Gaza: une guerre sans vainqueur et les mêmes questions en suspens

Publié le à Jérusalem (AFP)

Israéliens et Palestiniens se sont empressés de revendiquer la victoire à Gaza, pourtant, estiment les experts, le Hamas n'a pas obtenu plus que des promesses, tandis que cette nouvelle guerre à Gaza a attisé les divisions des dirigeants israéliens.

Difficile de dire qui sort vainqueur du conflit qui a fait plus de 2.140 morts côté palestinien, ravagé la bande de Gaza et infligé à Israël ses plus lourdes pertes militaires depuis 2006, car estime Eyal Zisser, de l'institut israélien Moshé Dayan pour les études sur le Moyen-Orient et l'Afrique, "après 50 jours de combat, les deux parties étaient épuisées, c'est pour cela qu'il y a eu cessez-le-feu".

Pour Jean-François Legrain, chercheur au CNRS et à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (Iremam), "les revendications de victoire des deux camps relèvent de la communication à destination de leurs opinions publiques".

Dans le territoire exigu où Israéliens et Palestiniens s'affrontent depuis près de 50 ans, "encore une fois, ce fut une guerre pour rien, puisque aucune des questions de fond n'a été résolue", affirme Karim Bitar, directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). "L'accord est flou et imprécis et on repousse aux calendes grecques les questions qui fâchent", poursuit-il.

Cet accord, négocié par les Egyptiens, prévoit l'ouverture des passages entre Israël et la bande de Gaza et un allègement du blocus imposé depuis 2006 par Israël qui asphyxie les 1,8 million de Gazaouis.

- Des promesses déjà rompues par le passé -

En 2012 déjà, pour mettre fin à une autre guerre, Israël et le Hamas avaient signé un accord quasi-similaire. A l'époque, explique M. Legrain, "Israël n'avait pas tenu parole, alors qu'aucune roquette n'a été tirée, même lorsque l'Etat hébreu a mené des éliminations ciblées dans la bande de Gaza". "La question se pose de nouveau aujourd'hui", poursuit-il.

Mais le Hamas prend ce risque, affirme M. Legrain, car "un accord qui mentionne une levée partielle du blocus peut être présenté comme une victoire: s'il n'était pas levé dans les faits, le Hamas n'en encourra pas la responsabilité".

Quant aux questions les plus sensibles --la libération de prisonniers palestiniens, l'ouverture d'un aéroport ou la démilitarisation de Gaza-- elles ne sont pas réglées.

Et le président Mahmoud Abbas a eu beau prévenir que les Palestiniens ne s'engageraient pas dans de nouvelles "négociations brumeuses" mardi soir, il était déjà acté que les point litigieux seraient discutés "sous un mois" lors de nouveaux pourparlers indirects au Caire.

De quoi permettre aux deux camps de se targuer de "succès" d'ici là. Ainsi, les dirigeants du Hamas, invisibles pendant la guerre, sont ressortis pour célébrer leur "victoire", assurant aux Gazaouis qu'ils auraient bientôt un port et un aéroport.

Mais mercredi, un proche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu douchait tous leurs espoirs. "Il n'y aura pas de port, pas d'aéroport et aucun matériel pouvant servir à la production de roquettes ou pour creuser des tunnels n'entrera" dans la bande de Gaza, a prévenu le vice-ministre des Affaires étrangères Tzahi Hanegbi à la radio publique.

Et dans sa première déclaration publique depuis l'entrée en vigueur du cessez-le feu, M. Netanyahu a affirmé que le Hamas n'avait obtenu "aucune de ses demandes", ajoutant que le mouvement islamiste "n'avait pas subi une telle défaite depuis sa création".

- 'Trop tard' -

Au sein de la population israélienne toutefois, cette "victoire" célébrée par les dirigeants israéliens arrive "trop tard", comme le titrait la presse. "J'ai perdu confiance dans le gouvernement qui n'a cessé d'hésiter depuis près de deux mois. Ce gouvernement a tout d'un grand cirque", affirmait ainsi à la radio militaire Haïm Yellin, un élu d'une des localités proches de la bande de Gaza qui ont subi les tirs incessants de roquettes.

"Les considérations de politique intérieure ont pesé lourdement", indique M. Bitar. "La popularité de M. Netanyahu commençait à flancher, le tourisme s'était effondré et l'économie commence à montrer de sérieux signes de faiblesses", explique ce spécialiste.

Lundi, un sondage annonçait que seuls 38% des Israéliens étaient satisfaits du Premier ministre, contre 82% peu après le début de la guerre le 8 juillet.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.