Golf: Tiger Woods va rejouer à Augusta, 13 mois après son accident

Publié le à Augusta (Etats-Unis) (AFP)

Incassable: treize mois après l'accident qui faillit lui coûter la jambe droite, Tiger Woods, sauf contre-temps de dernière minute, va faire son grand retour au Masters d'Augusta, terre de ses plus grands exploits où il pense même pouvoir gagner une sixième fois.

"Si les choses restent en l'état, je vais jouer", a déclaré mardi devant les médias l'Américain de 46 ans. Il prévoit de se tester une dernière fois mercredi, la veille du début du tournoi.

"Il s'agit de savoir comment mon corps va récupérer de cet effort et ce qu'il est capable de faire le lendemain", a précisé le vainqueur de 15 Majeurs, dont certains glanés en surmontant de vives douleurs.

Combien de fois l'a-t-on cru perdu pour le golf ? Chaque fois, il s'est relevé. De tout, de ruptures de ligaments croisés et d'un tendon d'Achille, de blessures au cou et aux vertèbres cervicales après un premier accident de voiture révélant aussi des maux à l'âme, à base d'alcool et de médicaments, de cinq opérations du dos, pour certaines très risquées.

Et donc, maintenant, de cette terrible sortie de route survenue le 23 février 2021 près de Los Angeles, dont il s'est estimé chanceux d'avoir survécu. Il a évité de peu l'amputation, pour les multiples fractures ouvertes à la jambe droite qui ont nécessité de lui insérer une tige métallique dans le tibia, et des vis pour consolider les os du pied et de la cheville.

- "Un chemin difficile" -

Woods a été hospitalisé pendant des semaines et incapable de marcher pendant des mois. "Ce fut un chemin difficile. Revenir jouer ici m’apparaissait alors très peu probable", a-t-il confié.

Alors que la planète golf se demandait s'il allait pouvoir ne serait-ce que remarcher normalement, Woods avait tout de même exprimé la volonté de se relever pour revenir au golf. Mais à 46 ans, le corps meurtri par tant de chocs, ne se leurrait-il pas ?

Ce serait évidemment mal connaître l'homme, le champion, le survivant, que de l'imaginer baisser les bras. Mais ses premières apparitions publiques, avec une canne puis un collant orthopédique, ne laissaient pas augurer d'un retour si prompt. Pas plus que celle de février au Genesis Invitational, un tournoi qu'il parraine, où des témoins notaient sa difficulté à lever et baisser le pied.

C'est sa présence inattendue la semaine passée à Augusta -- où il a été sacré cinq fois, la dernière en 2019 deux ans après une fusion des vertèbres extrêmement délicate -- pour tester sa condition physique sur le parcours mythique, notamment accompagné de son fils de 13 ans, Charlie, qui a mis en ébullition le microcosme du golf.

Woods, figurant automatiquement sur la liste des participants en qualité d'ancien vainqueur, n'avait alors pas fait rayer son nom de la 86e édition, entretenant un suspense devenu de moins en moins grand dimanche, lorsqu'il est revenu en Géorgie pour une deuxième séance.

- "Je peux gagner" -

Le "Tigre" est apparu souriant, épanoui, à l'aise avec son swing, ne trahissant aucune difficulté à marcher, dans une nouvelle paire de chaussures adaptée à ses besoins. Il avait néanmoins prévenu que sa décision de participer au tournoi serait prise au dernier moment, jeudi.

Il l'a finalement annoncée deux jours plus tôt, avec une réserve de formalité, après avoir effectué une autre séance de neuf trous, devant des milliers de fans présents pour l'encourager.

Se pose désormais la question, puisqu'on parle à nouveau de Tiger golfeur, compétiteur, de savoir ce que le 873e mondial peut accomplir au Masters, après 17 mois sans jouer - son dernier tournoi était l'édition 2020 du Masters décalée à novembre en raison du Covid-19.

Car Augusta est tout sauf une promenade de santé et Woods, qui y a toujours franchi le cut et en connaît les moindres recoins, sait que les pentes et les dénivelés seront ses principales difficultés.

"Je peux très bien frapper la balle. Je n'ai aucun doute sur ce que je peux faire sur le plan du golf. La marche est la partie difficile", a-t-il convenu.

Comment répondra sa jambe droite à la répétition des efforts, c'est donc la grande interrogation. Mais on parle d'un champion qui avait remporté l'US Open en 2008 malgré la déchirure d'un genou et une double fracture de fatigue à un tibia.

Vingt-cinq ans après avoir remporté le premier de ses quinze Majeurs à Augusta, le Tigre est donc prêt à rugir de nouveau. Il a même prévenu la concurrence: "Je pense que je peux gagner le Masters cette semaine".

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info