Homophobie: "année noire" pour les personnes LGBT en 2018

Publié le à Paris (AFP)

Une année noire" et "un triste record": les agressions physiques envers les personnes LGBT (lesbiennes, gays, bis, trans) ont atteint un niveau inégalé en 2018, signe d'une homophobie "de plus en plus violente" selon le rapport annuel de SOS Homophobie dévoilé mardi.

Avec 231 agressions physiques recensées, "2018 a été une année noire pour les personnes LGBT", écrivent Véronique Godet et Joël Deumier, coprésidents de SOS Homophobie, en préambule du rapport, qui déplore un "triste record". Le précédent datait de l'année 2013 - 188 cas -, marquée par un pic des actes homophobes lié à l'adoption de la loi autorisant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe.

"Cela montre que l'on fait face à une homophobie et une transphobie de plus en plus violente", constate Joël Deumier. Parfois jusqu'à la mort, avec le meurtre en août de Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transgenre tuée par balle dans le Bois de Boulogne.

L'année 2018, qui enregistre un bond de 66% des agressions physiques LGBTphobes par rapport à 2017, doit ses mauvais résultats à son dernier trimestre, lors duquel un cas d'agression par jour en moyenne a été signalé à SOS Homophobie.

A l'automne, plusieurs victimes avaient créé l'émoi en relayant sur les réseaux sociaux leurs visages tuméfiés. "Des victimes se sentent de plus en plus à l'aise et légitimes pour prendre la parole dans le débat public", se réjouit Joël Deumier.

Le 21 octobre, une foule de 3.000 personnes s'était rassemblée à Paris à l'appel de plusieurs associations après cette série d'agressions homophobes dans la capitale.

En réaction, la secrétaire d'Etat chargée de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, avait présenté fin novembre un plan de lutte contre les violences LGBT.

"Sur la dizaine de mesures annoncées, seules deux ont été mises en oeuvre: une circulaire de la ministre de la Justice Nicole Belloubet adressée aux parquets et une campagne de sensibilisation à l'école lancée en janvier. Pour nous, c'est largement insuffisant", pointe Joël Deumier.

Il attend notamment un "premier bilan chiffré" du nombre de policiers, gendarmes, magistrats et professeurs formés aux violences LGBT. Sollicité par l'AFP, le cabinet de Mme Schiappa n'a pas donné suite.

- Lesbophobie -

Au total, en 2018, "SOS Homophobie a recueilli 1.905 témoignages d'actes LGBTphobes", en augmentation de 15% par rapport à 2017 (1.650 témoignages), soit la troisième année de hausse consécutive, observe l'association, qui tire ses données de sa ligne d'écoute, son chat ou son formulaire en ligne.

Les manifestations de rejet (62%) et les insultes (51%) sont les faits les plus fréquemment signalés par les victimes, devant les discriminations (38%), le harcèlement (20%), les menaces (17%) et la diffamation (17%).

Fait notable: les signalements des agressions de lesbiennes ont bondi de 42%, avec 365 actes répertoriés. "Un par jour, c'est énorme", souligne Véronique Godet. "Avant, les lesbiennes minimisaient les agressions, les insultes. Désormais, elles prennent plus souvent la parole. Cela s'inscrit dans une vague revendicative, dans le sillage des mouvements féministes initiés par #Metoo et #Balancetonporc", constate-t-elle.

"Les lesbiennes continuent d'être invisibilisées", observe néanmoins SOS Homophobie dans son rapport. "Leur sexualité est niée ou fantasmée dans une société encore très hétéronormée. Se tenir la main dans la rue, c'est encore se mettre en danger pour les lesbiennes, qui aimeraient que ce ne soit plus un acte militant mais un geste naturel", regrette Véronique Godet.

Enfin, comme chaque année depuis 2010, Internet reste "le premier lieu d'expression des LGBTphobies", déplore l'association, avec 23% des signalements.

La députée LREM Laetitia Avia a déposé en mars une proposition de loi visant à lutter notamment contre les contenus homophobes en ligne. Le texte, que le gouvernement voudrait présenter en Conseil des ministres à l'été, prévoit notamment d'imposer aux plateformes internet et aux réseaux sociaux, Facebook et Twitter en tête, de retirer sous 24 heures tout propos haineux.

"C'est une loi qui irait dans le bon sens", estime Joël Deumier, car "il y a un lien de cause à effet direct entre les violences en ligne et les violences réelles".

© 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

A lire également

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous recevez une proposition professionnelle intéressante. Votre investissement est récompensé.

Taureau

Vous avez des craintes pour l’avenir. Vous vous sentez en insécurité pour la première fois depuis longtemps.

Gémeaux

Vous tendez à trop en faire dans le but d’attirer l’attention sur vous. Vous voulez être le centre d’intérêt.

Cancer

Vous êtes au début d’une période favorable si vous êtes à la recherche d’un emploi.

Lion

Vous êtes concerné par une difficulté familiale. Vous tentez d’y apporter une solution.

Vierge

Vous déplorez le manque de respect ou de considération de la part d’une personne à qui vous avez rendu de nombreux services.

Balance

Au travail, vous ajoutez une corde à votre arc. Vous voulez progresser dans votre secteur d’activité.

Scorpion

Améliorer votre qualité de vie, vous épanouir, tant au travail que dans votre vie de famille, est votre principal objectif.

Sagittaire

Vous êtes sous les feux des projecteurs. Même si vous vous en défendez, vous adorez cela.

Capricorne

Vous trouvez enfin le bon spécialiste ou le bon traitement si vous êtes confronté à des problèmes de santé.

Verseau

Votre activité professionnelle prend de l’ampleur. Vous franchissez un cap important de votre carrière.

Poissons

Vos rapports avec vos supérieurs ne sont pas faciles. Vous peinez à défendre votre point de vue.

Notre sélection d'annonces