.

Incontournables dans les objets du quotidien comme les appareils électroménagers ou les téléphones mobiles, les semi-conducteurs font l'objet d'une pénurie au niveau mondial et l'Europe est de plus en plus dépendante des importations chinoises ou américaines sur ce marché stratégique.

Recyclage

Le président a aussi fixé l'objectif d'"investir dans le recyclage" pour "réduire notre dépendance". En particulier, il souhaite "faire émerger un acteur français du recyclage chimique enzymatique".

Le chef de l'Etat veut aussi accélérer en France "le recyclage des terres rares" nécessaires à la transition énergétique et à la fabrication des batteries.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info