GB: Conférence de presse de Johnson, un reconfinement attendu en Angleterre

Publié le à Londres (AFP)

Boris Johnson s'apprête samedi à dévoiler s'il va reconfiner l'Angleterre pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, au moment où le Royaume-Uni a dépassé le million de cas de Covid-19.

Le Premier ministre conservateur va s'exprimer en fin d'après-midi lors d'une conférence de presse à Downing Street aux côtés de ses conseillers scientifiques et médicaux, après avoir auparavant discuté de la situation par vidéoconférence avec ses ministres.

Selon plusieurs médias, citant des sources gouvernementales, le dirigeant conservateur doit annoncer un reconfinement en Angleterre, avec la fermeture des commerces non essentiels. Les crèches, les écoles et les universités resteraient ouvertes.

Le Royaume-Uni a dépassé le million de cas de nouveau coronavirus depuis le début de la pandémie avec 1.011.660 de cas annoncés samedi par le gouvernement samedi.

Pays le plus endeuillé d'Europe, le Royaume-Uni a recensé au total 46.555 décès survenus dans les 28 jours suivant un dépistage positif au Covid-19, dont 326 les dernières 24 heures.

Un reconfinement constituerait un revirement pour Boris Johnson, qui a jusque-là résisté aux appels à reconfiner toute l'Angleterre, même pour une courte durée, de deux à trois semaines, comme le suggérait le parti d'opposition travailliste.

Confiné d'un bloc le 23 mars lors de la première vague, le Royaume-Uni a privilégié ensuite une approche locale. En Angleterre, un niveau d'alerte à trois niveaux détermine les restrictions imposées à chaque région.

Plus de la moitié de la population en Angleterre subit actuellement des restrictions.

Mais le Royaume-Uni est durement frappé par la deuxième vague du virus, et les conseillers scientifiques du gouvernement pressent Boris Johnson d'agir maintenant, pour permettre aux familles de se réunir à Noël.

Plusieurs pays européens dont l'Irlande, la France et la Belgique ont annoncé des reconfinements complets ou partiels pour freiner la propagation du virus.

- "Désastreux" pour l'hôtellerie-restauration -

Dans son dernier rapport publié vendredi, l'Office national des statistiques (ONS) a révélé que l'Angleterre avait connu la semaine dernière près de 52.000 nouveaux cas de Covid-19 par jour, soit une augmentation de 47% par rapport à la semaine précédente.

Le nombre d'infections et d'hospitalisations en Angleterre a dépassé le pire scénario envisagé, ont écrit les scientifiques du groupe Sage, qui conseille le gouvernement, dans une note écrite le 14 octobre et publiée vendredi.

"Personne ne +veut+ un confinement, moi-même inclus", a déclaré sur Twitter l'un des membres du comité Sage, Jeremy Farrar. "Mais nous avons rapidement dépassé le pire des scénarios raisonnables, nous sommes plus avancés dans l'épidémie que beaucoup ne l'avaient anticipé", a-t-il souligné, appelant à "agir maintenant".

"Nous devons arrêter la propagation du virus, car si nous ne le faisons pas, nous submergerons le service de santé et aucun de nous ne le souhaite", a aussi plaidé sur la BBC le professeur Anthony Gordon, expert en soins intensifs à l'Imperial College de Londres.

Les conséquences économiques et sociales d'un nouveau confinement sont particulièrement redoutées. Le FMI prévoit déjà une contraction du PIB du Royaume-Uni de 10,4% en 2020.

Pour l'hôtellerie-restauration, un reconfinement aurait des conséquences "désastreuses", a réagi sur Twitter Kate Nicholls, directrice générale de UK hospitality, appelant à un soutien financier pour surmonter cette nouvelle épreuve.

Chaque province britannique décide de sa propre stratégie contre la pandémie. Les plus de trois millions d'habitants du Pays de Galles sont les premiers Britanniques à être retournés en confinement, au moins jusqu'au 9 novembre.

Mi-octobre, l'Irlande du Nord a fermé pour un mois pubs et restaurants et décidé de prolonger les vacances scolaires.

Selon le Premier ministre gallois, Mark Drakeford, le gouvernement britannique doit discuter avec les responsables des gouvernements locaux sur une "approche commune d'ici Noël" à travers le Royaume-Uni.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info