Guadeloupe: des actions coups de poing contre l'obligation vaccinale tandis que l'épidémie repart

Publié le à Pointe-à-Pitre (AFP)

Les bureaux de la direction de l'hôpital de Guadeloupe assiégés par des militants antivax, l'état d'urgence sanitaire décrété sur l'île en raison de l'explosion du nombre de cas de Covid, la crise n'en finit pas en Guadeloupe.

Ils sont une cinquantaine à avoir pris position mardi en fin de matinée devant le bâtiment administratif du CHU, bloquant entrées et sorties. Le directeur du CHU de Guadeloupe Gérard Cotellon et ses deux adjoints ont dû être exfiltrés par la police, non sans recevoir "des coups, des injures et des jets d'urine", selon leur récit.

Depuis le 17 juillet, des militants contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire se mobilisent chaque week-end en Guadeloupe. La crise a atteint son paroxysme fin novembre quand le collectif d'organisations "en lutte" a appelé à une mobilisation générale qui s'est traduite par des barrages routiers et le blocage durant trois semaines de la circulation en de très nombreux points de l'île.

Le combat contre l'obligation vaccinale ne concerne plus désormais que certains manifestants "déterminés à aller jusqu'au bout", selon les leaders des différentes organisations, et qui maintiennent des meetings et des actions sporadiques.

Un collectif d'organisations, notamment syndicales et citoyennes, majoritairement opposées à l'obligation vaccinale contre le Covid-19 pour le personnel soignant et les pompiers avaient ainsi occupé l'hémicycle du Conseil régional de la Guadeloupe près de 24 heures fin décembre, après avoir fait intrusion en pleine session plénière.

- Cinquième vague du Covid -

La classe politique et les autorités locales ont unanimement condamné ces violences de mardi. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a exprimé mercredi à l'issue du Conseil des ministres "toute (sa) solidarité" avec le directeur du CHU, qui a été "frappé, séquestré par des militants antivax". "C'est honteux, c'est révoltant, c'est scandaleux, et c'est inadmissible en République", a-t-il ajouté.

La directrice générale de l'ARS Valérie Denux a, elle, fustigé dans un communiqué ces violences, indiquant que les "personnes qui ont agi ainsi ne peuvent plus se qualifier de professionnels de santé".

"Les auteurs doivent être identifiés, retrouvés et condamnés, tout comme leurs commanditaires", ont écrit les parlementaires de Guadeloupe dans un communiqué commun. "Comment peut-on, en République, tolérer ou du moins laisser commettre des violences à l'encontre de personnels dont la seule mission consiste à préserver et sauver des vies ?", se sont-ils indignés, refusant "la prise en otage du pays".

"Ces exactions, indignes, sont d'autant plus inquiétantes et irresponsables dans un contexte où la Guadeloupe entre dans une cinquième vague du Covid très préoccupante", ont écrit dans un communiqué commun les élus de Guadeloupe, indiquant se joindre "à l'indignation et au mécontentement de l'ensemble de la communauté hospitalière".

En raison de l'explosion locale des contaminations au Covid 19, le gouvernement a décidé de replacer la Guadeloupe, ainsi que les Îles du Nord, en état d'urgence sanitaire, mercredi en conseil des ministres.

Selon le bulletin épidémiologique du 29 décembre, qui devait être actualisé mercredi soir (heure locale), l'île a comptabilisé plus de 2.000 nouveaux cas positifs au Covid la dernière semaine de décembre, contre 550 environ la semaine précédente. Le variant Omicron représentait 45% des prélèvements, selon la même source.

En Guadeloupe, la résistance à la vaccination est encore forte, d'après les chiffres de l'ARS: moins de 50% de la population a reçu au moins une dose de vaccin. En revanche, les taux de vaccination chez les personnes astreintes à l'obligation vaccinale atteignent plus de 95%. Ainsi, "96% du personnel du CHU est conforme à l'obligation vaccinale", précise-t-on à l'hôpital.

Pourtant aucune tentative de négociation n'a pu aboutir entre les élus, l'Etat et le collectif mobilisé. Pour l'heure, le collectif annonce de nouveaux rassemblements et meetings à venir.

Le président Emmanuel Macron, interrogé par le quotidien Le Parisien, a déclenché mardi la polémique en déclarant avoir "très envie (d') emmerder" les non-vaccinés.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info