Hong Kong: fin du premier confinement d'un quartier, 13 cas de Covid-19 recensés

Publié le à Hong Kong (AFP)

Hong Kong a mis fin lundi matin au confinement d'un quartier, le premier ordonné par les autorités depuis le début de la pandémie, qui a permis de recenser 13 cas de Covid-19 sur les 7.000 habitants testés, suscitant un débat sur l'efficacité d'une telle mesure.

Au cours du week-end, la police a été déployée afin de boucler environ 150 immeubles du quartier de Jordan, l'un des plus pauvres et densément peuplé de Hong Kong, où des foyers épidémiques sont récemment apparus.

Des fonctionnaires ont effectué du porte-à-porte pour contraindre les habitants à se faire dépister. Sur les quelque 7.000 tests effectués, seuls 0,17% ont été positifs au nouveau coronavirus.

Des voix se sont élevées parmi les responsables politiques et économiques pour dénoncer la manière dont ce confinement a été mis en oeuvre. Mais les autorités ont justifié son ampleur et n'ont d'ailleurs pas exclu d'autres confinements de ce type.

"Nous ne considérons pas cette opération comme un gaspillage de main-d'oeuvre et d'argent", a déclaré dimanche à la presse la ministre de la Santé, Sophia Chan.

Hong Kong a été en première ligne lorsque les premiers cas du nouveau coronavirus ont été détectés dans le centre de la Chine il y a plus d'un an.

La ville, hérissée de hautes tours d'habitation, a totalisé depuis le début de la pandémie un peu plus de 10.000 cas et 170 décès ont été formellement attribués au Covid-19.

Ses quelque 7,5 millions d'habitants vivent depuis un an au rythme de restrictions plus ou moins fortes qui se sont avérées efficaces pour empêcher une flambée des cas mais pèsent sur l'économie.

Depuis deux mois, Hong Kong est frappé par une quatrième vague d'infections et les autorités ont introduit de nouvelles restrictions.

Ces dernières semaines, des foyers épidémiques sont apparus dans des quartiers défavorisés où les logements sont parmi les plus exigus de la planète.

- Logements exigus -

David Hui, expert en maladies infectieuses qui conseille le gouvernement, a défendu ce type de bouclage de quartier. Il a cependant exhorté les autorités à agir plus rapidement à l'avenir afin d'empêcher les habitants de fuir avant l'entrée en vigueur des mesures.

"Le plus inquiétant est de savoir que le virus pourrait se propager à l'extérieur, car certains habitants sont partis quand ils ont appris qu'un confinement de leur quartier allait être mis en place", a-t-il affirmé.

Cette information avait fuité vendredi matin dans les médias hongkongais et des habitants avaient quitté le quartier avant l'arrivée de la police vendredi soir.

Benjamin Cowling, épidémiologiste à l'université de Hong Kong, a estimé lundi sur la chaîne RTHK que le confinement de certains quartiers a un effet limité, le coronavirus étant présent sur tout le territoire.

Le quartier bouclé ce week-end compte une importante population sud-asiatique - une communauté qui fait souvent l'objet de discriminations - et certains ont fustigé la manière dont l'opération s'est déroulée notamment après la distribution à des familles musulmanes de colis alimentaires contenant du porc.

La semaine dernière, un haut responsable des services sanitaires avait suscité de vives réactions après avoir laissé entendre que des habitants appartenant à des minorités ethniques pourraient propager le virus plus facilement car "ils aiment partager de la nourriture, fumer, boire de l'alcool et discuter ensemble".

Certains lui ont répondu que la pauvreté et le manque de logements à des prix abordables les contraignent à vivre dans des logements exigus, ce qui favorise la propagation du virus et que ce n'est pas lié à une question ethnique ou culturelle.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info