Géorgie : manifestation monstre pour soutenir l'ex-président écroué Saakachvili

Publié le à Tbilissi (AFP)

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté jeudi en Géorgie pour réclamer la libération de l'ex-président Mikheïl Saakachvili, incarcéré depuis son retour d'exil début octobre et en grève de la faim.

Ce pays du Caucase connaît une profonde crise politique depuis des élections législatives controversées en octobre 2020.

Selon une estimation d'un correspondant de l'AFP, au moins 50.000 personnes s'étaient rassemblées sur la Place de la Liberté, dans le centre de la capitale Tbilissi, scandant le nom de M. Saakachvili et agitant des drapeaux de la Géorgie.

Dans un message lu aux manifestants par son avocat, M. Saakachvili a appelé à faire de son pays "un phare de la démocratie" et à "sauver la Géorgie grâce à l'unité et la réconciliation nationales".

Président de la Géorgie entre 2004 et 2013, Mikheïl Saakachvili, 53 ans, a été arrêté le 1er octobre à son retour d'un exil de huit ans afin de purger une peine de six ans de prison pour "abus de pouvoir".

Le flamboyant ex-président, désormais chef de file de l'opposition, rejette cette condamnation qu'il juge politique et dit avoir commencé une grève de la faim pour protester contre son incarcération.

Des médecins ont exprimé leur préoccupation au sujet de son état de santé.

Son emprisonnement s'inscrit dans le cadre de la crise politique qui secoue la Géorgie depuis les dernières législatives, remportées de peu par le parti au pouvoir, Rêve géorgien, fondé par le milliardaire Bidzina Ivanichvili, le grand rival de M. Saakachvili.

"Libérez Saakachvili !", "Non à la persécution politique !", pouvait-on lire sur les banderoles brandies par les manifestants à Tbilissi, qui étaient également munis de portraits de l'ex-chef de l'Etat.

- Convois de manifestants -

Tout au long de la journée, des véhicules formant des convois avaient acheminé à Tbilissi les manifestants qui se sont réunis à l'appel de M. Saakachvili et de ses soutiens, selon les images diffusées par des chaînes de télévision.

L'ancien président, une personnalité charismatique autant adulée que critiquée, était rentré secrètement en Géorgie début octobre, à la veille d'élections municipales cruciales pour le pouvoir.

Le scrutin a finalement été remporté par le parti au pouvoir avec 46,7% des voix, contre 30,6% au Mouvement national uni (MNU) de M. Saakachvili. Les divers partis d'opposition ont cependant rassemblé ensemble 53% des voix et dénoncé des fraudes massives.

Dans les principales villes, dont Tbilissi, des seconds tours auront lieu le 30 octobre entre des candidats du pouvoir et du MNU.

Signe de l'inquiétude suscitée par l'arrestation de M. Saakachvili, les Etats-Unis avaient appelé la semaine dernière Tbilissi à s'assurer que l'opposant "bénéficie d'un traitement équitable, conformément au droit géorgien et aux engagements internationaux de la Géorgie en matière de droits humains".

M. Saakachvili a été déchu de sa nationalité géorgienne et possède un passeport ukrainien depuis 2016. Avant de regagner son pays natal, il a vécu plusieurs années en Ukraine où il s'est vu confier des fonctions officielles.

La semaine dernière, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait réclamé que M. Saakachvili puisse retourner en Ukraine.

Mais le gouvernement géorgien a jusqu'à présent affiché sa fermeté à cet égard.

Le Premier ministre Irakli Garibachvili a ainsi lâché la semaine dernière : "personne sur Terre n'est en mesure de nous convaincre de libérer Saakachvili", qui va "purger toute sa peine".

Il a en outre prévenu que M. Saakachvili pouvait aller au-devant de nouveaux ennuis judiciaires. "Il a intérêt à bien se tenir (en prison), sinon nous enclencherons de nouvelles poursuites", a averti M. Garibachvili.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info