Heurts entre manifestants et police à Athènes: trois policiers blessés

Publié le à Athènes (AFP)

Quatre policiers grecs ont été blessés mardi soir, lors de heurts qui ont éclaté dans une banlieue d'Athènes en marge d'une manifestation de 5.000 personnes contre les "dérives policières", a annoncé la police.

Selon une photographe de l'AFP, les échauffourées ont débuté lorsqu'un groupe d'environ 200 personnes cagoulées s'est dirigé vers le commissariat de Nea Smyrni, une banlieue réputée calme d'Athènes, où un jeune homme a été frappé à coups de matraque dimanche par un policier lors d'un contrôle des mesures de confinement.

Les casseurs ont lancé des pierres et des cocktails molotov contre le commissariat et les policiers ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau. Le feu a été mis à une dizaine de poubelles obligeant les pompiers à intervenir, a constaté l'AFP.

Un policier à moto, grièvement blessé à la tête, a dû être transporté à l'hôpital, selon la police. Selon les images d'ANT1 TV, des manifestants ont fait tomber le policier de sa moto et l'ont frappé.

D'après l'agence de presse grecque ANA, sa vie n'est pas en danger. "Trois policiers au moins ont été blessés", a également précisé la police dans un communiqué.

Les journalistes et photographes sur place ont également été pris à partie par les manifestants cagoulés, a-t-on constaté.

Dimanche après-midi sur la place de Nea Smyrni, à cinq kilomètres du centre-ville d'Athènes, les images d'un jeune homme à terre frappé à coups de matraque par un policier, en présence d'au moins trois autres agents, sont devenues virales.

On entend le jeune homme crier: "j'ai mal", tandis que des passants s'indignent du comportement des policiers.

En protestation, près de 5.000 personnes, selon la police, ont défilé contre les "dérives policières" mardi soir, brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "Les flics hors de nos quartiers" ou "Les parcs sont faits pour rire et non pour entendre: j'ai mal".

La police a dit avoir arrêté des manifestants en possession de cocktails molotov et de barres de fer, avant que les heurts ne débutent, et dix personnes ont été interpellées.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a demandé à ses concitoyens que "les tristes images de violence que nous avons vues ce soir à Athènes soient les dernières". "Je ne permettrai à personne de nous diviser", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le principal parti d'opposition, Syriza, a condamné "ceux qui, par la force, ont choisi de ternir une manifestation pacifique de milliers d'habitants".

Le parquet a ordonné une enquête préliminaire "pour examiner les actes criminels éventuels perpétrés par des policiers" dimanche à Nea Smyrni, selon une source judiciaire. La police a également ouvert une enquête interne.

Selon la police, cet incident a commencé quand les forces de l'ordre ont été attaquées par "trente personnes qui ont blessé deux de ses agents", ce que de nombreux habitants de Nea Smyrni ont démenti.

Onze personnes interpellées dimanche ont été poursuivies pour "coups et blessures, insultes et violations des mesures pour endiguer l'épidémie de Covid-19", a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Dans une interview publiée mardi dans le Journal des Rédacteurs (Efsyn), le jeune homme de 29 ans explique que la police voulait infliger des amendes de 300 euros à des familles qui étaient assises sur la place, et qu'il a voulu raisonner les agents.

"Un policier s'est alors avancé vers moi et m'a pris pour cible. Il m'a poussé avant que les autres policiers ne me donnent des coups de pied sur tout le corps", explique-t-il.

Les médias et les avocats ont dénoncé une multiplication des agressions policières ces derniers mois lors de manifestations étudiantes ou de groupes de gauche.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info