Hans-Georg Maassen, le chef de l'espionnage allemand qui parlait trop

Publié le à Berlin (AFP)

Féru d'ordre, le chef du renseignement intérieur allemand Hans-Georg Maassen, contraint mardi à la démission, a surtout semé le chaos jusqu'au sein du gouvernement et le trouble sur ses liens avec l'extrême droite.

"Les fonctions de président de l'Office de protection de la Constitution vont être réattribuées. M. Maassen sera à l'avenir secrétaire d'Etat au ministère de l'Intérieur", a annoncé le gouvernement dans un communiqué laconique.

Fasciné par l'Extrême-Orient, marié à une Japonaise, ce juriste d'aujourd'hui 55 ans aura fini par tomber après avoir mis en doute dans le journal le plus lu d'Allemagne, Bild, l'authenticité d'une vidéo, largement diffusée par les grands médias. Et ce sans pouvoir apporter de preuves.

On pouvait y voir des hooligans s'en prendre à des étrangers au cours d'une manifestation d'extrême droite à Chemnitz, qui a choqué l'Allemagne.

Ses déclarations furent la goutte de trop, notamment pour le parti social-démocrate qui a réclamé la tête de cet homme déjà très critiqué pour ses relations présumées avec l'extrême droite.

Son limogeage s'est finalement décidé mardi en fin de journée après une réunion de crise entre les partenaires de la fragile coalition au pouvoir et Angela Merkel.

- "Frustration" -

Une sortie peu glorieuse pour ce fonctionnaire qui a fait presque toute sa carrière au ministère de l'Intérieur décrit comme un défenseur de l'ordre et du droit.

Appelé en 2012 à la tête des services secrets intérieurs, Hans-Georg Maassen doit redorer le blason d'une agence discréditée pour ses négligences dans l'affaire du groupuscule néonazi meurtrier (NSU).

Il dit alors se sentir "comme le directeur de la construction urbaine, après la deuxième Guerre mondiale, de Cologne", dont il ne restait que des ruines, rappelle le journal.

Il entreprend la modernisation de Office fédéral de protection de la Constitution, dont le siège se trouve dans cette ville de l'ouest. La lutte contre le cyber-terrorisme devient une priorité.

Et il aime aussi s'inviter dans la vie politique, donnant avis par ci, lançant avertissements par là. L'ombre n'est pas pour lui, il apprécie la lumière médiatique.

En 2015, celui qui dans une thèse de doctorat en 1997 mettait déjà en garde contre une immigration incontrôlée, se pose en détracteur de la politique d'Angela Merkel, qui ouvre l'Allemagne à des centaines de milliers de migrants.

Et nourrit depuis lors "une frustration" vis-à-vis de la politique jugée trop généreuse de la chancelière, souligne l'hebdomadaire Der Spiegel.

- Liaisons dangereuses -

Hans-Georg Maassen parle de risques d'attentats, fait état de 1.900 individus soupçonnés de liens avec la mouvance jihadiste.

En décembre 2016, le Tunisien Anis Amri, un demandeur d'asile débouté mais qui avait disparu des radars des autorités, tue 12 personnes dans une attaque au camion bélier à Berlin. Ses services sont alors de nouveau soupçonnés de négligence.

Selon plusieurs médias, M. Maassen a menti en prétendant que l'agence n'avait pas d'agents doubles dans les cercles proches d'Anis Amri, alors que l'un deux fréquentait la même mosquée que le Tunisien.

Ses rencontres avec des responsables de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD, extrême droite) révélées dans un livre d'une ancienne militante du parti fin juillet, dérangent aussi.

La chaîne de télévision publique ARD a affirmé qu'il avait transmis des informations encore confidentielles à un député de l'AfD Stephan Brandner concernant des suspects islamistes et sur le budget des services de renseignement.

Maassen a formellement démenti ces informations et a récemment affirmé n'avoir eu que cinq discussions avec des membres de l'AfD depuis qu'il a pris ses fonctions contre 237 avec des responsables d'autres partis.

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous avez de belles opportunités à saisir et vous ne vous en privez pas. C’est le moins que l’on puisse dire.

Taureau

Vous devez prendre une décision dans une certaine urgence. Faites attention, car vous risquez de faire le mauvais choix.

Gémeaux

Il y a de la rencontre dans l’air. Si vous venez de démarrer une relation, celle-ci prend rapidement une tournure plus sérieuse.

Cancer

Vous êtes plus fragile, plus faible énergétiquement ou simplement fragilisé émotionnellement.

Lion

Même si vous vous en défendez, vous mêlez votre entourage à vos problèmes personnels.

Vierge

Votre tendance à tout décortiquer risque de vous faire passer à côté d’une belle opportunité. Dommage !

Balance

Vous êtes contrarié par une question d’argent ou une démarche administrative qui s’avère plus compliquée que prévu.

Scorpion

Votre partenaire n’est pas trop en phase avec vos projets, vos idées. Vous essayez de convaincre votre moitié, sans succès.

Sagittaire

Vous avez des responsabilités à tenir, une image à défendre dans votre cadre professionnel. Rien n’est simple aujourd’hui.

Capricorne

Vous ne voulez pas décevoir les personnes qui vous font confiance. C’est pourquoi vous travaillez deux fois plus.

Verseau

Un peu de légèreté au programme. Vous pensez un peu moins au travail et consacrez du temps à votre famille.

Poissons

Il ne faut pas grand-chose pour que vous partiez en vrille. Vous êtes à fleur de peau, qu’on se le dise.

Notre sélection d'annonces